Tag: Space Opera

L’héritier de Clamoria – Bénédicte Taffin

Résumé

L’intrépide capitaine Akatz Ielena est appelée sur la planète Clamoria. La reine se meurt et le prince héritier a disparu. Dans ce royaume matriarcal, monter sur le trône exige d’être une femme. Le prince doit changer de sexe. Mais la colère gronde chez les hommes, ces citoyens de seconde classe. Ont-ils enlevé le prince pour le soustraire à son terrible destin ? C’est ce qu’Akatz est chargée de découvrir. 

 

 

Mon avis

J’ai découvert la plume de Bénédicte Taffin avec La Pucelle et le démon, que j’avais bien aimé. Alors quand je suis tombée sur ce livre, avec une héroïne féline, je me suis laissée tenter.

 

J’avoue avoir passé un bon moment avec la capitaine Akatz, son IA Polaris et son jeune matelot naïf Isidore (qui porte apparemment très bien le short moulant ^^).

L’univers dépeint ici est assez typique des space operas : un empire galactique, des planètes, des hors-la-loi, une force chargée de faire régner l’ordre. Sauf qu’ici, les femmes dominent la société, depuis qu’on a découvert qu’une particularité physique leur interdisait les voyages spatiaux. Du coup, les femmes sont en position de force et ça se ressent partout, notamment dans le langage, où beaucoup de termes sont féminisés et où, niveau grammaire, le féminin l’emporte sur le masculin.

C’est assez bien vu de l’auteur (ou auteure, ou autrice, faites votre choix), parce que ça amène à réfléchir sur le langage et sur la place du masculin et féminin. Ça désarçonne un peu au début, et puis on s’y fait.

Les hommes sont donc sur la planète Clamoria des citoyens de seconde zone, qu’on soupçonne d’avoir enlevé le prince Arthur afin d’empêcher son changement de sexe.

Je dois dire que je craignais un peu cet axe du roman, j’avais peur que ce soit trop manichéen, mais c’est écrit avec beaucoup de justesse. Les personnages masculins opposés au régime sont assez nuancés, chacun a ses revendications et ses raisons propres pour réclamer plus de droits.

Read more…

When the going gets tough, Cécile Duquenne

51n9nVntuPL._AA278_PIkin4,BottomRight,-48,22_AA300_SH20_OU08_

Résumé

Ça y est, Lara, Renaud, le Capitan et un certain nombre d’autres Bagnards quittent enfin le sol de la planète-prison. Destination ? La Terre… Mais il faut payer chèrement sa liberté, et dans l’espace, le danger est partout : dans les vaisseaux du Parti qui font blocus comme au cœur même du vide où règne un mystère qui pourrait bien coûter la vie aux évadés.

 

Mon avis

On quitte enfin Bagne en compagnie de Lara, Renaud et une troupe d’autres Bagnards. Mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises. Dans l’espace, personne ne vous entend hurler, en quelque sorte.

  Read more…

Fire made flesh, Cécile Duquenne

1406-foulards6_org

Résumé

Lara et Renaud chevauchent à bride abattue vers le Hubb, dont ils doivent récupérer la précieuse cargaison. C’est sans compter sur la nouvelle menace qui plane littéralement au-dessus de leur tête : l’apparition dans le ciel de Bagne de dizaine de vaisseaux du Parti… Mais que vient chercher le Parti sur la planète-prison ? La vérité sur Renaud, ou le déclenchement d’une nouvelle guerre ? Quoi qu’il en soit, s’évader n’a jamais été aussi vital !

 

Mon avis

Avant-dernier épisode de cette première saison, « Fire made flesh » est riche en action, mais aussi en révélations. Le rythme s’accélère, alors que les vaisseaux du Parti pour la paix descendent sur Bagne.

  Read more…

« Les marionnettistes » et « l’héritage des fondateurs »

Avec un peu de retard (Quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi le temps file aussi vite?), je vous annonce deux nouvelles publications !

 

« Les marionnettistes », chez Absinthe

 

Mais qui sont ces gens d’apparence ordinaire, mais qui se révèlent capable de manipuler les humains à leur guise, comme des marionnettes? Que veulent-ils vraiment ? Et surtout, comment leur échapper? 

 

 

 

illuHeritageDesFondateurs

« L’héritage des fondateurs » chez Etherval (Encore eux !)

 

Un groupe de scientifiques trouve un artefact sacré capable de changer le monde. Pour ne pas qu’il tombe entre de mauvaises mains et afin de sauver sa peau, Rhenna cherche refuge sur Obido. Cependant, la traque se poursuit.

 

Extrait :

Je tournai au coin d’une venelle et accélérai le pas, réfléchissant à toute allure. Je devais semer ces trois gaillards. […] Un bref coup d’œil jeté derrière mon épaule m’apprit que mes nouveaux amis me suivaient toujours. Dire que j’avais cru disparaître dans le ghetto d’Obido. Bravo Rhenna, quelle naïveté ! Du bout des doigts, j’effleurai ma nuque, là où l’implant se trouvait. Que d’emmerdes pour un bout de métal intelligent !

