Les gobelins sont de retour !

C’est l’une des bonnes nouvelles de ce début d’année : mes gobelins font leur retour chez Etherval !

Illustration de Yanis Cardin
Illustration de Yanis cardin

Pour ceux qui me suivraient depuis un moment déjà, les gobelins sont déjà apparus dans deux nouvelles : Grakaash, conquérant des étoiles (parue chez Studio Babel) et Les jeux de la glace (parue chez Etherval).

A chaque fois, nos vaillants gobelins ont dû lutter contre les manigances des vils et sournois elfes, qui tentaient de leur mettre des bâtons dans les roues.

Cette fois, les gobelins sont de retour chez Etherval, dans la nouvelle Un bon gobelin. Vous pourrez les retrouver au printemps, dans le numéro Intestat, sur le thème de l’héritage !

Yanis Cardin, toujours ^^

J’ai vraiment hâte de vous faire découvrir les nouvelles aventures de Yorgl, qui cette fois, sera aux prises avec un cadeau empoisonné des elfes !

Bilan 2018 et projets 2019

Je commence ce billet par vous souhaiter une bonne année 2019 à tous. Qu’elle vous apporte tout ce dont vous pourriez rêver.

C’est désormais l’heure du bilan pour moi, alors que 2018 se termine. Une nouvelle fois, cela aura été une année très chargée, avec de nombreux salons (Atrebatia en février, Vapeurs et contes de fées en avril, les Imaginales en mai, les Halliennales en octobre, le Salon Fantastique et le Salon du livre de Loos en novembre, et Uchronicité en décembre). Je termine l’année épuisée, mais heureuse de ces salons, des lecteurs rencontrés et de l’avancée de mes projets.

Retour sur mes objectifs pour 2018

— Publier Ceux du dehors

C’est chose faite ! Ceux du dehors, tome 2 de Kerys, est paru en juin chez Hydralune.

Admirez ces deux beaux bébés…

— Travailler sur une intégrale illustrée de la Ligue des ténèbres

Je travaille encore dessus. Il y a du boulot, mais je sais maintenant où je vais à ce sujet. Attendez-vous à un appel à financement participatif début 2020.

En attendant, je rappelle que les trois saisons sont disponibles en numérique et en papier !

— Terminer Myriade

Le premier jet du roman a été écrit et corrigé. Le roman a été relu par mes bêta-lecteurs, ne reste maintenant plus qu’à retravailler tout ça…

Un peu d’inspiration…

— Une novella de fantasy victorienne jeunesse

Aiden Jones est finalement devenu un roman, le premier d’une trilogie. Le manuscrit est parti tenter sa chance chez les éditeurs, on croise les doigts !

Le décor de la série Aiden Jones, mais ça manque de féériques et de critters, tout ça.

— Réécrire des nouvelles

J’ai écrit 4 nouvelles, dont 2 ont trouvé preneur !

Avec des illustrations de Melle Sue, auteur de la couverture de Ceux du dehors

— Projets annexes

Si j’ai eu le temps de finaliser Rhenna, les Efenters restent pour l’instant dans les méandres de mon disque dur.


Beaucoup de choses qui ont avancé et du coup, plein de projets pour 2019.

Projets 2019

— Publier Celles dont le nom fait frémir

Dernier tome de la trilogie Kerys, Celles dont le nom fait frémir est en cours de correction. Publication prévue pour octobre 2019, avec Melle Sue à la couverture.

Et pour patienter, je vous réserve une petite surprise pour début 2019…

Un extrait de ce sur quoi je travaille en ce moment…

— Corriger Myriade

J’ai récupéré les commentaires de mes bêta lecteurs, il ne reste « plus qu’à » corriger tout ça pour envoi à des éditeurs. Vu que le bébé pèse 150 000 mots, ça risque de m’occuper une partie de l’année.

Un peu d’inspiration…

— Intégrale illustrée de La Ligue des ténèbres

J’ai encore du boulot dessus, sur les bonus, la maquette et les goodies.
J’espère pouvoir vous tenir au courant de l’avancée.

Pour patienter, voici l’une de mes couvertures préférées !

— Terminer le premier jet des Brumes de Neïbula

Il s’agit d’un projet, commencé il y a près de dix ans (dit comme ça, ça pique >< ). Je l’avais retravaillé il y a cinq ans, j’en ai repris la trame cet été. Il faut maintenant que j’écrive tout ça !

En attendant, un autre de mes dessins de l’époque.

— Retravailler « Du coin de l’œil »

Il s’agit d’une novella écrite pour l’appel à texte de Noir d’Absinthe sur le thème « Folie et Absinthe ». La novella n’avait pas séduit le comité de lecture, je réfléchis à la retravailler et peut-être à expérimenter pour l’occasion une écriture non linéaire.

Là aussi, un peu d’inspiration…

— Refaire le Nanowrimo

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est National Novel Writing Month, un défi où on se donne 1 mois pour écrire un roman. J’ai fait le Nano « officiel » trois ans (2013, 2014 et 2015) et ça me retenterait bien de le faire (à voir si ça collera avec mon emploi du temps surchargé).

Dans tous les cas, je compte bien refaire le Camp Nanowrimo en juillet, qui m’avait bien plu.

