Raison et sentiments, Jane Austen

9782264023810

Résumé

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale étriquée et à l’hypocrisie feutrée.
L’aînée, Elinor, a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s’éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de cœur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments. Jusqu’au jour où Willoughby disparaît..

 

 

Mon avis

J’ai lu il y a peu Orgueil et Préjugés, que j’ai adoré, je poursuis ici la lecture des œuvres de Jane Austen.

Sans égaler le coup de cœur d’Orgueil et Préjugés, j’ai passé un bon moment en compagnie d’Elinor et Marianne.

 

Je commencerai par ce qui m’a moins plu dans ce roman. D’abord, il y a beaucoup de personnages. Vraiment beaucoup. J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver, à savoir qui était qui.

J’ai trouvé ensuite que le rythme faiblissait par moment, et j’ai eu du mal à savoir où l’histoire voulait en venir.

 

Malgré tout, je me suis prise d’affection pour les deux sœurs au caractère si différent. Entre la fougueuse Marianne et la sage Elinor, on observe toute une palette de réactions. J’ai aimé le fait qu’elles évoluent toutes les deux, que Marianne apprenne à ne pas se laisser dicter sa conduite par son impulsivité, et qu’Elinor trouve enfin le bonheur.

On retrouve aussi des thématiques similaires à Orgueil et préjugés : l’hypocrisie de la société, l’importance du mariage, le fait que le véritable amour, celui qui dure, se construit et n’est pas le résultat d’un banal coup de foudre.

 

Comme pour les autres œuvres de Jane Austen, on se régale avec sa plume acérée, et sa manière de dépeindre la bonne société, avec ses conventions, ses manies et ses travers.

En résumé : un bon moment de lecture, qui confirme mon idée de continuer à découvrir Jane Austen !

Structurer un roman – raffiner le plan

structure-3

Nous abordons maintenant la troisième étape de ma méthode pour structurer un roman : le plan proprement dit.

 

Pour rappel, la première étape consiste à trouver une idée pour laquelle on s’enthousiasme vraiment et qui a du potentiel. La deuxième consiste à brainstormer tout ça, et à définir les grandes lignes de l’histoire.

Voyons maintenant de quoi il retourne.

 

 

Troisième partie : Raffiner le plan

 

Je suis une architecte : j’établis un déroulé précis de mon histoire, je découpe en chapitres, en scènes… J’ai besoin de savoir où je vais avant de commencer à écrire.

Si vous êtes plutôt du genre jardinier (et que vous avez quand même suivi cette série d’articles jusque-là, merci à vous ^^), vous pouvez sauter cette étape.

La plupart des jardiniers que je connais ont simplement besoin de connaître les grandes lignes de l’histoire et les personnages principaux pour pouvoir écrire.

 

 

Pour ceux qui auraient besoin d’un plan, voici quelques trucs afin de raffiner la structure brute qu’on a obtenue en un joli scénario qui tient la route.

 

— Identifier les grands évènements de l’histoire : les moments où il se passe un truc vraiment important, qui change le cours des choses. Ce sont les points clés de votre récit.

Pensez à ces évènements comme les grandes jonctions, ou des jalons.

 

— Réfléchir à la manière dont on va progresser entre ces différents jalons : qu’est-ce qui se passe qui fait qu’on arrive d’un point A à un point B ? Cherchez la logique, les causes et les conséquences pour avoir un enchaînement optimal.

J’insiste beaucoup sur ce point : il faut qu’il y ait une raison pour qu’on arrive à cet évènement marquant, sinon, ça paraîtra artificiel à la lecture (ou même au moment de l’écriture).

 

— Réfléchir à l’arc des personnages. Chaque personnage va connaître une évolution, et très souvent, leur évolution va être liée à celle de l’histoire.

Même chose que plus haut, ce qui leur arrive, ce qu’ils ressentent, leur évolution, tout ceci doit avoir des causes, et des conséquences.

 

À ce stade, la méthode flocon fonctionne pas mal pour moi, et je vous conseille d’y jeter un coup d’œil.

