The Terror

Cet été, en pleine canicule, mon mari et moi sommes tombés sur une série, The Terror. Adaptée du livre éponyme de Dan Simmons, elle narre le destin de l’expédition de Sir Franklin, parti à l’assaut de l’Arctique au milieu du XIXe avec deux bateaux, l’Erebus et le Terror. Cette expédition est très fameuse dans le monde anglo-saxon, car elle a disparu corps et biens. Le livre et la série proposent un récit de cette expédition, détaillant le destin final de ces hommes, prisonniers des glaces, et traqués par une mystérieuse créature inuite. Le pitch était intéressant, et quoi de mieux quand il fait trop chaud qu’une histoire se passant dans les glaces ?

Bonne pioche pour cette série qui, avec The Haunting of Hill House, a été l’un de mes coups de cœur de 2018. J’ai dévoré la série et, connaissant Dan Simmons et ayant adoré Hyperion, je me suis plongée dans le livre.

Ma chronique aujourd’hui sera un peu particulière, car je trouve que la série et le roman sont très complémentaires. Petit comparatif (qui aura surtout pour but de vous convaincre de regarder la série et de lire le livre, parce que c’est vachement bien !)

L’univers

Premier constat, l’univers est très riche, particulièrement dans le roman. L’auteur a bien réussi à rendre la vie à bord de ces bateaux pris dans la glace. Ça fourmille de détails, d’anecdotes, d’éléments du quotidien. Le livre est très érudit, sans être lourd à lire, et pour cela, je tire mon chapeau à l’auteur.

Le livre est par contre lourd au sens propre (1 000 pages dans sa version poche !) alors si vous avez envie de l’emporter dans votre sac pour lire en allant au travail, oubliez, vous n’allez réussir qu’à plomber vos bagages.

La série a eu l’intelligence d’utiliser toutes les recherches effectuées par Dan Simmons pour les intégrer dans le visuel. Là aussi, ça fourmille de détails, il y a une vraie recherche dans les costumes, les objets du quotidien et tout cela donne une vraie ambiance à la série.

Les deux ont d’ailleurs un côté assez irréel, comme si on était suspendus dans le temps, dans une bulle qui n’existe pas vraiment, un petit bout d’Angleterre, qui tente de maintenir des coutumes surannées dans un univers hostile.

Cette critique sociale est un peu plus présente dans le roman que dans la série. Dan Simmons fait bien ressentir l’absurde de cette situation, la série donne plus une impression d’angoisse et de claustrophobie.

Les personnages

Il y en a beaucoup, que ce soit dans le livre comme dans la série et on peut avoir du mal à les repérer (surtout dans la série où, uniforme oblige, ils sont habillés pareil).

Malgré tout, dans les deux médiums, on peut dire que le personnage central est le capitaine Francis Crozier, qui dirige le Terror.

C’est un homme complexe, irlandais entré au service de la marine de Sa Majesté, en proie toute sa vie au racisme anti-irlandais, amoureux malheureux de la nièce de Sir Franklin, alcoolique…

Crozier commet des erreurs, il s’énerve quand il ne faut pas, ne dit rien quand il faudrait intervenir, il tente de sauver ses hommes, il est confronté à l’échec, à ce monde qui veut leur peau, à cette chose sur les glaces qui les guette. C’est un homme compliqué, qu’on se prend à suivre car même dans ses erreurs, il suscite l’empathie.

Dans la série, il est incarné par Jared Harris (qu’on a vu incarner Moriarty dans le 2ème Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr). Il est excellent et donne vraiment corps au personnage, dans toute sa démesure et ses nuances.

Le capitaine Crozier

Certains autres personnages ne changent guère du livre à la série. C’est le cas du capitaine Franklin, dont l’acteur Ciaran Hinds parvient bien à rendre le côté pompeux et complètement paumé. C’est aussi le cas du docteur Goodsir, joué par Paul Ready, qui insuffle la bonté et la compassion nécessaire à son personnage. Tobias Menzies est aussi très bon en capitaine Fitzjames, et a bien retranscrit la classe mêlée de désespoir que j’imaginais pour ce personnage.

Le bon docteur

D’autres ont changé, comme l’esquimaude Lady Silence, plus âgée que son homologue du livre. Elle est jouée par Nive Nielsen (actrice originaire du Groenland) et est moins mystérieuse et sur la réserve que le personnage du livre. Du coup, elle suscite plus d’attachement, et on tremble avec elle lorsqu’elle rencontre la chose qui hante les glaces.

Lady Silence

Le changement le plus important est celui de l’aide-calfat Cornelius Hickey. Personnage assez secondaire dans le roman, qui se révèle quand tout commence à aller mal, il devient ici un être complexe et monstrueux. L’acteur qui l’incarne, Adam Nagaitis, a bien réussi son mélange de charme, de monstruosité et de folie furieuse. Méchant assez plat dans le film, il devient ici un antagoniste puissant, retors, et au moins aussi dangereux que la bête sur les glaces. Pour moi, c’est l’une des grandes réussites de la série.

Cornelius Hickey

Je passe sur les nombreux personnages secondaires. Je noterai juste que chacun a son caractère et que le livre leur donne la parole. On en apprend plus sur leurs vies, leurs passés, leurs interactions. La série est maligne, car elle réussit à faire allusion à ce passé sans l’expliciter (notamment pour les personnages de Peglar et Bridgens).

Le scénario

Si vous connaissez un peu l’histoire de l’expédition Franklin, vous savez déjà de quoi il retourne et comment tout cela va finir (la scène d’ouverture de la série est assez explicite de ce côté-là).

Dès le départ, que ce soit dans la série et le livre, on comprend que l’expédition était mal partie (manque de préparation, erreurs de navigations, erreurs humaines, accidents…). À partir de là, l’histoire consiste à contempler la descente aux enfers de ces équipages, alors qu’autour d’eux, tout va de mal en pis (comme le dit la série « This place wants us dead »).

Le rythme est très lent. La série comme le livre s’attardent à montrer la vie quotidienne à bord des bateaux. Le livre est en plus raconté dans le désordre.

Malgré tout, c’est très addictif. La série comme le livre parviennent à faire exister ce monde hors du monde. La série est très habile en terme de montée de l’horreur, de manière très insidieuse.

Le final

Si le déroulé est à peu près le même pour le film et la série, la différence majeure se situe à la fin. Livre et série ne finissent pas de la même manière. Je vais tenter d’en parler sans spoiler.

À titre personnel, j’ai préféré le final de la série. Je l’ai trouvé plus nerveux, capitalisant vraiment sur tout ce qui a été amorcé avant. Le dernier épisode est proprement halluciné, et conclut ce périple dans le sang et les larmes. C’est à la fois réjouissant, triste et cathartique.

Le livre se finit de manière plus douce, et on va dire que les survivants s’en tirent mieux d’un point de vue personnel que la série.

J’ai bien aimé tout le passage chez les esquimaux, parce qu’il est riche en détail et permet de découvrir un pan de cette culture. Il permet aussi de montrer à quel point ces hommes blancs, se croyant supérieurs aux sauvages, étaient mal armés pour affronter cet endroit où tout conspire à vous tuer.

En résumé

Livre comme série sont à découvrir si vous avez envie d’une aventure surréelle et horrifique au cœur des glaces.

Moi, pour ma part, j’attends la deuxième saison de The Terror, en espérant qu’elle soit aussi bien que la première, et je vais aller me relire Hypérion de Dan Simmons (un livre de SF qui m’avait vraiment mis une claque).

En dédicace le 09 mars


Retrouvez-moi en dédicace ce samedi 09 mars au Cultura de Neuville-en-Ferrain !



Je serai présente de 14h à 18h, avec La Ligue des ténèbres et Kerys !

L’Hiverrier – Terry Pratchett

Miyards !!

Résumé

Miyards ! Quand l’esprit de l’hiver tombe amoureux de vous, il ne faut pas s’étonner si vous attrapez froid – surtout quand il ne cesse de vous offrir des icebergs en guise de fleurs, de vous déclarer sa flamme par des avalanches et de vous couvrir de flocons ! Pour les habitants du Disque-Monde, mais aussi pour Tiphaine, une apprentie sorcière de 13 ans, il est grand temps que cela cesse ! Il faut que le printemps revienne… Heureusement, les facétieux Nac mac Feegle, les ch’tits hommes libres, sont là pour aider Tiphaine – ou pas…

Mon avis

On continue dans la série des Tiphaine Patraque. Cette fois, notre jeune sorcière a 13 ans et attire malencontreusement sur elle l’attention de l’Hiverrier, personnification du froid et de l’hiver.

On retrouve ce qui fait le charme de cette série. L’humour d’abord, avec les Nac Mac Feegle toujours très en forme. Cette fois-ci, ils sont alliés à Horace, un fromage bleu des Causses assez particulier (ça fait sens dans le contexte, je vous le promets).

Nounou Ogg, Mémé Ciredutemps et Toi, chaton adopté par cette dernière, refont quelques apparitions bienvenues.

La série est toujours aussi fine sur la psychologie des personnages. À travers les yeux de Tiphaine, on observe de nouvelles facettes de Mémé Ciredutemps, de Nounou Ogg, mais aussi on voit évoluer Annagramma et les autres sorcières. Les jeunes filles apprennent leur métier, découvrent ce qu’être une sorcière de village signifie, certaines se découvrent des talents insoupçonnés, d’autres vont devoir recourir à des artifices (j’ai adoré l’histoire du Pipo !).

Tiphaine évolue beaucoup. 13 ans, c’est l’âge où les hormones commencent à s’affoler et tout n’est pas simple, surtout quand le garçon qui ne l’intéresse pas et qui n’est pas son petit ami va honteusement voir les aquarelles d’une autre fille (là aussi, ça fait sens dans le contexte ^^).

On ajoute à ça la gestion de l’Hiverrier. Toutes les filles (ou les garçons, ne soyons pas sexistes) qui ont déjà eu affaire à un admirateur/trice collant/e pourront se retrouver dans les mésaventures de Tiphaine et de l’Hiverrier. Là aussi, c’est bien vu et très subtil.

Un reproche que je ferai à ce tome, c’est le rythme, que j’ai parfois trouvé un peu mou, comme si l’histoire ne savait pas trop où elle allait.

La fin est par contre très jolie, avec beaucoup de poésie.

En dédicace à Cultura V2

Ce samedi 09 février 2019, retrouvez moi en dédicace à Cultura à Villeneuve d’Ascq !

Je serai présente de 14 h à 18h pour dédicacer La Ligue des ténèbres et Kerys !

Hâte d’y être et de vous y retrouver !

Alice isn’t dead, Joseph Fink

Il y a quelque temps déjà, je vous parlais sur le site Hydralune du podcast Alice isn’t dead 

 

La troisième et dernière saison s’est terminée cet été, l’occasion pour moi de vous reparler de ce petit bijou.

 

Alice isn’t dead, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un podcast en anglais, créé par Joseph Fink, qui a déjà officié sur une autre série, Welcome to night vale, dont je vous parlais ici.

 

Le podcast est composé de trois saisons de 10 épisodes, qui durent chacun une trentaine de minutes. Cela vous fait donc quelques heures d’écoute.

 

Alice isn’t dead raconte l’histoire d’une jeune femme (dont on ne connaîtra le nom qu’à la fin de la première saison), lancée sur les routes des USA, au volant de son camion et qui cherche Alice, sa femme disparue qu’elle a longtemps cru morte. Mais voilà, comme l’indique le titre, Alice n’est pas morte et la narratrice cherche à la retrouver et surtout à savoir pourquoi elle a disparu comme ça du jour au lendemain.

