Welcome to night vale, Joseph Fink et Jeffrey Cranor

Night vale

Résumé

Bienvenue à Nightvale, petite communauté tranquille située en plein desert, où tout le monde prétend dormir calmement alors que d’étranges lueurs passent dans le ciel.

Jackie tient un magasin de prêts sur gage où tout coûte 11 dollars. Elle mène une vie tranquille et a dix-neuf ans. Depuis très longtemps. Sa vie se déroule selon un rituel immuable jusqu’au jour où un homme mystérieux lui laisse un papier qui reste collé à sa main quoi qu’elle fasse. Sur le papier, deux mots : King city.

Diane Crayton est une mère célibataire, qui élève seule son fils Josh. Aux troubles de l’adolescence s’ajoute le fait que Josh est un changeur de forme, ce qui occasionne certains problèmes. Et pour couronner le tout, l’un des collègues de Diane disparaît et elle semble la seule à pouvoir se souvenir de lui…

 

Mon avis

Ceux qui connaissent l’univers de Night Vale par le podcast n’auront pas été dépaysés par ce résumé. Les autres auront sûrement trouvé cela un peu étrange. Petit résumé donc.

 

Welcome to Night Vale est un podcast, créé en 2012 par une équipe d’amis. L’histoire prend place dans la ville fictionnelle de Night Vale, sorte de Twin Peaks dans le désert. Chaque épisode prend la forme d’un épisode de radio, narré par Cecil Palmer, l’animateur radio de la station locale. Night Vale est une ville très étrange, où ont lieu des phénomènes bizarres (mais qui semblent tout à fait normaux aux habitants de la ville).

Au long des épisodes, le podcast a su développer un univers assez large, cohérent, avec de nombreux personnages, dont un mystérieux « Man in the tan jacket », qui apparaît régulièrement et dont personne n’arrive à se souvenir après l’avoir croisé. Les spéculations sur cet homme allaient bon train sur Internet, et le livre Welcome to Night Vale donne enfin la résolution de cette énigme.

 

 

Contrairement au podcast, qui est uniquement narré par Cecil, le livre met en scène plusieurs autres personnages : principalement Jackie et Diane.

Au départ, j’étais un peu désarçonnée par ce changement de perspective, mais assez rapidement, on retrouve la tonalité décalée qui fait le charme du podcast, l’humour noir et absurde.

Les personnages sont un peu ternes au départ, mais gagnent rapidement en profondeur et en humanité. J’ai beaucoup aimé la relation entre Diane et son fils, que j’ai trouvé très juste (si l’on oublie tout le côté changeur de forme, ça dépeint bien les relations entre parents et adolescents). J’ai aussi apprécié l’amitié qui se développe entre Diane et Jackie (surtout qu’au départ, c’était bien mal parti).

 

J’ai bien aimé ce livre parce que je suis une grande fan du podcast, et que du coup, il permet d’approfondir l’univers. On retrouve des personnages connus comme John Peter (you know, the farmer), Steve Carlsberg, Carlos ou encore Old woman Josie et ses grands amis pourvus d’ailes et d’auréoles, qui s’appellent tous Erika, et qui ne sont pas des anges (les anges n’existent pas et penser aux anges est un crime qui pourrait vous valoir une petite visite de la police secrète du shérif).

Outre ces personnages, on a enfin des révélations sur certains points que le podcast ne développe pas : l’identité de ce Man in the tan jacket, bien sûr, mais aussi la vraie apparence des bibliothécaires (je m’attendais à des monstres, je ne suis pas déçue).

 

Côté style, on retrouve le vocabulaire recherché, les circonvolutions et les tournures travaillées du podcast. J’ai eu un peu de mal au début, mais au final, je suis bien rentrée dans l’histoire.

 

La transition du podcast au livre est donc réussie pour moi, j’ai vraiment passé un bon moment avec ce roman. Je le recommande chaudement aux fans du podcast. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, je vous invite à aller en écouter quelques épisodes, n’hésitez pas, c’est gratuit !

 

Le livre

Le podcast

Laisser un commentaire