La cité des ténèbres, tome 2, Cassandra Clare

la-cite-des-tenebres,-tome-2---la-cite-des-cendres-349906

Résumé

Le Monde Obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d’un loup-garou survenu devant le Hunter’s Moon, l’un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d’Ombres, l’Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l’Enclave pour s’emparer de l’Institut : Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare. Pris dans la tourmente des événements, écartelés entre cœur et raison, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans un combat entre les forces du Bien et du Mal, qui les mènera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l’East River…

 

Mon avis

Je continue sur ma lancée avec cette série, et j’avoue que mon avis sera sensiblement le même que pour le tome 1 : rien de bien nouveau sous le soleil, mais c’est quand même plaisant à lire.

 

On retrouve Clary, en proie au tourment depuis qu’elle a appris la vérité sur son père et sur Jace. Sa mère est toujours à l’hôpital, ce qui n’arrange rien. La situation se complique encore quand un jeune loup-garou est tué et qu’une inquisitrice arrive d’Idriss pour faire la lumière sur les récents évènements.

 

Comme pour le premier tome, les péripéties s’enchaînent bien, sans temps mort, avec ce qu’il faut de rebondissements. Il y a quelques facilités, notamment à la fin (le revirement et sacrifice héroïque d’un des personnages, et un sauvetage un peu « deus ex machina »), mais globalement, ça se lit bien. J’avoue aussi que j’ai un petit faible pour l’humour des personnages, notamment Jace et Simon, qui ont la langue assez acérée et font preuve d’un certain bon sens (« Ne jamais conclure que le méchant est mort tant qu’on n’a pas retrouvé le corps, récita Simon. Ça évite les ennuis et les mauvaises surprises. »).

 

Ce deuxième tome développe un peu les personnages, notamment Jace et Valentin. J’avoue que j’aime bien le traitement de ce dernier. Autant dans le premier livre, il faisait un peu clone de Voldemort, autant ce tome deux parvient à lui donner une vraie personnalité : celle d’un pervers narcissique manipulateur au possible. Du coup, ça lui donne une aura inquiétante, car on sait qu’il peut manipuler presque tout le monde à sa guise.

Côté personnages secondaires, on en sait un peu plus sur Luke, Alec et Magnus, avec d’ailleurs un début de romance entre ces deux là. C’est un peu dommage qu’ils restent dans l’ombre, j’aurais bien aimé savoir comment ce garçon timide et ce sorcier flamboyant vieux de plusieurs siècles en sont venus à se fréquenter.

 

Outre les rebondissements, une bonne partie de l’intrigue est dévolue au triangle entre Simon, Jace et Clary. J’avoue que normalement, ce genre de passage n’est pas ma tasse de thé, mais là, ça passe plutôt bien, peut-être parce que les sentiments sont dépeints avec une certaine justesse.

 

 

En conclusion : du bon divertissement, sympa à lire et bien addictif, mine de rien. Rendez-vous bientôt pour la conclusion de cette trilogie.

 

Et n’oubliez pas, vous pouvez vous abonner à la Newsletter du site, afin de ne louper aucune actualité.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire