Ce qui ne me tue pas, David Lagercrantz (Millenium 4)

419zGjCKIDL._SX300_BO1,204,203,200_

Résumé

Quand Mikael Blomkvist reçoit un appel d’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle qui affirme détenir des informations sensibles sur les services de renseignement américains, il se dit qu’il tient le scoop qu’il attendait pour relancer la revue Millénium et sa carrière. Au même moment, une hackeuse de génie tente de pénétrer les serveurs de la NSA

 

Mon avis

J’avais beaucoup aimé la trilogie originale de Stieg Larsen, j’ai suivi de loin en loin la bataille juridique qui a suivi son décès et le succès foudroyant de ses œuvres (suite, pas suite ? ), j’étais curieuse de voir ce que le successeur allait pouvoir faire de cette série.

 

J’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Le premier tiers du livre est assez lent, avec beaucoup d’exposition. On rappelle bien qui sont les personnages, ce qu’ils sont devenus… Comme pour la trilogie originale, il y a beaucoup, beaucoup de description de tous les objets que les personnages utilisent. J’ai trouvé ça un peu fastidieux et un peu creux au final.

Contrairement aux trois premiers livres où le rythme était assez soutenu et on était plongé dans l’action, ici, ça met vraiment du temps à démarrer.

Autre chose qui m’a gênée : le personnage de Lisbeth. J’avais bien aimé son côté atypique et asocial dans les premiers livres, mais là, je trouve que l’auteur en fait un peu trop. Lisbeth est devenue une sorte de génie incompris, presque un super héros. Tous les personnages ou presque s’extasient sur son intelligence, son caractère, sa manière de boxer…  Pour moi, c’était un peu trop.

 

Malgré ces réticences, l’histoire reste plaisante à suivre et bien ficelée. On retrouve avec plaisir Blomkvist, Lisbeht, Erika et toute la bande de Millenium. On découvre de nouveaux personnages, que l’auteur arrive à brosser en quelques lignes.

 

Le dernier tiers retrouve le rythme haletant de la trilogie originale, et le dénouement est assez jouissif (il a un côté un peu bisounours, mais on est quand même content de voir que certains personnages s’en tirent et que les connards sont punis).

 

 

En conclusion

Une lecture plaisante, qui n’égale quand même pas la trilogie originale.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune info en vous abonnant à la newsletter