Ceux du mercure

Les premières failles se sont ouvertes sur le continent Téléphasiens en 1805, d’abord en Austrénie, puis en Kovacsie. Ces brêches menant sur un autre monde ont libéré un flot de créature immondes nommées les Abominations. Sanguinaires, ces créatures tuaient sans distinction et sans pitié.

Bientôt les failles ont frappé le monde entier. Les nations répondaient comme elles le pouvaient. On découvrit que ces Abominations ne craignaient qu’une chose : le mercure.

La petite île de Kerys resta épargnée, surveillant les apparitions chez ses voisins. Les dirigeants croyaient être tirés d’affaire. La destruction de Sabléglise en 1850 démentit brutalement cette croyance. A partir de cette date, les kerysiens mirent en place une défense contre les Abominations : les brigades du mercure. Équipées d’un armement de pointe, secondées par les androïdes kerysiens, les brigades luttèrent vaillamment contre les envahisseurs, protégeant les populations civiles.

Leurs efforts portèrent leurs fruits, car le nombre de faille déclina. Kerys se mit à prospérer, sa capitale Sainte Victoire devint l’une des villes les plus importantes du continent.

Nous sommes en 1890, et la situation est toujours tranquille. La sécurité de Sainte Victoire est assurée par les mercuriens de la caserne sud, dirigés par le capitaine Rocheclaire. Tout semble aller pour le mieux, si on excepte quelques ouvertures de failles.

Mais lorsqu’un attentat est commis au centre de Sainte Victoire et que tout semble désigner un membre des brigades du mercure comme responsable, Honoré Rocheclaire va devoir mener l’enquête, aidé par Artémise Bouquet la doctoresse et Maximilien Rocheclaire, son oncle excentrique.

Mais les failles se font de plus en plus nombreuses, les Abominations prépareraient-elles quelque chose ? La réponse changera le destin de Kerys et du monde entier.

Publié dans L'univers | Mots clés : , | Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.