 

La narration est particulière : la narratrice parle dans la radio de son camion et raconte à la fois ce qu’elle vit, ce qu’elle a découvert, mais aussi ses souvenirs de sa vie avec Alice.

Cela donne quelque chose de très planant, assez onirique par moment (l’héroïne a tendance à partir parfois dans de grands monologues rêveurs sur la condition humaine, ce que c’est d’aimer, ou d’être libre).

Mais petit à petit, l’histoire émerge : par touches successives, on en apprend plus sur Alice, sur Bay and creek shipping, ses mystérieux employeurs. On découvre le Thistle man, terrifiant antagoniste pas tout à fait humain. On comprend qu’Alice n’est pas la seule à avoir disparu, et que nombreux sont ceux qui se volatilisent le long des autoroutes des États-Unis.

J’aime beaucoup ce mode de narration, qui implique qu’on soit attentif à tout et qu’on reconstruise par nous-mêmes une partie du puzzle.

 

La première saison est axée sur la disparition d’Alice et sa recherche, sans spoiler, le final change vraiment la donne, et les deux saisons suivantes prennent des allures de thriller, avec mystères et conspirations à la clé.

Alice isn’t dead joue sur l’imagerie des grands espaces américains et sur les codes du road trip, mais réussi à créer aussi sa propre mythologie. Outre le Thistle man, on croise aussi les mystérieux oracles, au détour d’un dinner ou d’une station-service. La mystérieuse organisation Praxis revient aussi à intervalles réguliers, et ne révélera ses secrets que dans la saison 3.

Le rythme est bon, même si on garde une certaine lenteur qui convient bien au thème et au mode de narration, le podcast est très addictif. J’ai quand même trouvé que certains épisodes de la saison 3 étaient un peu plus mous, mais la série se rattrape amplement avec un combat final explosif et un épilogue plein de douceur, de rires et de larmes.

 

J’ai aussi aimé Alice isn’t dead pour ses personnages et son émotion. La narratrice est une femme en proie à des angoisses chroniques, elle est touchante dans sa fragilité et sa peine et pourtant, elle sait faire preuve d’un courage immense. Bien que terrifiée, elle se bat toujours. J’ai vraiment beaucoup aimé cette femme, et l’interprétation de Jasika Nicole y est pour beaucoup, j’ai vibré, espéré, ri et souffert avec elle.

À côté, on trouve Sylvia, adolescente fugueuse dont la mère a trouvé la mort le long d’une autoroute et qui depuis fuit la vérité qu’elle a découvert. D’apparence rugueuse, Sylvia est elle aussi très courageuse, débrouillarde et drôle. Son sort m’a vraiment émue.

La relation entre Alice et son épouse est aussi très touchante. Leur amour est profond et pourtant, les deux font des choix qui peuvent blesser l’autre. Une grosse partie de la série est axée sur la disparition, les mensonges et comment faire pour pardonner ou se faire pardonner.

 

Côté émotions, il y en a une autre qui n’est pas en reste : c’est la peur. Alice isn’t dead a une ambiance très inquiétante, assez souvent lourde, avec une angoisse insidieuse, qui explose par moments.

Les confrontations avec le Thistle man sont réellement flippantes (mention spéciale à l’épisode Nothing to see). Et il existe d’autres créatures et d’autres endroits qui sont également terrifiants : les épisodes Charlatan, Mouth of the water et Three night at the old motel m’ont vraiment filé les chocottes.

 

À noter qu’en octobre 2018, le roman Alice isn’t dead est paru. Joseph Fink a assuré qu’il s’agissait d’une réécriture de l’histoire, mais j’avoue que pour le moment, je ne sais pas si je vais le lire, car le podcast est tellement bon que j’ai peur d’être déçue. À voir si le roman explicite certaines choses, notamment sur les actions de Sylvia dans la saison 3. Je me laisserai peut-être tenter à l’occasion.

 

Voilà, j’espère vous avoir donné envie de découvrir ce podcast. Franchement, je le recommande, c’est une bonne histoire, originale et addictive !