Critiques

Yiu

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je ne vous parlerais pas de romans, mais plutôt de bande dessinée, avec Yiu. 

 

J’ai découvert la série Yiu quand une amie m’a offert les deux premiers tomes pour mon anniversaire. J’ai bien accroché, et j’ai donc acheté la série.

 

Yiu, qu’est-ce que c’est ? C’est une série en 7 tomes, avec Téhy et J.M. Vee au scénario et Jérôme Rénéaume et Nicolas Guénet au dessin.

Elle se déroule dans un univers futuriste où – ne nous leurrons pas – tout va mal. Les civilisations telles qu’on les connaît se sont écroulées, sous le poids de la guerre et des catastrophes naturelles. Le reste de l’humanité survit tant bien que mal sous le joug de cartels religieux. Le terrorisme et les conflits font rage, les humains sont décimés par les maladies, bref, tout ceci a des airs de fin du monde.

Dans ce contexte plus que troublé, on suit Yiu, jeune mercenaire au service de l’Église, spécialisée dans les NRM (No Return Missions, comprenez qu’on l’appelle pour nettoyer la situation quand toutes les autres solutions ont échoué). Yiu a besoin d’argent pour payer une opération à Ji-A, son petit frère, la personne qu’elle aime le plus au monde. On lui propose une nouvelle mission grassement payée, qu’elle accepte : infiltrer le QG d’une secte qui manigance quelque chose de sombre.

Rapidement, Yiu réalise qu’elle va faire face à un adversaire de taille : l’Antéchrist.

 

Pages: 1 2

Turn Coat – Jim Butcher (Dresden files T11)

Résumé

Quand Morgan débarque chez Harry Dresden, en sang, blessé et poursuivi par le Conseil, le magicien sait qu’une fois de plus, il va au-devant de graves ennuis. Parce que même s’il déteste cordialement Morgan, il ne peut le laisser ainsi sans l’aider. D’autant plus qu’il est persuadé que ce dernier est innocent du crime dont on l’accuse. Une chose est sûre, il y a un traître au Conseil…

 

Mon avis

Avis mitigé sur ce tome, mais que je pense que c’est en partie dû à mon état d’esprit lors de la lecture.

 

Objectivement, l’histoire est bien menée et on retrouve tous les éléments qui font le charme de la série. L’intrigue est complexe et a de vrais moments de bravoure, notamment sur la fin.

Read more…

Small favor (Dresden files T10), Jim Butcher

Résumé

Une tempête de neige frappe Chicago et paralyse la ville, mais ce n’est que le cadet des soucis pour Harry Dresden. Non seulement, des créatures envoyées de la cour d’été essayent de le tuer, mais en plus, Johnny Marcone a disparu et Mab somme le détective de le retrouver. Pour couronner le tout, d’anciens ennemis de Dresden pourraient bien se mêler de la partie…

 

Mon avis

Une nouvelle fois, je plonge avec délice dans l’univers des Dresden files. Encore une fois, on retrouve ce qui fait le charme de la série.

 

L’histoire est plutôt bien ficelée et se déroule sans temps mort. On retrouve les passages obligés : l’enquête qui se révèle avoir des ramifications bien plus vastes que ce qu’on aurait pu penser, des ennemis qui reviennent, Harry qui de nouveau en prend plein la figure (sérieusement, ce garçon est en acier trempé. Heureusement que les magiciens guérissent vite). Ça pourrait être répétitif, ça le deviendra peut-être un jour, mais en attendant, le charme opère pour moi et j’ai une nouvelle fois pris plaisir à suivre notre magicien.

 

On retrouve des personnages déjà croisés, notamment Ivy et Kincaid. On connaissait le côté tenace et impressionnant du mercenaire, on découvre qu’Ivy n’est pas en reste. J’aime bien ce personnage et toutes les implications sur sa condition. J’espère qu’on la reverra en action.

Ce qui est un peu dommage par contre, c’est que d’autres personnages, comme Molly ou Murphy restent du coup un peu en retrait (même si cette dernière a quand même son moment de gloire, qui confirme une hypothèse que j’avais faite à son sujet il y a un petit moment, mais je n’en dis pas plus, chut ^^). Thomas est lui aussi un peu en retrait, même si les quelques moments où il apparaît sont très bons.

 

En résumé : encore une fois, une bonne histoire pour un moment de lecture détente, vivement la suite !

Ferenusia (Les Outrepasseurs T4), Cindy Van Wilder

Résumé

 

Privé de la magie presque disparue, l’empire des Outrepasseurs se disloque de toutes parts. Seuls survivants dans cette débâcle, les Ferreux, des fés réduits à l’esclavage, s’échappent de leurs prisons. Soutenus par Ferenusia, un réseau clandestin, ils n’ont qu’un seul objectif : obtenir les mêmes droits que les humains, dans un monde qui ignore tout de leur existence. Mais leurs anciens maîtres sont prêts à tout pour protéger leurs secrets, quitte à éliminer le moindre témoin de leurs anciens forfaits…

 

Mon avis

 

J’avais beaucoup aimé la série des Outrepasseurs, de Cindy Van Wilder, avec un gros coup de coeur pour le tome 2. J’étais très contente d’apprendre que l’auteur se replongeait dans sa série pour un dernier tome. Malgré cet enthousiasme, je ressors partagée de ma lecture.

 

On va commencer par le positif : une plume toujours impeccable et agréable à lire. J’ai de plus apprécié de retrouver les personnages de la série, notamment Peter, même ce tome met plus l’accent sur Smokey et sur les ferreux. On ne va pas bouder son plaisir, j’ai aimé l’univers, et en découvrir une nouvelle facette fait toujours plaisir. J’ai aimé le fait qu’on voit vraiment les conséquences des actions du tome 3 et ce qu’il advient des Outrepasseurs et de leur empire. Une nouvelle fois, on retrouve la patte de Cindy Van Wilder et son habilité à parler de sujets graves, voire casse-gueule (notamment sur le genre l’identité sexuelle) toujours avec pudeur est justesse. La fin de ce tome est vraiment belle et donne chaud au coeur, c’est un bel hymne à la tolérance.

 

Malgré ces points positifs, je n’ai pas été autant emballée par Ferenusia que par le reste de la série. Je trouve que, comparé aux autres tomes, celui-ci manque d’ampleur et d’enjeux. Ferenusia souffre pour moi de l’absence d’un vrai antagoniste. Albane essaye, mais elle n’arrive pas à la cheville de Noble en matière de fourberie et de cruauté. Et après la reine des neiges et son armée, dur, dur d’être menaçant et de faire vibrer le lecteur. Ça manque aussi de conflit et de tension, tout se résout un peu trop facilement pour moi (j’espérais beaucoup du face à face entre Peter et Arnaut, et du retour de Noble). Ce tome introduit aussi de nouveaux personnages, notamment S. ou Kalinda, qui sont sympathiques, intéressants, mais peu exploités au final. D’autres personnages majeurs de la saga, comme Shirley, ou même Peter, passent au second plan et j’ai trouvé ça un peu dommage.

 

En résumé : je pense que c’est un tome à réserver aux fans de la saga, qui offre une conclusion assez émouvante au cycle, mais qui reste quand-même pour moi en dessous des précédents tomes.

White night, Jim Butcher (Dresden files 9)

Résumé

Une figure du passé de Dresden ressurgit, alors même que des femmes détentrices de pouvoirs magiques sont assassinées. Bientôt, les indices pointent vers Thomas, le frère d’Harry, mais le magicien sait bien que les apparences peuvent se montrer trompeuses et que cette affaire cache sûrement de bien plus sombres ramifications.

 

Mon avis

J’avais vraiment beaucoup aimé le précédent tome, Proven Guilty, qui est un de mes coups de cœur de la série. C’est peut-être pour ça que j’ai un peu moins accroché à ce tome-là.

 

L’histoire reste plaisante et bien ficelée. On retrouve les recettes qui font le charme de la série : une intrigue policière avec des ramifications dans des mondes cachés (Les vampires sont de retour !), des personnages bien campés, beaucoup d’humour.

29

Malgré tout, j’ai trouvé quelques longueurs et quelques raccourcis un peu faciles. J’ai aussi trouvé que ce tome introduit beaucoup de personnages (On retrouve Elaine, la famille Raith avec des nouveaux venus, on présente de nouvelles sorcières, la famille Carpenter est toujours là), du coup, les relations sont seulement esquissées et certains personnages importants, comme Thomas et Murphy, passent au second plan.

 

Il y a néanmoins de vrais morceaux de bravoure (le final notamment) et des passages riches en émotions (entre Harry et Molly et entre Harry et Thomas, surtout), et malgré quelques défauts, je n’ai pas passé un mauvais moment de lecture.