Encore une année bien occupée qui s’annonce, pour rester au courant de l’avancée de ces différents projets, n’hésitez pas à me suivre sur Facebook, Twitter ou Instagram, à vous abonner à ce site ou à ma newsletter.

Vampire et fantômes japonais…

Ce mois-ci compte double !

 

J’ai le plaisir de vous annoncer deux nouvelles parutions.

 

  • Le vampire qui voulait devenir végétarien chez Nutty Sheep, dans leur anthologie Crappy Heroes.

 

 

Découvrez les aventures du comte Orlok dans sa quête pour devenir végétarien. Une nouvelle humoristique qui, je l’espère, saura vous faire rire.

 

Vous pouvez retrouver ce drôle de vampire en version numérique ou en version papier

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Neiges Éternelles, chez Fantasy Art and studies, dans leur anthologie sur le Japon.

 

Tamamo erre dans des montagnes enneigées, perdue, jusqu’à ce qu’elle découvre une auberge, les Neiges Éternelles, tenue par Yuki, une jeune femme solitaire. Mais cette paisible auberge cache bien des secrets…

 

Je retrouve avec joie Melle Sue (auteur de la couverture de Ceux du dehors), qui signe ici une superbe illustration.

 

Vous pouvez retrouver Neiges Éternelles en version numérique ou en version papier

 

 

 

 

 

 

Le nom Tamamo sera peut-être familier pour certains d’entre vous. Tamamo est déjà apparue dans une nouvelle éponyme, au sommaire de Brins d’Éternité.

 

 

Un chapeau de ciel, Terry Pratchett


Résumé

La jeune bergère Tiphaine Patraque venait enfin de commencer son apprentissage de la sorcellerie. Mais en route chez sa professeure, elle est attaquée par un rucheur, un horrible parasite errant qui s’empare de votre esprit. Pour échapper à ce cauchemar, Tiphaine compte sur l’aide de ses anges gardiens, les petits hargneux bleus, les Nac Mac Feegles.

Et avec un peu de chance, Mémé Ciredutemps, la plus puissante des sorcières, sera de la partie…

 

Mon avis

On continue la série des Tiphaine Patraque, avec ce nouveau tome.

 

Notre jeune sorcière a maintenant onze ans et part en apprentissage loin du Causse. Bien évidemment, rien ne va être simple, surtout quand une entité millénaire se mêle de lui emprunter son corps…

 

Je commencerai par ce qui m’a le moins convaincue dans ce livre : l’intrigue. Ce n’est pas mauvais, mais je n’ai pas eu de grosses surprises, j’ai prévu tous les retournements et les dénouements à l’avance. Ce n’est pas déplaisant, mais comparé à certains autres livres de la série, j’ai trouvé ça un peu en dessous.

 

Par contre, là où Pratchett excelle toujours, c’est dans les personnages et la justesse de leurs sentiments. Je me suis beaucoup attachée à Tiphaine, c’est une adolescente intelligente, qui réfléchit beaucoup (trop, probablement, j’ai connu et je connais encore le même souci, le cerveau qui se fait des nœuds tout seul). Elle est capable, mais elle commet des erreurs, qui sont tout à fait logiques, car elle reste une enfant de onze ans un peu perdue.

C’est vraiment un beau personnage et j’ai hâte de voir comment elle va évoluer dans les livres suivants.

 

Je trouve que ses aventures éclairent en plus sous un jour nouveau la sorcellerie façon Disque-Monde. Pour moi, c’est l’un des livres où l’on se rend le plus compte des sacrifices qu’être une sorcière implique et du poids qui pèse sur leurs épaules.

On découvre aussi une nouvelle facette de Mémé Ciredutemps, vieille femme revêche, toute en contradiction, sorcière extrêmement puissante, mais aussi terriblement humaine. J’ai aimé le rôle de mentor qu’elle a pour Tiphaine et la relation qui se noue entre les deux.

 

Pour finir, j’ai quand même un coup de cœur pour les Nac Mac Feegle. Ils sont absolument hilarants, c’est un plaisir de les revoir, et là aussi, je me demande ce qu’ils nous réservent pour la suite.

La Cité exsangue – Mathieu Gaborit

Résumé

Abyme, ville merveilleuse et baroque, est aussi l’unique cité des Royaumes crépusculaires où les peuples mortels peuvent cohabiter avec les démons et leurs seigneurs infernaux… Jusqu’à aujourd’hui. Après dix ans d’absence, Maspalio, farfadet flamboyant et ancien Prince-voleur de renom revient dans sa cité de cœur sur une énigmatique injonction de son ancienne amante Cyre. Mais dès son arrivée, rien ne se passe comme prévu. Abyme a changé et souffre d’une mystérieuse affliction. Aspiré dans un tourbillon de mésaventures, l’arrogant Maspalio devra se révéler d’une improbable humilité pour venir à bout des fléaux qui s’abattent sur lui et les siens…

 

 

Mon avis

Il y a quelques années, en quête de fantasy francophone, j’ai emprunté Abyme de Mathieu Gaborit et j’avais eu le coup de foudre pour la plume de cet auteur et pour cet univers.

J’ai donc été très heureuse de savoir que Mathieu Gaborit revenait à Abyme et aux Royaumes crépusculaires et j’ai replongé avec délice.

Read more…