Le mois steampunk : mars 2016

 

 

On commence ce mois-ci avec la reprise de la Ligue des ténèbres : la saison 2 s’ouvre sur l’épisode 9 : l’école des héros. Allez, avouez, vous aussi, vous rêviez de voir Thomas en jupette ^^.

Comme d’habitude, l’épisode est disponible sur Amazon, Fnac, Kobo et Google play. 

Et maintenant, les liens du mois !

 

Couture

 

Un tutoriel pour des paniers XVIIIe par le blog Temps d’élégance. Pas tout à fait la période steampunk, mais comme le dit l’auteur du blog, la forme peut être réutilisée pour des tournures fin XIXe. 

23_Fini

 

ça fait un moment que je bave sur les robes à passementerie, mais là, c’est attaque cardiaque franchement ! Admirez cette veste d’inspiration russe. Et merci à l’auteur pour son tutoriel !

1893-winter-outfit-march-03-2016-33

 

Lire la suite

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , | Laissez un commentaire

Film dieselpunk : Atlantide, l’empire perdu

Bonjour, bonjour

 

Aujourd’hui, on ne parle pas de steampunk mais plus de dieselpunk. Si le steampunk, c’est des technologies futuristes appliquées au XIXe, le dieselpunk fonctionne de la même manière mais concerne plutôt la période des années 20 aux années 40.

 

L’esthétique est très sympathique, avec une attention poussée aux machines et aux mechas. À ce titre, je trouve que le film de Disney, Atlantide, l’empire perdu a des éléments de cette esthétique.

 

 

Résumé

Milo, un jeune cartographe aventurier dans l’âme, mais beaucoup moins sur le terrain, se retrouve à la tête d’une équipe en quête de la célèbre cité perdue.

 

Comme La planète au trésor dont je vous ai déjà parlé, Atlantide est un peu à part dans le reste de la production Disney : pas de chanson (ouf), pas de compagnon animalier (quoi qu’on puisse se poser la question au sujet de Mole), une ambiance beaucoup plus sombre que les autres dessins animés.

 

L’histoire fait beaucoup références aux pulps : bon déjà, il y a l’histoire de la cité perdue, les cristaux mystiques…. Les personnages aussi sont très hauts en couleur : la mécanicienne de génie, le docteur aventureux, l’italien et ses bombes. Mention spéciale à Helga, femme fatale aussi sexy que dangereuse (oui, oui dans un Disney). Ses tenues à elle et Rourke ont l’air tout droit sorties des années 40.

Helga_300    Atlantis, capitaine   

 

L’histoire est plutôt bien fichue, avec ce qu’il faut d’émotion, d’émerveillement, de moments tristes et d’aventure. Pas de grosses surprises, ni de retournements, mais une histoire plutôt satisfaisante.

J’ai beaucoup aimé la galerie de personnages, ils arrivent à être drôles, attachants, et suffisamment développés pour servir l’histoire. J’avoue qu’outre Helga, j’ai une préférence pour Vinny et pour Mrs Packard.

 

Comment pour la planète au trésor, là où le film est très bien, c’est au niveau visuel. Le film a été critiqué pour le design de ses personnages, qui est en effet un peu grossier par moment. Mais alors au niveau des décors, ça envoie du lourd.

Atlantis-The-Lost-Empire-atlantis-the-lost-empire-34237274-1920-816

 

Et au niveau des machines, là, c’est franchement magnifique. Le sous-marin, l’excavatrice, toutes les machines sont vraiment détaillées et surtout, elles ont l’air fonctionnelles. C’est un vrai régal pour les yeux et, moi qui suis nulle en mécha design, je ne peux qu’admirer.

Atlantis sous-marin

 

Digger_300    Subpod_300

 

En résumé : une bonne histoire d’aventure, servie par un design dieselpunk aux petits oignons.

 

Si vous voulez découvrir Atlantide, l’empire perdu

 

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , , , , | Laissez un commentaire

Le mois steampunk : février 2016

Dans un mois reprend la publication de la Ligue des ténèbres , avec l’épisode 9 : l’école des héros ! En attendant, n’hésitez pas à vous replonger dans l’intégrale de la saison 1 !

 

Couture

 

Un petit point sur les derniers patrons steampunk de chez Butterick. Je suis assez d’accord avec Steam Ingenious. Mis à part la jupe à volants, les patrons féminins ne sont pas exceptionnels. Par contre, y’a du lourd pour les patrons masculins. pour une fois que ces messieurs sont plus gâtés que nous les filles en matière de fringues ^^

Butterick

 

Je veux cette jupe. Comme si je n’avais pas déjà 36 projets de couture en cours. Sans parler des projets d’écriture. 

Jupe

 

J’aime beaucoup la forme du corset, ça rappelle un peu les corsets XVIIIe, c’est original et ça change. 

Corset

 

Une chouette session photo par Miss Pandora, sur le thème Art Nouveau

Fanny-Dussol-30

 

« Dress diary » sur de la lingerie XIXe. Et un projet couture en plus, un !

 

 

Culture

 

On continue dans l’ambiance cirque, avec cette fois un article sur mademoiselle Gabrielle, la femme sans jambe. On remarquera que si la demoiselle n’avait effectivement pas de jambe, le reste répondait tout à fait aux canons de la beauté en vigueur. 

 

Quelques livres de couture à garder sous le coude, pour les fanatiques de costumes XIXe. 

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , , | Laissez un commentaire

Film steampunk : La planète au trésor

Bonjour à tous !

 

Aujourd’hui, nous allons parler d’un des films de Disney qui pour moi est un film steampunk : la planète au trésor.

 

 

Résumé :

Depuis son enfance, Jim rêve en écoutant des histoires de pirates. À quinze ans, il découvre une carte au trésor qui le pousse à se lancer dans une quête parsemée d’embûches et de rencontres inattendues et complexes.

 

 

Si le résumé vous semble familier, c’est normal, la planète au trésor est une adaptation de l’Île au trésor de Stevenson, sauf qu’ici, au lieu d’une île, on parle d’une planète et de l’espace.

 

C’est d’ailleurs le premier élément de ce film qui a ravi mon petit cœur de vaporiste : c’est des pirates de l’espace, avec galions volants, mutineries, abordages… Ne boudons pas notre plaisir, c’est toujours chouette, des pirates de l’espace. Et puis, il y a un capitaine chat.

TreasurePlanet4

 

L’autre grande force du film, c’est son visuel : La planète au trésor mélange habilement des références XVIIIe/XIXe, avec un côté space opera. C’est très joli, très inventif.

PT Vaisseau       PT ville

 

Côté histoire, si comme moi vous ne supportez pas la mièvrerie Disney, vous devriez aimer ce film. L’histoire est plus sombre que ce que peut faire Disney d’habitude. On échappe aux interminables chansons et aux numéros de danse avec des petits oiseaux.

La trame du roman est respectée, mais adaptée pour coller à l’univers dépeint.

 

En conclusion : une référence pour tous ceux qui aiment les pirates et voudraient jouer les pirates steampunk.

 

Pour ceux qui voudraient se faire plaisir…

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , , , , | Laissez un commentaire

Clementine, Cherie Priest (le siècle mécanique, T2)

51bQa9naBPL._SX329_BO1,204,203,200_

Résumé

Maria « Belle » Boyd est une ancienne espionne dont la notoriété et le succès l’ont obligée à changer de profession. Elle rejoint donc l’agence de détective Pinkerton à Chicago. Sa première mission consiste à protéger un dirigeable, chargé de livrer une importante cargaison militaire à Louisville. Mais l’aéronef est poursuivi par un pirate de l’air recherché au sud comme au nord.

 

Mon avis

J’ai lu il y a quelques temps Boneshaker, de Cherie Priest. J’avais plutôt accroché à l’univers mis en place pour ce siècle mécanique, mais j’avais moyennement aimé l’histoire er les personnages.

J’ai quand même décidé de refaire un essai avec cette série, et je dois dire que ce tome 2 m’a nettement plus séduite.

 

On retrouve bien évidement le même univers, mélange de dystopie, d’uchronie steampunk et de western. On garde l’ambiance qui m’avait séduite dans le premier tome : assez sombre et réaliste, avec en toile de fonds les machinations politiques et la guerre de sécession.

 

Cette fois, la narration alterne entre Belle Boyd, célèbre espionne sudiste devenue détective pour l’agence Pinkerton et Croggon Beauregard Hainey, ancien esclave, à la poursuite de son dirigeable volé par un malotrus. Contrairement au 1er tome, l’action est plus rythmée, plus trépidante, j’ai moins eu cette impression de longueur que dans Boneshaker. Certes, le roman est plus bien court aussi, parfois un peu trop, car certains évènements auraient mérité qu’on s’y attarde.

 

L’auteur a visiblement préféré privilégier le rythme, et je dois dire que je ne me suis pas du tout ennuyée. Les personnages sont bien campés, avec leur caractère, mais restent assez attachants, on explore une nouvelle facette de l’univers mis en place (les airs, cette fois).

 

Je pense que le lirai volontiers le tome 3 de cette série, pour voir où Cherie Priest nous emmène.

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , , , , , | Laissez un commentaire