 

Read more…

Challenge « La roue du temps », tome 14 : A memory of light

 

 

Résumé

Tarmon Gaidon, la dernière bataille, a commencé. Les armées andoriennes, menées par Elayne et celles de la tour blanche, commandées par Egwene, se préparent à affronter les ténèbres, tandis que Mat peine à convaincre Tuon et l’empire Seanchan de la nécessité de se battre. Partout les fronts explosent, tandis que Rand se prépare à sa plus grande bataille…

 

 

 

 

 

Mon avis

ça est, c’est terminé. J’ai fini la saga de la Roue du temps avec ce dernier tome, A memory of light.

Je dois avouer que j’ai vraiment, vraiment eu du mal à accrocher au début de ce tome-là. C’est peut-être dû à la fatigue, au fait que je l’ai lu en anglais, mais jusqu’à la moitié, j’ai eu l’impression que l’intrigue faisait du surplace et que l’auteur (ou les auteurs, plutôt), tentaient de faire monter la sauce de manière artificielle.

Les personnages font des erreurs qui m’ont semblé assez absurdes, il n’y en a pas pour rattraper l’autre, ça perd son temps dans des discussions stériles, bref, c’était long.

Read more…

On parle écriture – Janvier 2017

Bonjour à tous !
 
J’inaugure ici un nouveau rendez-vous : chaque mois (le dernier dimanche), je vous parlerai d’écriture. Vous pourrez retrouver tous les liens que j’ai trouvé au cours du mois, tous les articles que je juge intéressants. 
 
Bonne lecture  et bonne écriture !

 

 

Aude Réco inaugure son projet Ecrire un roman en 5 mois. Tous les lundis, découvrez des extraits, des conseils et des infographies. Un projet à suivre de très près !

 

 

 

 

Pour les auteurs de fantasy, voilà 5 moyens de transport autre que le cheval. Je pense qu’on aurait pu ajouter les charrettes (tirées par des boeufs par exemple), ou les diligences, et autres voitures poste. En tout cas, ça donne des idées. 

 

 

 

Neil Jomunsi lance une question intéressante : c’est quoi un personnage de fiction. Pas d’accord avec tout, notamment avec les fiches personnages (bien utilisées, c’est un outil redoutable), mais la réflexion est intéressante.

Orgueil et préjugés, Jane Austen

orgueil

Résumé

Élisabeth Bennet a quatre sœurs et une mère qui ne songe qu’à les marier. Quand parvient la nouvelle de l’installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d’autant plus qu’il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits…

 

Mon avis

J’ai récemment regardé le film Orgueil et préjugés et zombies, que j’ai trouvé franchement moyen, mis à part les passages où Elizabeth et M. Darcy s’opposaient, se querellaient, et ceux où l’ont suivait les mésaventures de Jane et M. Bingley.

Je me suis dit que c’était le signe qu’il fallait que je comble une de mes lacunes et que je lise ce grand classique. C’est donc chose faite. J’ai bien fait, car j’ai vraiment passé un excellent moment de lecture.

 

Pour tous ceux qui pensent que les classiques, c’est forcément poussiéreux et barbant, lisez Orgueil et préjugés. C’est drôle et touchant, enlevé, avec beaucoup de rebondissements et de retournements de situation. La plume de Jane Austen est ciselée, elle dépeint avec beaucoup de justesse les caractères et les situations. Ses personnages sont travaillés, et tous ont de la profondeur (même la très agaçante Mrs Bennet).

Moi qui ne suis pas une grande fan de romance d’ordinaire, je me suis vraiment attachée aux personnages, et j’avais envie que leurs tourments cessent, et qu’Elizabeth et M. Darcy arrivent enfin à surmonter leur orgueil et leurs préjugés respectifs.

C’est drôle, parce que bien que ce roman ait été écrit il y a un siècle, on retrouve certaines situations : la jeune fille qui se jette au cou du premier venu, celle qui ne se rend pas compte qu’un garçon est tombé amoureux d’elle. Bref, il faut croire que les galères dans ce genre, c’est universel.

Read more…