Semaine Sanglante, Vincent Tibéon

61ekrP6yudL._AA324_PIkin4,BottomRight,-54,22_AA346_SH20_OU08_

Résumé

Mai 1871, Paris brûle, Paris saigne, les communards se battent contre les versaillais et la cité vomit sa douleur. Au milieu de ce chaos, un étrange équipage s’apprête à accoster par la voie des airs. À bord du dirigeable Samos, la mystérieuse Marie de Longueville et ses compagnons – le cuirassé Edgar Soisson, l’inventrice Groseille, le navigateur Samuel Lemel et le machiniste Le Quéant – doivent plonger dans la violence et les troubles de la capitale. Leur mission ? Empêcher qu’un mal encore plus grand ne profite de la rage des hommes pour s’offrir une renaissance !

 

Mon avis

Nouvelle découverte via le Twitter de l’auteur, le pitch me semblait alléchant, je me suis laissée tenter, et je ne suis vraiment pas déçue, car j’ai passé un bon moment de lecture.

 

L’histoire est bien menée, laissant une large place à l’action. On ne s’ennuie pas, on court dans les rues de Paris en compagnie de Marie de Longueville et d’Edgar Soisson, à la poursuite d’une mystérieuse créature.

Il s’agit apparemment de la première nouvelle d’une plus longue série, mais elle « tient debout » toute seule, au sens que l’histoire développée a un début et une fin, même si elle ouvre sur des ramifications plus vastes.

 

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de la nouvelle, on sent bien le chaos qui anime Paris, les gens qui fuient, se battent, les rues qui brûlent. Une vraie ambiance de fin du monde, qui colle tout à fait à l’atmosphère de la nouvelle.

 

Je pense que ce que j’ai préféré dans cette nouvelle, ce sont les personnages. Ils sont bien campés, et ce en quelques lignes. J’avoue avoir une préférence pour Groseille, l’ingénieure un peu soupe au lait et pour Soisson, le militaire s’exprimant par figures poétiques. J’ai hâte de retrouver ce petit monde dans de nouvelles aventures.

 

La nouvelle est disponible en numérique à cette adresse. N’hésitez pas à l’acheter !

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire