Structurer un roman – Laisser fermenter

structure-2

Le mois dernier, j’ai commencé à vous parler de ma méthode pour structurer un roman. Pour rappel, la première étape consistait à chercher une idée qui enthousiasme vraiment, et à définir dans quel genre et quelle tonalité on voulait écrire.

 

Passons maintenant à l’étape numéro 2 :

 

 

Etape 2 : laisser fermenter

 

 

La fermentation, c’est pour moi une étape importante. Ne vous précipitez pas à essayer d’établir tout de suite un plan pour votre histoire. Laissez reposer.

 

Notez les idées qui vous passent par la tête. Laissez-vous imprégner de l’histoire et des personnages.

Un conseil : notez vraiment tout. Ne vous dites pas : « cette idée a l’air super, je vais forcément m’en souvenir », parce que ça risque de ne pas être le cas.

Notez aussi tout, parce que ça va vous donner un sentiment de liberté. Le roman que vous allez écrire est en devenir, rien n’est fixé vous pouvez tout vous permettre. Partez dans tous les sens si vous voulez, ce n’est pas grave. Faites-vous plaisir, explorez les différentes possibilités de l’histoire !

 

Par contre, sachez que, si à ce stade-là vous bloquez sur l’histoire, que rien n’émerge, c’est probablement que l’idée de départ n’est pas aussi bonne que ce que vous pensiez.

Demandez-vous alors si vous êtes vraiment motivé par cette histoire, si en faisant quelques changements sur la tonalité, ou le genre, ça passe mieux.

 

Au bout d’un moment, vous allez voir émerger les grandes lignes de l’histoire : de quoi ça parle, où et quand ça commence, quels sont les grands évènements, comment ça finit. Vous saurez qui sont les personnages (ou du moins ce que vous avez envie qu’ils soient).

 

 

Exemple : Ceux du mercure

 

J’ai tourné et retourné l’histoire dans ma tête durant des mois.

Au départ, j’étais partie sur une histoire vraiment style espionnage, avant de me rendre compte que ça ne me plaisait pas vraiment.

Maximilien et Honoré devaient être frères, mais là aussi, c’était insatisfaisant. Puis, Maximilien est devenu le père d’Honoré, avant que j’arrête mon choix sur la relation oncle/neveu.

Erika devait être une antagoniste (une vilaine traîtresse), mais elle était trop sympathique pour ça.

 

En bonne fan de Lovecraft, je voulais introduire des cultistes dans l’histoire (parce que, comme dit un ami, un petit nettoyage de nid de cultiste à la grenade fumigène, ça fait toujours plaisir). Après des jours à réfléchir à cette possibilité, des dizaines de petites notes, il a fallu me rendre à l’évidence : ça ne collait pas avec ce que j’avais prévu. Ça ne s’accordait pas, ça faisait vraiment trop artificiel. Axe abandonné, donc.

 

 

Quand vous sentez que vous avez la structure générale de l’histoire en tête, direction phase 3.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire