Ressources

Structurer un roman – Les recherches

structure-4

Avant dernière étape pour établir un plan : les recherches.

 

Pour rappel, nous avons commencé par trouver une idée qui plaise vraiment et qui tienne la route, nous l’avons laissé tranquillement mûrir, laissé l’histoire se développer, avant d’établir le plan proprement dit.

 

 

 

Quatrième partie : faire des recherches

 

 

Cette phase est souvent parallèle à la phase 3, voire à la phase 2.

 

Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de faire des recherches ! D’une part, ça évite de raconter des conneries, d’autre part, ça va donner une vraie richesse à votre histoire, vous ouvrir des portes auxquelles vous n’auriez pas pensé.

 

Les recherches peuvent être de plusieurs types :

 

Recherches générales : sur le pays où l’on écrit, sur la période, sur tout élément dont on va parler dans l’histoire et qui va avoir une importance.

Si vous écrivez sur le monde réel, que ce soit de l’historique ou du contemporain, c’est vraiment un passage obligé.

Mais même si vous créez un monde de toute pièce, faire des recherches sur des cultures, des pratiques ou des lieux qui ont existé va vous permettre de nourrir votre univers et de lui donner plus de crédibilité.

 

Read more…

Structurer un roman – raffiner le plan

structure-3

Nous abordons maintenant la troisième étape de ma méthode pour structurer un roman : le plan proprement dit.

 

Pour rappel, la première étape consiste à trouver une idée pour laquelle on s’enthousiasme vraiment et qui a du potentiel. La deuxième consiste à brainstormer tout ça, et à définir les grandes lignes de l’histoire.

Voyons maintenant de quoi il retourne.

 

 

Troisième partie : Raffiner le plan

 

Je suis une architecte : j’établis un déroulé précis de mon histoire, je découpe en chapitres, en scènes… J’ai besoin de savoir où je vais avant de commencer à écrire.

Si vous êtes plutôt du genre jardinier (et que vous avez quand même suivi cette série d’articles jusque-là, merci à vous ^^), vous pouvez sauter cette étape.

La plupart des jardiniers que je connais ont simplement besoin de connaître les grandes lignes de l’histoire et les personnages principaux pour pouvoir écrire.

 

 

Pour ceux qui auraient besoin d’un plan, voici quelques trucs afin de raffiner la structure brute qu’on a obtenue en un joli scénario qui tient la route.

 

— Identifier les grands évènements de l’histoire : les moments où il se passe un truc vraiment important, qui change le cours des choses. Ce sont les points clés de votre récit.

Pensez à ces évènements comme les grandes jonctions, ou des jalons.

 

— Réfléchir à la manière dont on va progresser entre ces différents jalons : qu’est-ce qui se passe qui fait qu’on arrive d’un point A à un point B ? Cherchez la logique, les causes et les conséquences pour avoir un enchaînement optimal.

J’insiste beaucoup sur ce point : il faut qu’il y ait une raison pour qu’on arrive à cet évènement marquant, sinon, ça paraîtra artificiel à la lecture (ou même au moment de l’écriture).

 

— Réfléchir à l’arc des personnages. Chaque personnage va connaître une évolution, et très souvent, leur évolution va être liée à celle de l’histoire.

Même chose que plus haut, ce qui leur arrive, ce qu’ils ressentent, leur évolution, tout ceci doit avoir des causes, et des conséquences.

 

À ce stade, la méthode flocon fonctionne pas mal pour moi, et je vous conseille d’y jeter un coup d’œil.

 

Read more…

Structurer un roman – Laisser fermenter

structure-2

Le mois dernier, j’ai commencé à vous parler de ma méthode pour structurer un roman. Pour rappel, la première étape consistait à chercher une idée qui enthousiasme vraiment, et à définir dans quel genre et quelle tonalité on voulait écrire.

 

Passons maintenant à l’étape numéro 2 :

 

 

Etape 2 : laisser fermenter

 

 

La fermentation, c’est pour moi une étape importante. Ne vous précipitez pas à essayer d’établir tout de suite un plan pour votre histoire. Laissez reposer.

 

Notez les idées qui vous passent par la tête. Laissez-vous imprégner de l’histoire et des personnages.

Un conseil : notez vraiment tout. Ne vous dites pas : « cette idée a l’air super, je vais forcément m’en souvenir », parce que ça risque de ne pas être le cas.

Notez aussi tout, parce que ça va vous donner un sentiment de liberté. Le roman que vous allez écrire est en devenir, rien n’est fixé vous pouvez tout vous permettre. Partez dans tous les sens si vous voulez, ce n’est pas grave. Faites-vous plaisir, explorez les différentes possibilités de l’histoire !

 

Read more…

Bilan 2016 et bonnes résolutions 2017

Ça y est, 2016 se termine et 2017 commence.

 

2016 a été pour moi une année très chargée : déménagement, nouveau travail, nouvelle vie, nouveau chat ^^, achat d’une maison…

Bref, ce ne fut pas de tout repos. J’ai malgré tout réussi à tenir la plupart de mes bonnes résolutions 2016 :

 

 

— Continuer La Ligue des ténèbres

La 2ème saison est maintenant terminée (l’intégrale est disponible en papier et en numérique), la saison 3 est en cours de correction et marquera la fin de cette aventure. J’ai vraiment hâte de vous la faire lire !

Saison 2

 

— Terminer ma série steampunk Kerys

Le premier tome, Ceux du mercure, sortira en juin 2017 chez Hydralune. Le deuxième tome, Ceux du dehors, est en cours de correction, et mes bêtas lecteurs terminent Celles dont le nom fait frémir, qui conclura la trilogie.

cat001-800px

 

 

 

— Écrire la suite de la Perle d’ambre

C’est presque réalisé ^^

À l’heure où j’écris ces lignes, il me reste deux chapitres à écrire du Sceau des Efenters.

 

 

 Reprendre Les brumes de Neïbula

Constat d’échec pour celui-là. Je l’ai réécrit, certes, mais très franchement, je ne suis pas encore satisfaite du résultat.

Ce qui devait être un Oneshot s’oriente vers une quadralogie (argl !). Je préfère laisser ce roman (ou plutôt, ces romans) de côté. Je reprendrai tout ça une fois que j’aurais démêlé ce que je veux exactement pour cette série.

 

 

 

Année productive donc, et j’ai des projets pleins la tête pour 2017 :

 

— Mettre le point final à la Ligue des ténèbres.

Terminer mes corrections de la saison 3 et la publier. Et puis, réfléchir à une intégrale de la série : une belle version papier, illustrée si possible.

Bref, je vous en reparle bientôt, j’espère.

 

 

— Terminer les corrections de Ceux du dehors et avancer celles de Celles dont le nom fait frémir.

Le tome 2 de Kerys, ma série steampunk. J’aimerais pouvoir le publier début 2018.

Quant au tome 3, mes bêtas lecteurs ayant bien fait leur travail, je vais avoir du boulot ^^

 

— Écrire le premier jet de Myriade

Il s’agit d’un projet de dark fantasy, né lors d’un trajet de train particulièrement long (à cause d’une succession de retards).

C’est pour moi un projet assez ambitieux, qui risque d’être plus long que ce que j’écris actuellement et plus complexe au niveau de la trame.

Je vais essayer de compléter le 1er jet pour fin 2017, mais cela s’annonce compliqué ^^.

 

 

— Faire évoluer ce site

Je vais abandonner les billets mensuels sur l’actualité et l’écriture, car ils me prennent énormément de temps.

Je continuerai de poster les articles que je juge intéressants sur ma page Facebook et mon Twitter.

Je pense par contre essayer de consacrer un peu plus de temps à des articles sur l’écriture comme celui-ci, et à mon projet Escrime pour les écrivains.

 

 

Et puis bien sûr, je dois continuer à lire (des livres, et les écrits de mes camarades d’Hydralune), continuer à coudre, à voyager, à m’entraîner à l’épée… Bref, je pense que cette année ne sera pas de tout repos non plus !

 

Structurer un roman – Trouver l’idée de base

structure-1

Dans cette série d’articles, je vous parlerai d’écriture, et plus particulièrement de structure.

 

C’est une question qui revient souvent : comment établir le plan d’un roman ? Comment structurer ses idées de manière à pouvoir créer une histoire cohérente ? Ce que je vous propose ici, c’est une manière pour structurer un plan.

C’est la méthode que j’emploie depuis des années. Elle ressemble par certains côtés à la méthode du flocon, mais en diverge par d’autres (j’y reviendrai, mais si la méthode flocon vous intéresse, voici deux articles qui la résument assez bien, chez Mécanisme d’histoire et Le renard loquace)

 

 

 

Ce que je vous propose ici n’est sûrement pas une méthode parfaite, mais elle me convient bien, et je pense qu’elle pourra intéresser certains écrivains ici.

 

 

Je commencerai cette série d’articles par une petite mise au point : avoir un plan détaillé pour un roman n’est pas une obligation. Certains auteurs (dont je fais partie) en ont besoin pour avancer. D’autres y sont totalement allergiques (n’est-ce pas, Hardkey ? ^^).

C’est la fameuse distinction entre architectes et jardiniers, proposée par George Martin :

 

« I think there are two types of writers, the architects and the gardeners. The architects plan everything ahead of time, like an architect building a house. They know how many rooms are going to be in the house, what kind of roof they’re going to have, where the wires are going to run, what kind of plumbing there’s going to be. They have the whole thing designed and blueprinted out before they even nail the first board up. The gardeners dig a hole, drop in a seed and water it. They kind of know what seed it is, they know if planted a fantasy seed or mystery seed or whatever. But as the plant comes up and they water it, they don’t know how many branches it’s going to have, they find out as it grows. And I’m much more a gardener than an architect ».

 

(Je pense qu’il y a deux types d’écrivains : les architectes et les jardiniers. Les architectes planifient tout, comment un architecte construit une maison. Ils savent combien de pièces comptera la maison, de quel genre de toit elle aura besoin, où se trouveront les câbles électriques, quel type de plomberie l’alimentera. Ils ont conçu et ont les plans de masse de la chose avant même d’écrire le premier mot. Les jardiniers creusent un trou, y font tomber une graine et l’arrosent. Ils savent de quel genre de graine il s’agit, ils savent s’ils ont planté une graine de fantasy, ou d’intrigue policière, ou quelque chose d’autre. Mais alors que la plante grandit et qu’ils l’arrosent, ils ne savent pas combien de branches elle va avoir, ils le découvrent au fur et à mesure que cela pousse. Je suis plus un jardinier qu’un architecte).

 

Si vous êtes un jardinier, ne vous forcez pas à faire un plan ! Ça ne sert à rien, vous n’allez réussir à vous dégoûter.

De même, si vous êtes un architecte et que vous jugez que la méthode que je propose ne vous convient pas, trouvez autre chose qui vous convient mieux.

Je ne propose pas de règle absolue (pour moi, il n’y en a pas en écriture), juste des trucs qui ont fait leurs preuves.

 

Ceci étant dit, nous pouvons commencer.

 

Read more…