 A noter que cette nouvelle est disponible en version papier ou numérique (alors foncez !).

 

 

 

J’en profite pour faire un peu de pub pour un coauteur d’Etherval, Romain Billot, auteur de la très bonne nouvelle « Le phare au coeur des brumes », qui est sélectionné pour le 2ème tour du prix Merlin. N’hésitez pas à voter pour lui !

 

Warchild, Karin Lowachee

8906

Résumé

Jos Musey a huit ans. Et à huit ans, comme beaucoup de gamins de son âge, il n’a pas la moindre idée de ce que sera sa vie future. En fait, il n’a même aucune idée de ce que sera sa vie dans quelques minutes, car il ignore s’il en aura toujours une, de vie. Quant aux pirates qui attaquent les vaisseaux marchands du ConcentraTerre, des vaisseaux comme le sien, il ne sait que ce que les grands ont bien voulu lui en dire : la mort, l’esclavage, et les choses sans nom que certains adultes font avec les enfants… Et il y a les striviirc-na. Les aliens. Jos en sait encore moins à leur sujet. Juste qu’ils mangent les enfants… et qu’ils ont avec eux le Warboy, le guerrier ultime, l’Ennemi. Mais il y a une chose pourtant que Jos sait à coup sûr. Les combats qu’il entend depuis sa cachette dans les entrailles du Mukudori, les cris, les tirs de laser et l’odeur de fumée sont sans appel : les méchants arrivent et ses parents sont morts…

 

Mon avis

 

Bilan mitigé pour ce roman SF, j’ai été déçue par certains aspects tandis que j’en ai bien aimé d’autres.

 

Je commence par le moins bon : j’ai acheté ce roman lors d’une promo de l’éditeur, et vu les critiques qu’il en faisait, je m’attendais à un bon gros space opera qui déménage. Même si Warchild a sa part d’action, c’est en réalité un roman psychologique, un peu trop à mon goût. J’ai parfois eu la sensation que l’intrigue peinait à avancer, et que Jos tournait en rond, répétait les mêmes erreurs, faisait face aux mêmes problèmes.

 

Je n’ai pas trop accroché au style de la première partie, écrite comme une adresse au lecteur. Je comprends ce que l’auteur a voulu traduire : Jos se dédouble pour ne pas affronter directement l’horreur de ce qu’il vit aux mains de Falcone, ça arrive à quelqu’un d’autre mais pas à lui. J’ai néanmoins eu du mal à accrocher à ce tutoiement, ça m’a bloquée dans la lecture.

 

Dans les aspects qui m’ont plu, j’ai trouvé les personnages très fouillés et réalistes, Jos en tête. On suit son évolution, de ses huit à ses dix-sept ans, et les épreuves qu’il va traverser : prisonnier d’un pirate pédophile, apprenti d’un prêtre-assassin d’une culture alien, soldat dans un vaisseau… Jos est marqué à vie par Falcone le pirate, on peut dire qu’il est détruit avant même de commencer à se construire. Par moment, la lecture est éprouvante, car on a la sensation qu’il n’y a aucun espoir pour Jos, que toute sa vie il portera cette marque sans jamais parvenir à s’en défaire. La fin reste ambigüe à ce sujet, il tue Falcone, mais on est en droit de se demander si ça sera suffisant pour qu’il parvienne à passer à autre chose.

Au rayon des personnages torturés, on peu aussi citer Niko, humain converti à la cause des Strivirrc, Azarcon, capitaine humain en lutte contre les Striviirc et contre les pirates, ancienne victime de Falcone, ou encore Evan, compagnon d’enfance de Jos, qui a connu des choses encore pire que ce dernier (c’est dire !).

 

L’intrigue commence « petit », au sens qu’elle est vue par les yeux d’un enfant de huit ans qui a en tête sa propre survie et ne connait pas les conflits qui agitent humains et Strivirrc-na. L’univers se développer petit à petit, au fur et à mesure que Jos grandit et qu’il apprend. On découvre par ses yeux la culture des Strivs (assez développée et cohérente, même si par moment j’ai eu l’impression d’avoir affaire à des bouddhistes zen aliens), mais également les ramifications du conflit. J’ai eu un peu de mal au départ avec le peu d’informations données (peu de descriptions, quelques allusions), mais au final, le parti pris est cohérent avec le cheminement du personnage principal.

 

La fin est très ouverte, et même un peu trop pour moi. J’aurais aimé en savoir plus sur le futur de Jos, avec qui il va choisir de rester ? Est-ce qu’il a une chance de se reconstruire ?

 

Conclusion : pas un coup de cœur, mais un roman intéressant au final. Je verrai éventuellement les autres tomes de la série.