7 astuces pour lutter contre la page blanche

On a tous connu ça à un moment ou à un autre : le blocage. On a du temps, un PC qui fonctionne bien, personne dans nos pattes pour nous déranger, un mug de thé/café à portée de main, dehors, le soleil brille et les petits oiseaux chantent. Bref, toutes les conditions sont réunies pour une session d’écriture bien productive.

Sauf que rien ne vient. Le blanc. À hurler de frustration, non ?

Je partage avec vous quelques astuces que j’ai expérimentées pour lutte contre la page blanche.

 

1. « Butt on the chair, hands on the keyboard ».

La formule est empruntée à nos amis anglo-saxons et signifie tout simplement : « colle tes fesses sur ta chaise, tes mains sur le clavier et ne bouge que quand tu auras suffisamment bossé » (traduction un peu étoffée, je vous l’accord, mais l’idée est là).

Un peu extrême, je vous l’accorde. Sauf qu’il y a des fois où ça marche. Il suffit de se forcer un peu pour arriver à débloquer une situation. Le plus dur est de commencer, de poser les premières phrases, ensuite ça va mieux.

2. Écrire autre chose.

J’ai toujours plusieurs projets en cours, et des fois, je suis plus motivée par l’un que par l’autre. Dans ce cas, pas la peine de se forcer à écrire une scène pour laquelle on n’a aucune motivation. Autant travailler sur autre chose et revenir sur le premier projet une fois que ça ira mieux.

3. Faire autre chose.

Si vous n’avez pas d’autres projets en cours, ou que ceux-ci vous sortent également par les yeux, faites une pause écriture. Sortez, profitez de la vie, occupez-vous de vous, ou de votre famille. Détendez-vous. Pas la peine de se culpabiliser en se disant « Mais je gâche un temps précieux réservé à l’écriture ». Rappelez-vous, l’écriture doit rester un plaisir. Si ça commence à devenir une corvée, autant arrêter.

(Note : je parle ici pour les écrivains amateurs comme moi, qui font ça sur leur temps libre, à côté de leurs études ou de leur « vrai » travail. Je pense que le cas est différent pour quelqu’un qui vit de sa plume est qui est confronté à un choix simple : pas d’écriture = pas d’argent).

A méditer et appliquer en cas de blocage

A méditer et appliquer en cas de blocage

4. Réfléchir à ce qui vous bloque.

Pourquoi cette réticence à vous coller derrière votre clavier et à écrire ? Est-ce que vous êtes fatigué ? Ou est-ce que finalement la superbe saga épique vous avez commencé ne vous motive plus autant ? Ou alors est-ce ce le héros de l’histoire qui vous barbe ?

J’ai remarqué que très souvent, mes blocages en écriture étaient liés à des questions que je me posais sur l’histoire. Quand je doute et que je ne suis pas sûre de ce que je veux pour mon histoire, j’ai du mal à avancer. Il faut alors que je réfléchisse et mette les choses au clair. Si vous avez un scénario détaillé, c’est le moment de le reprendre pour voir ce qui ne va pas.

5. Avoir confiance en soi

Arrêtez de vous dire « Ce que j’écris craint un max, c’est nul ! ». C’est un premier jet, un texte brut de décoffrage, pas corrigé, pas retravaillé ni rien. Alors forcément, c’est souvent décevant. Mais dites-vous que vous allez réécrire tout ça et foncez. Ne laissez pas la peur vous bloquer.

6. Se fixer des objectifs.

Quand je peine à me motiver, je me fixe de petites tâches, réalisables et gratifiantes. « Aujourd’hui, tu vas écrire 800 mots ». C’est faisable en une journée et quand on a fini, on a l’impression d’avoir accompli quelque chose. Et petit à petit, on arrive à pondre un texte conséquent.

Petite parenthèse à ce sujet : NaNoWriMo. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s’agit d’un challenge qui a lieu tous les mois de novembre : écrire au minimum 50 000 mots en un mois. Je l’ai fait cette année (si vous êtes curieux, allez voir mon compte-rendu), et j’ai remarqué que c’est un très bon challenge pour ceux qui ont du mal à se motiver. Vous vous donnez un mois pour avancer sur un projet, en plus vous ne le faites pas tout seul, mais avec des amis.

7. Entourez-vous.

Ce qui m’amène au point n° 7 : ne restez pas tout seul dans votre coin. Trouvez-vous des amis avec qui écrire. Personnellement, je suis inscrite sur un forum d’écriture : l’atelier d’écriture. C’est un petit forum, mais l’un des plus sympas que j’ai trouvé, avec plein de gens chouettes très bons relecteurs, mais il y en a plein d’autres sur le Net. Sur ce forum, je me suis fait des amis avec qui j’échange régulièrement, sur et en dehors du forum. On se corrige mutuellement, on se motive quand quelqu’un a une baisse de forme. Je sais que je peux compter sur eux et eux sur moi. C’est pas beau tout ça ?

Voilà, j’espère vous avoir aidé. Si vous avez vos trucs et astuces personnels, n’hésitez pas à les partager avec moi (enfin, si vous voulez…) ça m’intéresse toujours de savoir comment les autres travaillent.

En attendant, bonne année à tous !

Laisser un commentaire