L’anarchisme

L’anarchisme

Voici le résultat de quelques recherches menées pour « Ceux du mercure ». À un moment du développement de l’histoire, je me demandai si je ne ferai pas intervenir une faction humaine dont l’action s’opposerait à celle du gouvernement des brigades du mercure. Ces anarchistes kerysiens devaient servir de fausse piste à nos héros.

Au final, j’ai abandonné l’idée du complot anarchiste, car je n’arrivai pas à la raccorder efficacement au reste de l’histoire. Mais j’ai conservé l’idée et créé les Individualistes, dont l’idéologie est proche de celle des anarchistes.

 

Brève présentation de l’anarchisme :

Le mouvement naît du contraste entre le libéralisme qui met l’individu au centre de la société, et les faits qui montrent que dans une société libérale, seuls le mieux armé et le plus riche survivent.

 Les 1ers anarchistes dénoncent l’égalité fausse mise en place par la Révolution, et veulent lui substituer une égalité sociale. Les anarchistes veulent reconstruire la société, sans que l’État y prenne part, car l’État ne donne que des libertés illusoires.

Les penseurs

Fondements philosophiques

–        Rationalisme

Homme est doué de raison, mais est perpétuellement tiraillé entre se conformer à la société et son égoïsme.

Pour faire respecter les libertés de tous : on crée l’État.

Mais, pour que les libertés soient respectées, le Citoyen devrait pouvoir se retirer à tout moment de l’État, s’il estime que sa liberté est bafouée.

–        Idéalisme

Hegel, une idée absolue qui englobe tout.

–        Christianisme

Bakounine : il pense que l’homme est au départ un animal et que l’histoire n’a en fait été que la progression de l’homme pour se débarrasser de son animalité. L ‘état, religion : une aliénation. Il prône le collectivisme.

Tolstoï : il est contre l’Église, car même s’il est chrétien, elle a perverti l’enseignement du Christ et enferme les fidèles. Il est contre l’État, car il asservit les masses (répression, corruption via l’impôt qui maintien une caste de fonctionnaire qui asservit les masses, intimidation, service militaire). Richesse : assure la domination de celui qui possède sur celui qui n’a rien. Son idée : que l’homme travaille ce qu’il peut et qu’il n’obtienne que ce dont il a besoin.

Les grandes idées

Contrat anarchiste : sur le modèle du contrat social de Rousseau, mais il doit plus protéger les individus et garantir la liberté, là où Rousseau propose d’abandonner ses libertés à l’État. Le contrat anarchiste débouche sur le fédéralisme : union librement consentie des individus qui doit remplacer l’État.

Antisocialisme : parce que le socialisme part du principe que le prolétariat est une masse indistincte, alors que l’anarchisme prône l’individualisme.

Associationnisme : la société est quelque chose de figé et de sclérosé qui contraint les individus. Au contraire, une association se fait entre des individus et dure tant qu’ils le veulent bien. Rien de contraignant.

Égoïsme : apparemment, les anarchistes prônaient l’égoïsme. Mais en réalité, s’ils condamnent la vertu parce qu’elle enchaîne, s’adonner au vice asservi également l’individu.

Entraide : contrairement à la vertu et à la morale, qui imposent une conduite à l’individu, l’entraide anarchiste est quelque chose de profondément humain. Vu que le moi est souverain, si on décide d’aider quelqu’un, c’est parce qu’on le veut vraiment, on est seul à décider d’agir.

Fin du XIXe : apparition du terrorisme anarchiste. Les buts : affirmer la volonté du moi dans le meurtre, ébranler la société

Bon, voilà, c’est très succinct, si vous souhaitez aller plus loin, je vous conseille la lecture du « Que sais-je » d’Henri Arvon sur le sujet (n°479 : l’anarchisme). Ces quelques notes sont basées sur cet ouvrage que je recommande.

Publié dans Ressources | Mots clés : , , , | Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.