La cité des ténèbres, Cassandra Clare

9782266244299

Résumé

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup ! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

 

Mon avis

Ça fait un petit moment que j’entends parler de cette saga, dont l’auteur s’est fait connaître grâce à des fan fictions de Harry Potter. La série, prévue en une trilogie, compte maintenant cinq tomes, et vient de se doter d’une préquelle située dans un Londres XIXe siècle (préquelle apparemment steampunk qui m’intéresse pas mal du coup). Piquée par la curiosité, je me suis donc lancée dans la lecture de cette saga.

 

Premier constat : on voit très clairement la filiation Harry Potter. Il est difficile de lire le livre et de ne pas remarquer les similitudes entre la situation et les personnages. Comme pour Harry Potter, le monde des humains et celui des créatures magiques cohabitent et certains humains ont la faculté de voir ces créatures, ce sont les chasseurs d’ombre. Le grand méchant de l’histoire est un de ces chasseurs d’ombres, disparu depuis des années, mais qui avait tenté de prendre le pouvoir et de donner aux siens la place qui leur était due (tout en haut de la pyramide sociale, au cas où vous ne l’auriez pas compris). Tout ceci doit vous dire quelque chose. Clary, le personnage principal, ressemble furieusement à Ginny Wesley, Jace a des côtés Draco Malfoy. Simon rappellerait plus Neville.

 

L’univers respecte les codes de l’urban fantasy : deux mondes qui cohabitent, des humains « élus », des fées, des magiciens, des loups-garous et des vampires.

 

Mais bien que tout cela ne soit pas très original, l’ensemble fonctionne plutôt bien. Peut-être était-ce parce que ce roman était une lecture post Nanowrimo, et que j’avais besoin d’un truc léger pour décompresser, mais j’ai eu plaisir à suivre Clary et ses nouveaux amis dans leurs péripéties. Je dois avouer que les personnages sont plutôt bien campés. Les dialogues sont vifs et assez drôles. J’avoue que j’aime bien quand les personnages manient l’ironie et le sarcasme. Même si l’histoire ne réserve pas surprise majeure (honnêtement, je ne suis pas tombée de mon siège en lisant les grosses révélations), les différentes péripéties s’enchaînent bien, avec ce qu’il faut de moments d’émotion et de rebondissements.

 

En résumé, cette lecture ne me laissera peut-être pas un souvenir impérissable, mais j’avoue avoir passé un bon moment, et je lirai la suite avec plaisir.

 

 

Si vous avez aimé cette chronique et ne voulez en louper aucune autre, laissez-moi votre mail et inscrivez-vous à ma newsletter.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire