20 intrigues types et comment les construire

20_master_plots_ronald_b_tobias_medium20_master_plots_ronald_b_tobias_medium20_master_plots_ronald_b_tobias_medium20_master_plots_ronald_b_tobias_mediummaster_medium

D’après George Martin, il existe deux types d’écrivains : les jardiniers qui écrivent à l’instinct et cultivent leur histoire au fur et à mesure qu’ils écrivent et les architectes, qui ont besoin de savoir où ils vont avant de se lancer. J’appartiens définitivement à la deuxième catégorie, et afin de parfaire mes connaissances sur l’art de la construction d’histoire, j’ai décidé de lire un peu de théorie sur le sujet.

Voici donc les notes prises sur le livre « 20 master plots and how to build them » de Ronald Tobias. Le principe est simple : livrer un guide qui présente vingt intrigues types, avec leurs spécificités et comment les construire.

Le livre est disponible chez Amazon en version brochée ou en numérique.

Introduction

Quand on parle de structure narrative, on pense roman ou film, mais notre vie de tous les jours est peuplée d’histoires qu’on raconte (des anecdotes, blagues…) qui utilisent des structures narratives.

L’intrigue d’un roman est souvent comparée au châssis d’une voiture, ou au squelette, mais pour Ronald Tobias, l’intrigue est quelque chose de plus diffus, qui sous-tend toute l’œuvre.

Une bonne intrigue est comme une énigme : elle pose des questions, y répond en en posant d’autres, et relance ainsi perpétuellement l’intérêt du lecteur.

Quand on écrit, on ne sait pas si la route qu’on prend sera la bonne, mais on sait en général où l’on va (ou tout du moins, où l’on veut aller). Il est important d’appliquer des structures à son œuvre et le livre essaye de dégager une vingtaine de structures assez universelles pour pouvoir être utilisées pour écrire.

Il faut néanmoins différencier histoire et intrigues : une histoire est la narration d’événements dans l’ordre où ils sont survenus ; une intrigue connecte différents éléments pour leur donner du sens, susciter des questions et des réactions. Une intrigue introduit de la logique, des rapports de cause à effet.

Aristote a théorisé ce que doit être une intrigue : une action unifiée qui crée un tout, composé d’un début, d’un milieu et d’une fin. Le début plante le décor, les personnages, et l’élément perturbateur. Le milieu introduit les péripéties, ce que les héros doivent affronter pour atteindre leurs buts. La fin comprend le climax de l’action et la résolution des questions laissées en suspens.

Les plus petits dénominateurs communs des intrigues

— De la tension pour alimenter l’intrigue.

— Des antagonismes pour alimenter la tension.

— Construire les conflits, leur donner de l’ampleur pour garder la tension tout au long de l’histoire.

— Les personnages doivent sortir changés des épreuves qu’ils affrontent.

— Quand quelque chose arrive, s’assurer que c’est vraiment important et mérite d’être raconté.

— Quand on introduit un élément qui aura son importance pour la suite, il faut le faire avec subtilité.

— Si la vie réelle est chaotique et pleine d’imprévision, une œuvre de fiction a besoin d’ordre et de règles (et surtout que l’auteur respecte lesdites règles). Elle a besoin de causes et d’effets définis.

— Les personnages principaux doivent accomplir les actions principales du climax.

La force directrice

Il faut se dire que chaque auteur a des méthodes, qui fonctionnent pour lui, mais peut-être pas pour les autres. Pour un écrivain, il est important de se connaître et de savoir ce qui marche pour soi.

Les intrigues peuvent être divisées en deux catégories

— Le corps : tout ce qui est relié à la force, la violence, la recherche de la supériorité… = Les intrigues d’action.

Tout est centré sur les péripéties, sur l’enchaînement des actions, sans grande interrogation morale et sans que le héros soit vraiment changé à la fin de l’histoire.

— L’esprit : Tout ce qui est relié à l’intelligence, la fraude, les coups fourrés… = les intrigues de réflexion.

Moins d’actions, plus de place accordée au chemin intérieur des personnages et à leur évolution.

Avant d’écrire, il faut commencer par décider ce qui est plus important pour nous : l’action ou les personnages.

Les structures profondes

On a déterminé quelle était la force directrice, maintenant, il faut choisir une structure profonde : une morale.

Chaque œuvre possède des valeurs morales, qui sont inhérentes à l’univers construit. Elles peuvent être plus ou moins développées, selon le style d’histoire et le genre qu’on écrit.

On a toujours tendance à vouloir simplifier la morale, à tout voir en blanc ou en noir, au risque de tomber dans le cliché. Dans ces cas-là, la réponse est évidente, on sait pour qui on doit tenir et qui va gagner. Un bon auteur maîtrise au contraire les nuances de gris et sait poser les questions auxquelles la réponse n’est pas évidente.

Lorsqu’on écrit, on a tendance à penser qu’en temps qu’auteur, on est dieu. En réalité, l’auteur est plutôt un arbitre : il se tient entre des forces opposées, des personnages dont les objectifs divergent.

Le bon auteur ne prend pas parti pour un personnage, évitera de présenter la situation uniquement en faveur de l’un et en défaveur de l’autre, mais veillera à donner tous les éléments, à bien faire ressortir les dilemmes entre ce qu’il est juste de faire et ce qu’il faut faire.

Triangles

Chaque personnage va avoir une dynamique avec les autres personnages avec lesquels il interagit. Plus on ajoute de personnages, plus on multiplie les dynamiques, au risque de se perdre. À l’inverse, avoir seulement deux personnages principaux est vite lassant.

Trois est le nombre magique : avec trois personnages principaux, on peut rebondir rapidement, jongler entre les conflits et avoir de la complexité, sans se perdre.

Mais il faut se rappeler que le duo le plus dynamique reste l’interaction entre le personnage et l’intrigue. Depuis Aristote, les choses ont un peu changé : Aristote pensait que la personnalité déterminait les actions, or désormais, on considère que la manière dont le personnage agit détermine son caractère.

Intrigue 1 : la quête

Un personnage cherche un objet, une personne, ou un lieu. L’une des intrigues les plus universelles.

Attention à ne pas confondre un objet de quête avec un « Mac Guffin » (terme créé par Hitchcock pour désigner un objet qui semble avoir de l’importance pour le personnage, mais au final, n’en a pas pour le réalisateur et par conséquent, pas vraiment pour l’histoire).

Un objet de quête change profondément un personnage, un Mac Guffin n’est qu’un prétexte pour lancer l’intrigue.

Les caractéristiques d’une quête

— Le protagoniste est important, c’est un personnage profond et travaillé.

— La quête va le changer profondément (en réalité, l’objet de la quête est souvent la sagesse).

— Les personnages sont toujours en mouvements, ils avancent, tendent vers quelque chose, mais l’auteur reste aux commandes, il sait où il va et ce qu’il veut faire voir au lecteur à travers le voyage.

— Très souvent, la quête commence dans le foyer, et se termine par le retour au foyer.

La structure d’une intrigue de quête

— Acte un : le héros est dans son foyer, quand il fait face à un élément perturbateur, d’où résulte la décision (ou la nécessité) de partir.

Le héros fait face à un premier conflit, qui raffermit sa volonté, ou lui fait comprendre ce qu’il cherchait réellement en quittant son foyer.

Le héros voyage rarement seul, lors de cette première péripétie, il rencontre son ou ses compagnons de voyage.

— Acte deux : le voyage. En littérature, et surtout dans une quête, le voyage est aussi important que l’aboutissement de la quête.

L’acte deux est consacré aux péripéties qui rendent l’histoire intéressante et font grandir le personnage.

— Acte trois : la révélation. L’acte trois réponds aux questions posées par l’acte un. Ce que le personnage découvre n’est pas ce qu’il attendait, ce qui le fait évoluer, le force à agir de nouveau et à se poser les bonnes questions.

Intrigue 2 : L’aventure

La structure ressemble à celle de la quête, mais avec des différences majeures : là où la quête concernait un personnage et était autant spirituelle que physique, l’aventure concerne surtout le voyage en lui-même (qui doit être exotique et dépaysant).

Le protagoniste n’est pas changé par son voyage, l’intrigue ne délivre pas de messages sur la nature du monde et la condition humaine.

— Acte un : le personnage part chercher quelque chose, il rencontre trois obstacles, qu’il ne parvient pas surmonter, et se retrouve dans une situation désespérée (qui s’apparente la mort), qui le force à chercher des réponses à ses problèmes.

— Acte deux : les péripéties. Que va-t-il arriver au personnage ? À nouveau, la structure est similaire à celle de la quête, mais le focus est mis sur l’aventure, qui doit être dépaysante, doit permettre au lecteur de s’évader. Attention à garder une cohérence entre les aventures, les péripéties doivent s’enchaîner avec une certaine logique. Garder à l’esprit qu’une aventure marche si l’on y croit, faire attention aux détails qui vont rendre l’univers et les péripéties réalistes.

— Acte trois : le retour et la conclusion, moins développés que dans une intrigue de type « quête ».

Intrigue 3 : la poursuite

L’une des intrigues les plus basiques : le jeu de cache-cache. Une personne en chasse une autre.

— Acte un : On doit savoir qui est le protagoniste, qui est l’antagoniste, il faut un élément déclencheur, et la chasse est lancée.

— Acte deux : la chasse (avec son lot de rebondissements)

— Acte trois : la résolution

Pour que la chasse suscite de la tension, il faut qu’il y ait vraiment du danger à ce que le chasseur rattrape celui qui fuit, et le poursuivant doit avoir l’opportunité d’attraper sa proie. Une intrigue de poursuite joue sur le confinement : la proie peut s’échapper, mais pas trop loin (sinon il n’y a plus d’intérêt). Il faut aussi garder une partie d’imprévisible, surprendre le lecteur. Attention à développer les personnages, à éviter les archétypes et les clichés pour éviter de tomber dans le déjà-vu (ce style d’intrigue est archi-classique, il faut arriver à innover).

Intrigue 4 : le sauvetage

L’antagoniste a pris quelque chose que le protagoniste veut sauver/récupérer. En général, ce genre d’intrigue ne laisse pas trop de place à des nuances grises question moralité : le bon sauve quelqu’un d’un méchant.

Ce genre d’intrigues est centré sur le protagoniste, qui veut récupérer une personne qu’il aime (l’amour qu’il porte est le moteur).

L’antagoniste est souvent un archétype du magicien noir, qui kidnappe un proche du héros. L’antagoniste n’est pas forcément physiquement présent dans l’histoire, mais il produit les obstacles que le héros doit surmonter. Il n’a pas vraiment d’importance en lui-même, plutôt par la tension qu’il produit en s’opposant au héros.

La victime est la partie la moins importante du triangle, en général, elle est réduite à un élément (ex. la princesse chaste et belle).

— Acte un : la séparation. On établit qui est le héros, quels sont ses liens avec la victime, on présente le méchant alors qu’il enlève la victime.

— Acte deux : la poursuite.

— Acte trois : la confrontation entre le héros et l’antagoniste et la réunion entre le héros et la personne enlevée.

Intrigue 5 : l’évasion

Comme l’aventure et la poursuite, c’est une intrigue d’action, et non de personnage. Le principe est simple : le héros est enfermé quelque part et doit s’échapper.

Les personnages sont souvent noirs ou blancs, sans trop de nuances.

— Acte un : l’emprisonnement. Le héros est fait prisonnier, quelquefois à tort, d’autre fois pour un crime qu’il a commis. En général, la punition est disproportionnée par rapport au châtiment, de manière à ce que le lecteur compatisse avec le protagoniste.

— Acte deux : la captivité et les plans d’évasion. Cette phase développe l’emprisonnement, le héros fait en général une tentative, vouée à l’échec.

— Acte trois : l’évasion. C’est le moment où tous les plans soigneusement établis déraillent et où l’incertitude entre en jeu. Cet acte est le plus dynamique des trois. C’est le moment où le protagoniste regagne du contrôle et où l’antagoniste en perd.

Intrigue 6 : la vengeance

Ce type d’intrigue joue énormément sur le versant émotionnel, depuis la Bible jusqu’aux tragédies grecques, en passant par Shakespeare, la vengeance est omniprésente et la structure n’a pas vraiment changé.

Un antagoniste commet un crime, soit en prenant comme victime l’un des proches du protagoniste ou le protagoniste lui-même. Le crime est horrible, il appelle vengeance et suscite l’empathie du lecteur envers le protagoniste.

— Acte un : le crime. Le héros est confronté à un crime qui le touche ou touche l’une des personnes qu’il aime. Il ne peut l’empêcher (il est absent, ou impuissant). Il ne peut non plus obtenir justice, il ne lui reste que la vengeance.

— Acte deux : la vengeance. Le héros fait ses plans pour se venger. En général, ils sont compliqués par une troisième force qui tente de l’arrêter (la police ou un représentant de l’ordre, le plus souvent).

— Acte trois : l’accomplissement de la vengeance. Le héros confronte l’antagoniste. Il peut obtenir justice ou non, survivre ou pas (si on part sur une tragédie à l’ancienne, la vengeance coûte au héros sa vie, dans une lecture plus moderne, il survit). Attention au degré de violence de la vengeance, qui peut avoir l’effet contraire de ce qu’on veut provoquer chez le lecteur. Attention également à la morale douteuse que peut avoir la vengeance.

Intrigue 7 : l’énigme

Les énigmes et les mystères ont un attrait particulier, que l’on soit enfant ou adulte. Les exemples mythologiques sont nombreux, preuve que ce type d’intrigue remonte à la nuit des temps.

Une intrigue à énigme pose une question, dont la réponse est souvent cachée en pleine vue. C’est une intrigue complexe à réaliser, car elle nécessite beaucoup de savoir-faire pour tromper le lecteur. On doit donner des indices au lecteur, qui lui permettent de deviner correctement la bonne réponse à la fin (ou au moins de se dire « bon sang, c’est évident, j’aurais dû le voir »).

Au départ, les personnages des énigmes étaient assez simples, souvent archétypaux (le roi, la princesse, l’homme du peuple). Au fur et à mesure que le genre du mystère s’est développé, les personnages ont gagné en épaisseur. Le genre a développé ses propres codes.

L’intérêt d’une énigme pour le lecteur est de découvrir la vérité avant les personnages. Il s’investit donc émotionnellement dans la lecture.

— Acte un : la découverte du mystère. La question qui sous-tend toute l’intrigue est posée, on présente les personnages et l’énigme qu’il va falloir résoudre.

— Acte deux : la recherche des indices. On sait quel est le mystère, on cherche donc des réponses aux questions. C’est le moment où l’auteur doit faire preuve de virtuosité, et planter les indices, sans qu’ils soient trop apparents.

— Acte trois : la résolution. On répond aux questions posées par l’acte un. Parfois, les réponses ne sont pas vraiment celles attendues et suscitent d’autres questions, ou une interprétation de la part du lecteur.

Intrigue 8 : la rivalité

Un rival est un antagoniste qui a les mêmes buts que le protagoniste. Pour que l’histoire soit intéressante, il faut que les deux personnages soient de force égale, ou qu’ils aient chacun leurs forces et leurs faiblesses qui se compensent (c’est plus intéressant car offre plus de possibilités).

C’est une intrigue plutôt émotionnelle, car les personnages sont obsédés par quelque chose, ont des motivations profondes pour désirer l’objet de leur quête.

— Acte un : il présente le protagoniste et l’antagoniste, qui ont souvent un passé commun (car l’impact émotionnel est plus fort). L’acte un marque la rupture entre les deux, et présente l’enjeu de leur rivalité.

— Acte deux : la déchéance du protagoniste. Il subit les actes de l’antagoniste. Cet acte se termine souvent par la reconquête d’une forme de pouvoir par protagoniste, qui peut maintenant lutter contre l’antagoniste.

— Acte trois : la résolution du conflit, l’un des deux obtient ce qu’il cherchait.

Intrigue 9 : l’outsider

Cette intrigue est similaire à la rivalité, sauf que l’antagoniste est beaucoup plus fort que le protagoniste, placé dès le début dans une situation de faiblesse. Ces structures ont une forte résonnance avec le lecteur, parce qu’on s’identifie à ce personnage faible qui parvient à battre plus fort que lui.

L’outsider est un personnage fascinant parce que le sort joue contre lui, mais qu’il gagne quand même. Attention toutefois à ne pas se concentrer uniquement sur la compétition et à veiller à donner des motivations crédibles au personnage.

— Acte un : le protagoniste se retrouve, ou est déjà dans une position de faiblesse et subit les abus de l’antagoniste, sans avoir les moyens de se défendre ou de riposter.

— Acte deux : le protagoniste obtient un moyen de défier l’antagoniste. Il regagne du pouvoir.

— Acte trois : antagoniste et protagoniste sont à armes égales et le héros peut défier l’autre.

Intrigue 10 : la tentation

Résister à la tentation est preuve de force morale, mais que faire quand la tentation est partout ? Quand elle devient une obsession ? La tentation a de puissants échos symboliques.

Ce type d’intrigue peut exister sans antagoniste, ou avec un antagoniste qui essaye de tenter le héros.

La tentation joue beaucoup sur la psychologie des personnages : pourquoi succombe-t-il finalement ? À quelle tentation ? Quel chemin lui faudra-t-il accomplir pour admettre son erreur ?

— Acte un : le protagoniste est confronté à un interdit, auquel il résiste, mais qu’il finit par transgresser.

— Acte deux : le protagoniste doit faire face aux conséquences de ses actes. Plus il essaye d’échapper à leur poids, plus celui-ci se fait sentir.

— Acte trois : la résolution du conflit. Le personnage reconnaît ses torts, accepte de payer le prix.

Intrigue 11 : la métamorphose

La métamorphose : le protagoniste est confronté à un changement, physique, spirituel ou les deux. Symboliquement, cette intrigue raconte la lutte entre le bien et le mal à l’intérieur de nous. Si elle peut être soignée, la métamorphose l’est par le pouvoir de l’amour.

La transformation limite les mouvements du héros (ex. le vampire et le soleil), et elle comporte une faiblesse (ex. l’argent pour les loups-garous).

L’antagoniste est souvent l’une des victimes des effets de la transformation.

— Acte un : le protagoniste réalise sa transformation, ou bien on voit par les yeux de l’antagoniste la métamorphose du héros.

— Acte deux : le protagoniste lutte avec les effets de sa transformation pour maintenir son identité. L’antagoniste prisonnier tente de s’échapper, de tuer le métamorphe, tandis que ses sentiments pour lui évoluent.

— Acte trois : la tension culmine et l’antagoniste craque, provoque la résolution. Soit le protagoniste est guéri de sa métamorphose, soit il meurt.

Intrigue 12 : la transformation

Similaire à la métamorphose. Une intrigue se concentrant sur une portion de la vie d’un personnage, qui apporte un changement significatif à son caractère. Le protagoniste est une personne différente entre le début et la fin.

— Acte un : présentation du protagoniste et introduction de l’élément perturbateur qui va le faire changer.

— Acte deux : les effets de la transformation. Le personnage se met à changer, expérimente, commet des erreurs.

— Acte trois : le protagoniste fait face à un autre incident qui permet de terminer pleinement sa transformation. Il comprend ce qui lui est arrivé exactement. Une telle réalisation a souvent un coût.

Intrigue 13 : La maturité

Intrigue similaire à celle de la transformation, mais qui se concentre plus sur l’acquisition de la sagesse et le passage à l’âge adulte (similaire à un roman d’apprentissage). Le protagoniste est souvent un jeune homme sympathique, qui n’a pas vraiment de but et se laisse porter par la vie. Il va se heurter aux dures réalités et changer.

Pour rester réaliste, le processus doit être lent, une étape à la fois, une leçon à la fois. Se concentrer sur la psychologie du personnage, sur l’effet qu’ont sur lui les changements.

— Acte un : présentation du protagoniste bien avant l’événement qui va changer sa vie. En général, à ce stade, le personnage a des faiblesses, mais également des traits qui le rendent sympathique aux yeux du lecteur et du potentiel pour la suite.

L’acte un se termine par un élément perturbateur qui vient ébranler les certitudes du personnage et introduire du danger dans sa vie bien ordonnée.

— acte deux : Le personnage va souvent commencer par nier ce qui lui est arrivé, avant de tenter d’agir, souvent en commettant des erreurs car il ne sait pas comment s’y prendre.

— Acte trois : le personnage a réussi à se créer de nouvelles valeurs, une nouvelle identité, qui va être testée par un nouvel événement et permettra de voir si le protagoniste accepte ou rejette ces changements.

Intrigue 14 : l’amour

L’amour est l’une des plus grandes thématiques dans la fiction, et comme la fiction se nourrit de conflits, rien n’est simple. L’amour rencontre toujours des obstacles.

Ce type d’intrigue joue fortement sur les personnages, qui du coup ont tendance à être universels (proches d’archétypes) pour parler au plus de lecteurs possibles.

Là où l’auteur peut jouer pour une bonne histoire d’amour, c’est sur les sentiments : il faut les dépeindre de la manière la plus juste possible, sans trop appuyer les effets.

— Acte un : les deux personnages principaux sont amoureux (ou le deviennent) et filent le parfait amour (ou tout du moins, ça se présente bien). Un événement survient et rend impossible leur amour.

Note : dans le cas de deux personnages qui ne s’aiment pas, l’événement déclencheur est celui qui, au lieu de les séparer, les rapproche.

— Acte deux : le protagoniste tente d’abattre les obstacles qui s’opposent à son amour.

Note : pour deux personnes qui ne s’aiment pas, c’est le contraire, ils essayent de s’éloigner, mais le sort les rapproche.

— Acte trois : la résolution. La fin peut être heureuse, comme tragique, tout dépend du genre dans lequel on écrit (comédie ou drame).

Intrigue 15 : l’amour interdit

Rien n’est plus fort émotionnellement que l’amour interdit. On considère que l’amour est une force qui peut tout vaincre, mais il se heurte aux lois et aux codes sociaux. L’amour interdit peut regrouper différents types : différence de rangs, familles opposées, inceste, adultère…

L’adultère : il se joue toujours entre l’époux, la femme, l’amant/e. Jusqu’au XIXe, il finissait toujours de manière tragique, car il était impensable pour la morale de l’époque que les infidèles s’en sortent.

L’inceste : Toujours un très fort tabou, qui fait que ce genre d’histoire finit toujours très mal.

L’homosexualité : traité comme un amour interdit pendant longtemps, car socialement réprimé.

Romances « mai – décembre » : romance entre une personne âgée et l’une plus jeune.

— Acte un : présentation des personnages et début de la romance en secret.

— Acte deux : développement de la romance, mais aussi oppositions à cette relation, qui la met sur le déclin dans la deuxième partie de l’acte deux.

— Acte trois : la société reprend ses droits et sonne le glas de la romance.

Intrigue 16 : le sacrifice

L’idée de sacrifice est vieille comme le monde et reste présente. Dans les temps anciens, on sacrifiait au nom des dieux. De nos jours, on sacrifie plutôt au nom d’idéaux (l’amour, la liberté…). Le sacrifice a un coût énorme pour le protagoniste, que ce soit sa vie, quelqu’un qu’il aime, ou ses valeurs morales.

— Acte un : établir le personnage, et surtout, quelles sont ses valeurs morales et les choses qui comptent pour lui.

— Acte deux : le personnage est confronté à un dilemme moral, dont la solution n’est pas évidente et qui nécessite une action. Le protagoniste hésite, cherche à se dérober, à trouver d’autres solutions. Il faut maximiser les conflits, bien faire sentir la tension interne entre ce que le personnage réalise qu’il va devoir faire, et ce qu’il voudrait.

— Acte trois : Le sacrifice proprement dit. Cette phase doit se concentrer sur le sacrifice pour le protagoniste et les effets du sacrifice sur son entourage. Le sacrifice est porteur de valeurs morales fortes, le personnage se transcende pour faire ce qui est juste.

Intrigue 17 : la découverte

La découverte est la quête accomplie par un personnage pour découvrir qui il est. C’est une intrigue de personnage, souvent associé à l’enfance ou à l’adolescence, car c’est le moment où l’on découvre qui on est vraiment. Attention à ne pas être trop démonstratif et à montrer au lecteur ce qu’il devrait croire. Ce genre d’histoire nous intéresse parce que l’auteur nous montre la lutte interne d’un personnage, ses choix et pourquoi il les fait.

— Acte un : présentation du personnage, on doit comprendre qui il est vraiment, quels sont ses idéaux, le genre de personne qu’il est… Cette partie se termine sur l’événement qui initie le changement.

— Acte deux : le changement est amorcé, le protagoniste s’interroge sur sa vie, ses motivations, ses choix. C’est le moment le plus compliqué à écrire, car il faut insister sur la lutte interne, les tourments du personnage. Il va essayer de nier ce qui arrive, de repartir en arrière, s’interroger…

— Acte trois : réalisation et révélations. Elle peut changer le personnage pour le meilleur mais aussi pour le pire.

Intrigue 18 : les extrêmes

Les personnes marginales, et qui repoussent les limites, exercent une fascination sur nous, à la fois par la transgression, mais aussi parce que tout le monde peut à un moment ou à un autre se retrouver marginalisé. Ces intrigues racontent le déclin psychologique d’un personnage et ont une très forte résonnance émotionnelle, car on voit la descente d’un personnage, en se disant que ça pourrait être nous.

— Acte un : l’état normal du personnage, sa vie de tous les jours. Mais, on introduit quand même une faiblesse, un défaut, dont on se doute qu’il va lui coûter cher. Ne pas s’attarder sur ce début et introduire le serpent, qui est le catalyseur (soit un événement, soit une personne qui initie le changement).

— Acte deux : la descente. Le protagoniste perd graduellement le contrôle, jusqu’à toucher le fond.

— Acte trois : soit le personnage continue sur sa lancée, soit l’événement de la fin de l’acte deux lui donne la volonté de remonter la pente.

Intrigues 19 et 20 : l’ascension et la chute

L’histoire d’une personne humble qui parvient à la gloire fascine autant que celle d’une personne puissante qui tombe dans la déchéance. Ce genre d’intrigue se structure autour d’un personnage à l’ego très puissant. Ce personnage doit être charismatique et très fort, il doit attirer le lecteur.

Le personnage doit être actif, et non subir les actions du monde. Que ce soit pour l’ascension que pour la chute, le lecteur doit saisir que le protagoniste est responsable de son état de par ses actions.

L’ascension sert en général de parabole, tandis que la chute sert d’avertissement.

— Acte un : présentation du protagoniste : ce qu’il est, quelle est sa vie et quelles sont ses valeurs morales. Le premier mouvement se termine par l’introduction de l’élément qui va tout faire changer.

— Acter deux : le conflit entre le personnage et les changements qu’il subit. Comment va-t-il les gérer (refuser en bloc, chercher des issues ?). Mouvement qui se focalise sur les dilemmes moraux et les choix du personnage.

— Acte trois : le protagoniste est confronté à ce qu’il est devenu.

Conclusion de l’auteur

Ce livre n’est pas un livre de recettes à suivre absolument, mais plutôt une sorte de guide pour comprendre comment une intrigue fonctionne. Ces conseils sont à garder à l’esprit, mais ne doivent pas nous empêcher d’écrire ni d’expérimenter.

Une petite liste des questions à se poser quand on travaille sur une intrigue

— Quelle est l’idée de l’histoire en cinquante mots ?

— Quelle est la question centrale posée par l’histoire ?

— Quel est le but du protagoniste ?

— Quelles sont ses motivations ?

— Qu’est-ce qui se met en travers du chemin du protagoniste ?

— Quel est le plan du protagoniste pour accomplir ce qu’il veut ?

— Quel est le conflit principal de l’histoire ? Est-il interne ou externe ?

— De quelle manière le protagoniste change-t-il au cours de l’histoire ?

— Est-ce une intrigue de personnages ou d’action ?

— Où commence l’histoire ?

— Comment maintient-on la tension tout au long de l’histoire ?

— Quelles actions le protagoniste accomplit-il lors du climax de l’histoire ?

Mon avis : je conseille vivement cette lecture à tous ceux qui auraient envie d’apprendre des techniques narratives. Le livre est clair, bien organisé, il fourmille d’exemples, à la fois de la littérature classique, de la mythologie, des contes, ou de films plus récents. Le style est clair, les concepts sont bien expliqués.

Certes, on pourrait reprocher une certaine simplification (toutes les intrigues sont divisées en trois mouvements : situation initiale, péripéties, dénouement), mais force est de constater que ça fonctionne bien et que les structures données sont assez universelles pour être utilisées. Personnellement, ça m’a donné des idées pour le roman sur lequel je travaille actuellement. Ça m’a permis de mettre des mots et des concepts sur des choses que je pressentais.

Cet article vous a intéressé? Envie de n’en louper aucun? Abonnez-vous à la newsletter !

Ce billet a 6 commentaires

  1. Emeric dit :

    Merci pour cet article !

    Top, 5 sur 5, ça me donne plein d’idée pour de nouvelles histoires. Et je comprend mieux comment faire la structures des œuvres. J’ai l’impression que ça va être un jeu d’enfant d’écrire à présent 😉

    Bonne continuation !

    1. Cat dit :

      Ravie d’avoir pu aider en ce cas !
      Si l’écriture vous intéresse, je suis en train de préparer une fiche sur John Truby et son « Anatomie d’une histoire ». N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour plus d’informations!

  2. Dorian lake dit :

    Excellent article !

    On se rend compte à quel point tout est codifié, sans même que l’on s’en rende compte. Autant en être conscient et l’utiliser correctement.

    1. Cat dit :

      Merci !

      Je recommande vraiment la lecture de cet ouvrage, ça éclaire vraiment sur l’écriture et ses mécanismes. Je suis en train de préparer un article sur « l’anatomie d’un scénario » de John Truby, qui donne aussi beaucoup de conseils pour bien structurer une histoire et surtout en comprendre les codes.

  3. Ludovic dit :

    Article très intéressant merci!!

    Par contre pourriez vous me dire si ce livre ainsi que celui John Truby sont disponible en version française!
    Mon anglais est déplorable!
    Merci encore!!

    1. Cat dit :

      Contente que l’article vous ait plu.

      Le John Truby est disponible en français, mais seulement en papier, je crois. Par contre, je n’ai pas vu le 20 master plots en français…

Laisser un commentaire