Scott Westerfeld, Leviathan

Un mot d’abord sur le livre en lui-même : c’est le genre d’ouvrage qui vaut vraiment le coup d’être acheté en version papier. La couverture est en relief et le livre est abondamment illustré. C’est déjà un bel objet.

 

Le contenu maintenant. Je n’ai pas eu de franc coup de cœur pour cette lecture, mais j’ai trouvé l’histoire plaisante et bien menée.

Le début est un peu lent à se mettre en place, mais une fois que l’intrigue est lancée, les péripéties se déroulent agréablement. On suit avec plaisir les aventures de nos jeunes héros, de caractères bien différents. Alek est un jeune noble qui a toujours vécu relativement protégé et qui apprend la vie d’errance et l’exil. Deryn est un garçon manqué dont le rêve est de voler, et qui doit maintenir son secret (les femmes ne sont pas autorisées dans l’aviation) et qui est confrontée aux réalités de la guerre.

 

L’univers mis en place est intrigant. J’ai bien aimé les Darwinistes, avec leurs animaux modifiés afin de servir aux mieux les besoins des hommes, c’est assez original et bien représenté dans le roman. Par contre, niveau plausibilité, euh… moyen quand même. Mais bon, comme le dit le mantra « it’s just a show, I should really just relax ». Donc ne boudons pas notre plaisir, parce qu’il faut le reconnaître : des machines dignes d’un savant-fou et des baleines volantes, c’est quand même super cool !

 

En résumé : une lecture plaisante, un bon moment de détente et d’évasion, je lirai la suite avec plaisir.

 

Pages: 1 2

Laisser un commentaire