Les grands magasins

Voici le fruit de quelques recherches menées sur les grands magasins au XIXe. Il ne s’agit en fait que de quelques notes, vu que je n’ai pas développé cet aspect pour Ceux du mercure, mais bon, j’ai mis la main sur quelques photos sympathiques

 

Les grands magasins apparaissent au début du XIXe et coïncident avec l’essor de la classe bourgeoise (et l’essor de son pouvoir d’achat, n’oublions pas que tout ceci est une affaire d’argent). La grande nouveauté de ces grands magasins et qu’on y vend de tout ou presque. Cette profusion est facilitée par les innovations techniques de la Révolution industrielle (notamment au niveau technique), mais aussi par le développement des chemins de fers et des routes (qui permet un acheminement des marchandises plus rapide).

L’essor des grands magasins change les habitudes de consommations

  • Les prix

Les prix sont fixes, et non à la tête du client. L’entrée des magasins est libre, les marchandises sont exposées. On peut donc venir flâner, admirer les vêtements… De plus, contrairement aux autres boutiques, les prix sont bas, pour inciter à acheter.

  • La profusion.

Les magasins proposent une gamme de produits très variés, pour la première fois, on peut tout acheter sous le même toit. Sans compter que les stocks sont importants, de manière à limiter les risques de pénurie.

  • Le spectacle

Les grands magasins sont des espaces « scénarisés », c’est-à-dire qu’ils sont agencés de manière à être beaux et à attirer le public. Ils sont aménagés comme des théâtres, avec escaliers et jeux de lumière à la clé. On crée des vitrines pour attirer le chaland. Lors des fêtes, le personnel organise des animations (toujours dans une optique d’amener des clients).

  • La démocratisation

Parce que les produits sont moins chers, les classes populaires accèdent plus facilement aux vêtements et aux autres produits de consommation. pour la mode, c’est le début du prêt à porter.

  • La mixité sociale

Contrairement aux autres boutiques qui sélectionnent leur clientèle, les grands magasins accueillent tout le monde, de la grande bourgeoisie aux classes les plus modestes.

 

Bon, le tableau peut sembler idyllique, mais n’oublions pas que les conditions de travail des employés n’étaient pas franchement folichonnes (enfin, ceci dit, c’est une constante pour beaucoup de profession au XIXe)

 

Quelques-uns des plus grands magasins

  • Le Bon marché

Crée par Aristide Boucicaut, rue de Sèvres, dans le 7ème arrondissement de Paris, en 1852. C’est le premier Grand Magasin en France.

Le bon marché

Le bon marché, livraisons

Le bon marché, intérieur

 

Le Bon Marché, entrée

 

  • Les Grands magasins du Louvre

Créés par Alfred Chauchard en 1855, ils fermeront en 1974.

Galerie des ameublements

Confection pour dames

 

 

Le hall de la mode

La salle d’arrivage des colis

 

  •  A la belle jardinière

Le 1er magasin fut créé par Pierre Parisot, au quai aux fleurs en 1824. Au départ, il s’agissait d’une simple boutique de confection. Mais, le développement de la machine à coudre permit d’étendre le commerce. En 1864, l’enseigne quitte son 1er magasin pour s’installer quai de la Mégisserie. La belle jardinière connaît un grand succès et est l’un des premiers magasins à fonctionner en franchise (avec des points de vente).

 

La belle jardinière, façade

Les vêtements anciens et modernes

 

  • Le printemps

 

Ah, le printemps… En temps que Lilloise, je connais assez bien ce magasin. La filiale a été créée en 1865, par Jules Jaluzot et Jean-Alfred Duclos, sur le boulevard Haussmann, du côté de la gare Saint Lazarre.  L’affaire marche bien car les dirigeants appliquent ce qui fait le succès des autres magasins (prix fixes, décors festifs…) et serait le premier à inaugurer les soldes.

Le Printemps s’étend et ouvre des succursales, notamment celle de Lille.

 

La brasserie du printemps

 

Le Printemps

 

Intérieur

 

  •  La Samaritaine

Magasin fondé en 1869 par Eugène Cognacq et son épouse Marie-Louise, ancienne vendeuse chez le Bon Marché. Cognacq reprend les méthodes autres magasins, mais va plus loin dans l’organisation des rayons, vu qu’il nomme des chefs de rayons qui sont en quelque sorte de petits patrons.

Le slogan de la Samaritaine reste très connu : « On trouve tout à la Samaritaine ».

 

Samaritaine

 

Samaritaine

 

  •  Les galeries Lafayettes

Créées en 1893 par Théophile Bader et Alphonse Kahn, les magasins cherchent à développer une idée de « jeunesse », pour gagner de la clientèle.

Galerie Lafayettes

 

  • Le Bazar de l’Hôtel de Ville

Plus connu aujourd’hui sous le nom de BHV. Créé en 1856 par Xavier Ruel.

 

 

Le BHV

 

 

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , , | Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.