Nouvelle écrite pour un appel à texte sur le thème « après la fin, quel début? »avec une longueur maximale de 777 mots

 

L’âge d’or

 

La terre brûle et le ciel est en feu. C’est bientôt la fin. Comment en est-on arrivé là, me direz-vous ? Oh, c’est assez simple en fait.

Tout a commencé en 3025. Ou plutôt tout a fini à ce moment. 3025, l’année de l’aboutissement de la colonisation. Nous avions conquis la galaxie dans son intégralité et exterminé les quelques races aliens qui s’étaient dressées devant nous. La maladie avait été vaincue par la science. Le stockage informatique des consciences et les avancées robotiques avaient fait de la mort un mauvais souvenir. Les planètes les plus hostiles avaient été transformées en paradis grâce à la terraformation. La téléportation avait rendu tous les mondes accessibles en quelques secondes. Un tableau parfait, vous vous dites sûrement. Peut-être au début. Plus de crises, plus de guerre, du travail, de l’argent et du temps libre pour tous. Oui, l’âge d’or de l’humanité commençait plutôt bien.

Mais à ne plus rien à avoir à désirer, on finit par s’ennuyer et le déclin nous guette. Plus de mondes inconnus et sauvages à conquérir, puisque toutes les planètes avaient été rendues habitables et qu’on en avait soigneusement banni tout danger. C’est beaucoup plus barbant qu’on pourrait le croire. A quoi bon continuer à étudier, on avait résolu des décennies auparavant tous les grands mystères de la science ! Pourquoi développer de nouvelles technologies, quand on a exterminé tous ses ennemis ?

Nombre d’humains n’eurent plus la force de vivre, mais trouvèrent celle de mourir. Le taux de suicide augmenta dramatiquement. Une partie, disciple de mouvements fondamentalistes, refusa d’être ressuscitée, sous prétexte que le stockage de l’âme humaine était une hérésie.

D’autres, ayant épuisé les passe-temps conventionnels qu’on leur proposait, en expérimentèrent d’autres. Les sports extrêmes, comme le kitesurf sur lave en fusion, firent de nouveaux adeptes. Le taux de mortalité chez les jeunes grimpa en flèche. J’ai toujours trouvé ça stupide. Quitte à se suicider, autant le faire directement et pas aller décorer de ses restes les falaises d’une montagne qui ne vous a rien fait.

Les armées n’avaient plus lieu d’être, elles furent réformées et on renvoya le gros des troupes à la maison. L’armement, qui avait été produit en masse pour la colonisation, fut envoyé au rebut. Comme vous vous en doutez, les entrepôts furent gardés avec l’efficacité qu’on connait et ces armes se retrouvèrent dans la nature. Certains s’en emparèrent et remirent au goût du jour un sport tombé en désuétude : le grand banditisme. Le jeu est simple : trouver un véhicule ultrarapide, genre à propulsion solaire, frapper brutalement, faire un maximum de dégât, si possible au canon à plasma, et s’en aller aussi vite qu’on est venu, en laissant un ou deux morts sur le carreau.

Face à cette montée de la violence, les gardiens de la paix furent rapidement dépassés. Certains bons samaritains décidèrent donc de s’organiser en milices, afin de faire régner l’ordre. Civils plus munitions à volonté, je vous laisse imaginer le résultat. Sur quelques mondes, le gouvernement central déclara l’état d’urgence. Loi martiale et paranoïa grandissante, là aussi, pas besoin de vous faire un dessin.

Ecœurés, pas mal de gens se sont tournés vers le spirituel. Je n’ai rien contre les religions comme le gnotiscisme zen ou le gospel yoga. Mais la plupart des courants qui se développèrent préconisaient vivement l’emploi d’explosifs contre ses semblables. Beaucoup, n’ayant plus aucun but valable, adoptèrent avec joie cette philosophie. La galaxie connut une vague sans précédent de terrorisme. Certains mondes passèrent sous la coupe des fanatiques. Et par conséquent, de l’armement lourd, le genre qui peut vaporiser une planète, tomba entre les mains des pires rebuts de l’humanité. Ces abrutis déclarèrent la guerre sainte contre la science et contre la résurrection. La plupart des centres furent vitrifiés par des frappes orbitales.

Tout ce petit monde commençait à bien s’échauffer les sangs et n’attendait qu’un prétexte pour ouvrir le feu. Je le leur ai malheureusement fourni. Ça ne devait être qu’une simple blague. Une vidéo truquée montrant le Dalaï évêque de l’église adventiste réformée se payant la tête du Grand Imam Shaman de la nouvelle confession inuit. Une toute petite vidéo de rien du tout balancée sur l’Hypernet, juste pour rigoler un peu. Malheureusement, ça a été l’étincelle qui a mis le feu aux poudres. Les affrontements armés n’étaient que la suite logique.

Assis à ma fenêtre, je regarde le ciel s’embraser. La plupart des planètes ont été détruites. La mienne est l’une des dernières. Bizarre quand même. On en avait fini avec la misère et les guerres. Et voilà qu’on remet ça ! Je me console en me disant que cette fin n’est peut-être qu’un nouveau début.