Faiseur de rêve, Aude Réco

41ahxpL+PVL._SL460_

Résumé

Elle s’appelle Lou et vit dans la rue après le grand effondrement de l’économie mondiale. Lui n’a pas de nom, juste un matricule, car il n’existe pas vraiment. Il sort d’on ne sait où, d’ailleurs. Il est son petit homme des rêves et elle lui accorde une confiance aveugle sans comprendre pourquoi. Dans une ville coupée du monde par de gigantesques remparts, ils traquent le tueur en série au masque de porcelaine qui sévit à la nuit tombée : Mécanique Asylum. Mais des ombres tout droit sorties de 39-45 envahissent la Vieille ville et entraînent les deux jeunes gens bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer, à l’origine de toute vie.

 

Mon avis

 

Merci à Aude Réco pour son partenariat.

 

Faiseur de rêves est un court roman fantastique, et fantasmagorique, je dirai même.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire au début. J’ai trouvé le premier tiers un peu brouillon, les péripéties s’enchaînent sans aucun temps de repos, à tel point que par moment, j’étais un peu perdue. J’aurais bien aimé le rythme soit un peu plus posé, pour permettre de mieux découvrir les personnages et surtout cette énigmatique Vieille ville.

Nathan, le fameux faiseur de rêves, est tout de suite sympathique,  une sorte de grand gamin dégingandé, un peu perdu, un peu fou, pas totalement humain comme on le devine assez vite. Il m’a furieusement fait penser au 11e docteur, joué par Matt Smith (d’ailleurs, la filiation avec Doctor Who est assez évidente, ce qui n’a pas été pour me déplaire bien évidemment). J’ai par contre eu beaucoup de mal à accrocher au personnage de Lou au départ. Je l’ai trouvée pénible et avec la constance émotionnelle d’une girouette.

 

J’avoue que pour moi, le charme a pris plutôt dans la deuxième partie du livre. La relation entre Nathan et Lou, qui partait au départ plutôt comme une romance, évolue en une relation de solide amitié qui m’a beaucoup plus parlé.

Lou évolue et perd ce côté râleur et lunatique qui m’énervait au début. Du coup, j’ai l’ai trouvée plus touchante, notamment tout le moment où elle est perdue de l’autre côté des miroirs et que Nathan l’a oublié.

 

Ce qui m’a séduite dans cette partie, c’est la tonalité onirique. J’ai beaucoup aimé les descriptions de cette ville qui se délite, en proie aux ombres et aux cauchemars. Il y a vraiment de très beaux moments, notamment ceux dans un théâtre, dans un drôle d’asile et dans une bibliothèque mystérieuse où Nathan trouve enfin des réponses à ses questions.

 

La fin est vraiment belle et mélancolique, toute en douceur et en poésie. Pour moi, elle conclut bien ce joli roman, et rattrape ce qui m’avait gênée en début de lecture.

 

Achetez le livre chez  : 

AmazonItunesKoboFnacIggybookXinxiiYouscribe

 

 

 

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire