Writing Excuses, Saison 4, 1ère partie

Writing excuses

Je poste ici les résumés du podcast « Writing excuses », animé par Dan Welles (« Je ne suis pas un serial killer »), Howard Tayler (webcomic Schlock mercenary), et Brandon Sanderson (trilogie des « fils de brume » et derniers volumes de « la roue du temps »)

Le principe est simple « 15 minutes long, because you’re in a hurry, and we’re not that smart ». En gros, en 15 minutes, on discute d’un sujet concernant l’écriture.

C’est simple, concis, et donne de très bonnes pistes pour les apprentis écrivains. personnellement, je suis fan, alors je partage avec vous la bonne parole.

Episode 1 : types of humor

Humour personnage : mettre ses personnages hors de leur zone de confort et voir ce qu’ils font. Humour provient du fait qu’on connaît les personnages.

Running gag. Attention toutefois à ne pas utiliser trop souvent les mêmes ressorts, attention à ne pas bloquer un personnage dans un rôle comique.

Humour physique : quelqu’un tombe, se prend une tarte… Le rire est un mécanisme de défense face à l’horreur que peut comporter la situation. Marche aussi parce qu’il y a une exagération qui rend moins réaliste.

Attention à ne pas en faire trop, pour ne pas créer l’effet inverse.

Références à soi-même : un personnage qui constate combien il est dans la merde.

Non sequituur : quelque chose qui ne suit pas dans le reste du dialogue ou de la situation. Drôle parce qu’on ne s’y attend pas (la 1ère chose fait sens, la 2ème fait sens, la 3ème va vraiment faire sens… Et non!)

 

Episode 2: Heroism

qu’est-ce qui rend un personnage héroïque?

Faire un choix et s’y tenir, malgré les difficultés.

Le sacrifice : sacrifier quelque chose, ou se sacrifier, pour une plus grande cause, pour sauver quelqu’un.

Héroïsme naît de la tension, savoir s’il va réussir, savoir ce qu’il va perdre.

Le héros peut réussir ou échouer.

 

Episode 3 : Influences

Comment éviter d’être déborder par ses influences ? Comment éviter d’être inconsciemment influencé par ce qu’on regarde ou qu’on lit ?

Il faut être conscient du genre dans lequel on écrit, la tonalité qu’on veut… Connaître les clichés, et ce qui a été fait avant.

Ne pas laisser les gens prennent en main votre histoire. Prendre en compte les remarques des lecteurs tests, mais ne pas réécrire l’histoire en fonction de leurs réactions. Savoir ce qu’on veut comme histoire.

 

Episode 4 : Agents : do you need one ?

Agents : chargé de « vendre » le produit à une maison d’édition, vérifie que les contrats sont corrects, les renégocie pour l’auteur. Prend un pourcentage sur les ventes. Un agent connaît les maisons d’éditions, les personnes à contacter…

Les risques : pas de diplôme pour être agent, n’importe qui peut le faire, il faut donc faire attention à qui on choisit. Un agent fonctionne avec un pourcentage, risque que si on ne rapporte pas assez d’argent, l’agent ne fasse que le strict minimum, sans s’investir.

 

Episode 5 : Rople playing games as a tool for storytelling

Intéressant pour apprendre à écrire de manière spontanée, se laisser emporter par ses personnages.

Être le MJ apprend à gérer un groupe dont on ne connaît pas les réactions, apprendre à anticiper les actions, réfléchir à plusieurs possibilités, apprendre à rebondir sur quelque chose qu’on n’a pas prévu.

Faire joueur dans un univers qu’on a créé = un excellent beta test pour voir si l’univers est réellement cohérent.

Attention à la tentation de récupérer des éléments d’une partie de JDR et de l’intégrer à un roman. Souvent, ça ne marche pas et c’est artificiel.

 

Episode 6 : Pacing

comment segmenter efficacement un texte?

Rechercher les unités (temps et lieu).

Chercher à accrocher le lecteur en finissant par une info qui donne envie d’aller plus loin (sans tomber dans le cliché du cliffhanger).

 

Episode 7 : Questions and answers

Questions et réponses avec le public.

 

Episode 8 : Working with editors

Que faire quand un éditeur demande une modification sur le roman ?

Difficile, il faut maintenir un équilibre entre les changements demandés par l’éditeur et ce qu’on veut pour son livre.

Réfléchir honnêtement aux propositions de l’éditeur (qui sait souvent ce qui marche et ce qui ne marche pas). Se demander ce qu’on est prêt à sacrifier pour être publié.

 

Episode 9: How to write men

Se baser sur ses expériences propres, les personnes qu’on connaît. Réfléchir aux différences hommes/femmes.

 

Episode 10 : writing for young adults

Jeunes adultes : 16 à 20 ans environ.

Age où on a formé sa personnalité, où on n’est plus un enfant, on est plus sûr de soit, mais en même temps, on est encore soumis à l’autorité parentale, au système scolaire. C’est l’âge où on doit faire ses premiers choix importants (études…) où on est confronté aux réalités (argent, payer ses études…). En même temps, un jeune est conditionné d’une certaine manière à obéir aux figures d’autorités et à rechercher leur avis avant d’agir.

Réfléchir aux centres d’intérêts d’un jeune adulte : importance des groupes sociaux, du lycée (après tout, ils passent plus de temps au lycée avec leurs amis qu’avec leurs parents).

Écrire pour les jeunes adultes : ne pas changer le langage, ne pas changer les thèmes, mais réfléchir à une manière de les présenter qui va parler au public.

 

 

Episode 11 : Brainstorming exemple

Exercice de brainstorming avec des idées lancées au hasard.

 

 

Episode 12 : Writing epics

Qu’est-ce qui est épique

l’immersion : prend le temps de poser le décor, au lieu de juste se concentrer sur l’action.

L’envergure : pas juste une histoire, mais ça des répercussions plus vastes que les personnages (ex : fondation d’Asimov).

Les conflits : dépassent le simple cadre des personnages et de leurs vies.

Beaucoup de lignes narratives différentes.

Commencer petit, puis étendre (les pistes narratives et les personnages).

 

 

Episode 13 : mulitple viewpoints

Avantages : permet de dynamiser l’histoire, de la rendre plus épique.

Plusieurs points de vue sur quelque chose. Permet aux personnages de se décrire les uns les autres.

Pb : risque de perdre le momentum d’une histoire. Risque de paumer le lecteur.

 

 

Episode 14 : brainstorming

Prendre des publications scientifiques, qui détaillent des choses qu’on ne connaît pas encore, des mystères, et imaginer une histoire à partir de ça.

 

 

Episode 15 : visual components of a novel

Évoquer un sentiment

Réfléchir à une cohérence de style vestimentaires, de technologie sur l’histoire.

 

 

Episode 16 : Breaking the 4th wall

Le 4ème mur : au théâtre, trois murs, décor, cour et jardin. Le 4ème mur est celui entre les acteurs et le théâtre.

Briser le 4ème mur : agir directement avec l’auditoire. Quand les personnages ont conscience qu’ils sont dans une histoire et y font référence.

Peut être très efficace, très drôle, instaure une connexion avec les lecteurs. Mais, on prend le risque de briser la suspension d’incrédulité.

 

 

Episode 17 : Living with the artist

Comment vivre aux côtés d’un écrivain ? Quelles joies et quels problèmes ?

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune info en vous abonnant à la newsletter