Warchild, Karin Lowachee

8906

Résumé

Jos Musey a huit ans. Et à huit ans, comme beaucoup de gamins de son âge, il n’a pas la moindre idée de ce que sera sa vie future. En fait, il n’a même aucune idée de ce que sera sa vie dans quelques minutes, car il ignore s’il en aura toujours une, de vie. Quant aux pirates qui attaquent les vaisseaux marchands du ConcentraTerre, des vaisseaux comme le sien, il ne sait que ce que les grands ont bien voulu lui en dire : la mort, l’esclavage, et les choses sans nom que certains adultes font avec les enfants… Et il y a les striviirc-na. Les aliens. Jos en sait encore moins à leur sujet. Juste qu’ils mangent les enfants… et qu’ils ont avec eux le Warboy, le guerrier ultime, l’Ennemi. Mais il y a une chose pourtant que Jos sait à coup sûr. Les combats qu’il entend depuis sa cachette dans les entrailles du Mukudori, les cris, les tirs de laser et l’odeur de fumée sont sans appel : les méchants arrivent et ses parents sont morts…

 

Mon avis

 

Bilan mitigé pour ce roman SF, j’ai été déçue par certains aspects tandis que j’en ai bien aimé d’autres.

 

Je commence par le moins bon : j’ai acheté ce roman lors d’une promo de l’éditeur, et vu les critiques qu’il en faisait, je m’attendais à un bon gros space opera qui déménage. Même si Warchild a sa part d’action, c’est en réalité un roman psychologique, un peu trop à mon goût. J’ai parfois eu la sensation que l’intrigue peinait à avancer, et que Jos tournait en rond, répétait les mêmes erreurs, faisait face aux mêmes problèmes.

 

Je n’ai pas trop accroché au style de la première partie, écrite comme une adresse au lecteur. Je comprends ce que l’auteur a voulu traduire : Jos se dédouble pour ne pas affronter directement l’horreur de ce qu’il vit aux mains de Falcone, ça arrive à quelqu’un d’autre mais pas à lui. J’ai néanmoins eu du mal à accrocher à ce tutoiement, ça m’a bloquée dans la lecture.

 

Dans les aspects qui m’ont plu, j’ai trouvé les personnages très fouillés et réalistes, Jos en tête. On suit son évolution, de ses huit à ses dix-sept ans, et les épreuves qu’il va traverser : prisonnier d’un pirate pédophile, apprenti d’un prêtre-assassin d’une culture alien, soldat dans un vaisseau… Jos est marqué à vie par Falcone le pirate, on peut dire qu’il est détruit avant même de commencer à se construire. Par moment, la lecture est éprouvante, car on a la sensation qu’il n’y a aucun espoir pour Jos, que toute sa vie il portera cette marque sans jamais parvenir à s’en défaire. La fin reste ambigüe à ce sujet, il tue Falcone, mais on est en droit de se demander si ça sera suffisant pour qu’il parvienne à passer à autre chose.

Au rayon des personnages torturés, on peu aussi citer Niko, humain converti à la cause des Strivirrc, Azarcon, capitaine humain en lutte contre les Striviirc et contre les pirates, ancienne victime de Falcone, ou encore Evan, compagnon d’enfance de Jos, qui a connu des choses encore pire que ce dernier (c’est dire !).

 

L’intrigue commence « petit », au sens qu’elle est vue par les yeux d’un enfant de huit ans qui a en tête sa propre survie et ne connait pas les conflits qui agitent humains et Strivirrc-na. L’univers se développer petit à petit, au fur et à mesure que Jos grandit et qu’il apprend. On découvre par ses yeux la culture des Strivs (assez développée et cohérente, même si par moment j’ai eu l’impression d’avoir affaire à des bouddhistes zen aliens), mais également les ramifications du conflit. J’ai eu un peu de mal au départ avec le peu d’informations données (peu de descriptions, quelques allusions), mais au final, le parti pris est cohérent avec le cheminement du personnage principal.

 

La fin est très ouverte, et même un peu trop pour moi. J’aurais aimé en savoir plus sur le futur de Jos, avec qui il va choisir de rester ? Est-ce qu’il a une chance de se reconstruire ?

 

Conclusion : pas un coup de cœur, mais un roman intéressant au final. Je verrai éventuellement les autres tomes de la série. 

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire