Structurer un roman – raffiner le plan

structure-3

Nous abordons maintenant la troisième étape de ma méthode pour structurer un roman : le plan proprement dit.

 

Pour rappel, la première étape consiste à trouver une idée pour laquelle on s’enthousiasme vraiment et qui a du potentiel. La deuxième consiste à brainstormer tout ça, et à définir les grandes lignes de l’histoire.

Voyons maintenant de quoi il retourne.

 

 

Troisième partie : Raffiner le plan

 

Je suis une architecte : j’établis un déroulé précis de mon histoire, je découpe en chapitres, en scènes… J’ai besoin de savoir où je vais avant de commencer à écrire.

Si vous êtes plutôt du genre jardinier (et que vous avez quand même suivi cette série d’articles jusque-là, merci à vous ^^), vous pouvez sauter cette étape.

La plupart des jardiniers que je connais ont simplement besoin de connaître les grandes lignes de l’histoire et les personnages principaux pour pouvoir écrire.

 

 

Pour ceux qui auraient besoin d’un plan, voici quelques trucs afin de raffiner la structure brute qu’on a obtenue en un joli scénario qui tient la route.

 

— Identifier les grands évènements de l’histoire : les moments où il se passe un truc vraiment important, qui change le cours des choses. Ce sont les points clés de votre récit.

Pensez à ces évènements comme les grandes jonctions, ou des jalons.

 

— Réfléchir à la manière dont on va progresser entre ces différents jalons : qu’est-ce qui se passe qui fait qu’on arrive d’un point A à un point B ? Cherchez la logique, les causes et les conséquences pour avoir un enchaînement optimal.

J’insiste beaucoup sur ce point : il faut qu’il y ait une raison pour qu’on arrive à cet évènement marquant, sinon, ça paraîtra artificiel à la lecture (ou même au moment de l’écriture).

 

— Réfléchir à l’arc des personnages. Chaque personnage va connaître une évolution, et très souvent, leur évolution va être liée à celle de l’histoire.

Même chose que plus haut, ce qui leur arrive, ce qu’ils ressentent, leur évolution, tout ceci doit avoir des causes, et des conséquences.

 

À ce stade, la méthode flocon fonctionne pas mal pour moi, et je vous conseille d’y jeter un coup d’œil.

 

 

Si vous bloquez sur cette étape, que vous n’arrivez pas à définir de plan qui vous convienne, il y a plusieurs causes, et plusieurs solutions :

 

— L’histoire ne vous satisfait pas parce que vous avez l’impression qu’il manque quelque chose. Asseyez-vous et réfléchissez à ce qui vous bloque. Si vous avez un bêta lecteur de confiance, c’est le moment de lui parler de votre projet et de lui demander son avis sincère.

 

— Vous travaillez sur cette histoire depuis un moment maintenant et vous manquez un peu de recul. N’hésitez pas à faire une pause, passez à autre chose et revenez à l’histoire un peu plus tard.

 

— Vous êtes peut-être plus jardinier que ce que vous pensiez. Peut-être est-ce qu’une partie de l’histoire reste floue, mais que ça ne sert à rien de s’acharner à vouloir en faire un plan. Peut-être que ça se débloquera au moment de l’écriture.

 

 

 

Exemple : Ceux du mercure

 

Je connaissais mon point de départ : l’attentat au palais de l’Impératrice et le fait que des mercuriens y soient impliqués.

 

Je connaissais la fin (que je ne peux pas révéler ici ^^), mais aussi les grands moments marquants. Vu que les chapitres sont maintenant parus sur Wattpad, je peux parler de la bataille au chapitre 5 et les révélations du chapitre 6.

 

J’avais ces grands jalons, je savais qu’ils allaient aussi avoir un écho sur les personnages, j’ai donc « placé » ces points, et déterminé ce qu’il fallait pour que les personnages aillent de ce point A à ce point B.

 

 

Maintenant que vous avez un joli plan tout beau tout propre, c’est terminé ? Eh bien non ! Il reste encore une étape.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire