Les mensonges de Locke Lamora, Scott Lynch

 1401-salauds1_org

Résumé

Locke Lamora est un voleur qui officie dans la tentaculaire cité de Camorr. Mais Locke n’est pas un voleur ordinaire, en compagnie de sa bande, les Salauds gentilshommes, il met un point d’honneur à uniquement voler la noblesse, grâce à des stratagèmes élaborés.

Lui et sa bande préparent un coup d’envergure, une arnaque comme ils n’en ont jamais tenté. Mais la ville de Camorr et le petit monde des voleurs sont secoués par l’apparition d’un mystérieux homme, le Roi Gris, qui traque les voleurs pour les tuer. Et quand son chemin croise celui de Locke, les ennuis ne sont pas loin.

 

Mon avis

Voilà, ça y est, premier coup de cœur de 2015. Il n’aura pas fallu longtemps, mais ce livre me faisait de l’œil depuis un moment déjà.

 

Je dois quand même avouer que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Le style est un peu particulier, avec un usage un peu trop fourni des parenthèses à mon goût, et un vocabulaire argotique un peu trop moderne. L’histoire commence doucement, par beaucoup de circonvolutions, à tel point que je me suis demandée si l’auteur savait où il allait.

 

La réponse est oui. Une fois que les différents fils de l’histoire sont lancés, c’est parti pour une histoire haletante, riche en rebondissements. Impossible de lâcher le livre sur le dernier tiers, je voulais absolument connaître la suite. J’ai beaucoup la richesse de l’intrigue et le fait que l’auteur soit capable d’utiliser de petits détails pour ensuite leur donner une importance. Sans spoiler, c’est du très bon, attendez-vous à être surpris.

 

Les personnages sont très bien campés. J’aime beaucoup Locke, voleur et menteur invétéré, mais avec une éthique. Il ne manque pas d’humour et d’autodérision et de n’apitoie pas sur lui-même. J’aime son inventivité, sa manière de toujours rebondir et tenter de tirer le meilleur parti d’une situation. Il est accompagné par le taciturne Jean, diablement efficace en combat (Ah… l’affrontement contre les contrerequiallas), les jumeaux Calza et le jeune Moucheron, aussi énergique que casse-cou.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, en quelques scènes, Scott Lynch réussit à leur donner une vraie dimension et une personnalité (j’aime beaucoup le medikiner qui les soigne à la fin).

 

L’univers est également extrêmement riche : une sorte de Venise, mais où ont vécu les représentants d’une race désormais éteinte. Par les péripéties de Locke, Scott Lynch parvient à faire exister cette ville et surtout ses habitants, en nous donnant à voir leur vie quotidienne, en nous présentant leur mœurs et traditions.

 

La fin ouvre bien des possibilités, que va devenir Locke ? Va-t-il retrouver la mystérieuse Sabetha qui lui a laissé le cœur en miettes ? Dans quel pétrin va-t-il encore se fourrer ?

 

En conclusion : gros coup de cœur pour ce roman, vivement la suite !

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire