Writing excuses, Saison 7, 3ème partie

Writing excuses

Je poste ici les résumés du podcast « Writing excuses », animé par Dan Welles (« Je ne suis pas un serial killer »), Howard Tayler (webcomic Schlock mercenary), et Brandon Sanderson (trilogie des « fils de brume » et derniers volumes de « la roue du temps »)

Le principe est simple « 15 minutes long, because you’re in a hurry, and we’re not that smart ». En gros, en 15 minutes, on discute d’un sujet concernant l’écriture.

C’est simple, concis, et donne de très bonnes pistes pour les apprentis écrivains. personnellement, je suis fan, alors je partage avec vous la bonne parole.

 

Episode 33 : Authentic emotion

Essayer de se souvenir d’un moment où on a été dans le même cas que le héros, et ce qu’on a ressenti.

Essayer de trouver une musique appropriée.

Rythme et respiration : donner un rythme aux dialogues, ou aux descriptions pour traduire des émotions (la peur, la pression…)

Jouer sur le décalage entre ce que les personnages perçoivent d’un autre personnage, et ce qu’il ressent en réalité.

 

 

Episode 34 : How to start the new one

Comment passer d’un projet à un autre, alors qu’on a mis en place un univers et des personnages, ou comment écrire une suite à un roman.

Suite à un roman : prendre la situation à la fin du 1er roman, et se demander qu’est-ce qui pourrait mal tourner à partir de là.

Pour écrire autre chose : se demander quels aspects du genre on a utilisé dans le 1er roman (fantasy, SF), et essayer d’écrire dans le même genre, mais en utilisant un autre aspect (ex : on a écrit de l’Heroic fantasy, essayer d’écrire de la fantasy, mais se concentrant sur une histoire plus banale de personnages).

Chercher les éléments qui plaisent dans une histoire (ex : une histoire d’amour…) et les tordre pour en faire quelque chose de nouveau, ou y mêler des éléments qu’on n’a pas l’habitude de voir avec (ex : Buffy, la jolie blonde et les monstres, mais détourné, car c’est la fille qui tape les monstres).

Pour écrire quelque chose de vraiment différent : ne pas hésiter à commencer par écrire des nouvelles, pour tester d’autres styles et voir ceux qui plaisent. Lire, regarder des documentaires, des séries, des films, aller vers des choses qu’on n’a pas l’habitude d’aller voir pour essayer d’élargir son univers. Faire des listes de stéréotypes et réfléchir à comment on pourrait les détourner.

 

 

Episode 35 : brainstorming with Dan

Brainstorming d’une nouvelle, sur une idée originale de Dan Welles.

 

 

Episode 36 : writing gaming fiction

Ecrire pour des jeux de rôles.

La différence entre la fiction et l’écriture pour JDR : la fiction, quand on écrit, on est le narrateur. Le JDR, on écrit pour permettre à quelqu’un d’autre soit le narrateur.

Donc, il faut développer au maximum l’univers et tenter de prévoir toutes les possibilités qui vont être exploitées par le MJ.

Les PNJ, contrairement aux PJ, ils seront joués par le MJ. Tenter de leur donner une identité, et une voix qui leur soit propre, de manière à ce qu’ils aient un impact sur les joueurs.

 

 

Episode 37 : Pantsing

Pantsing = « sit in your pants » writting = discovery writting = écrire à l’aventure sans plan préétabli.

Quelques techniques pour bien écrire de cette manière

– se demander « oui mais » et « et si »

– Ne pas se forcer à obtenir des résultats, écrire d’une traite, se relire ensuite.

– Commencer avec la fin en tête, se demander comment on y arrive.

– Chercher les émotions du personnage : pourquoi va-t-il faire ça ? Comment va-t-il réagir à une situation donnée ?

– Chercher les points clés de l’intrigue, les moments où une tension va être créée.

– En cas de blocage, une technique un peu extrême : se demander jusqu’à quel point on était content de l’histoire et excité à l’idée de l’écrire, à partir de ce point, tout effacer et reprendre l’histoire.

Se rappeler qu’écrire à l’aventure, c’est comme l’improvisation en musique, il faut être un virtuose pour l’exécuter parfaitement. Et donc, il faut travailler encore et encore et accumuler de l’expérience.

 

 

Episode 38 : writing love scenes

Scènes de sexe, les questions à se poser : est-ce que ça va faire avancer l’histoire ? Est-ce que ça a un impact sur les personnages ? Est-ce que le lecteur va aimer la scène ?

Ce qui est intéressant avec ces scènes : la tension et les conflits que ça génère.

Il est difficile d’écrire une bonne scène de sexe, car notre société est sans cesse bombardée d’images pornos, de nus… Une bonne scène doit avoir de la tension. Pour construire cette tension : en amont, tout le jeu de séduction entre les personnages, leurs pensées, les conflits qu’ils éprouvent (penser aux interdits, aux obstacles…)

Comment éviter que la scène soit ridicule ? Bien construire les personnages, pour qu’ils aient de la consistance et de la réalité. Réfléchir à ce qui va exciter le personnage, qu’est-ce qu’il aime… permet d’entraîner le lecteur dans l’univers du personnage.

Si on a du mal à lancer la scène, à passer le moment où tout le monde se met à poil et passe aux choses sérieuses, ne pas hésiter à écrire une très longue scène, où les personnages se tournent beaucoup autour, avant de passer aux choses sérieuses (quitte à couper des morceaux après).

Décrire l’action : pour éviter le côté trop « mécanique », se concentrer sur le ressenti des personnages. Choisir un sens que le personnage utilise le plus, et se concentrer dessus.

 

 

 

Episode 39 : Deaths

Pourquoi tuer un personnage ? Parce que l’histoire le réclame, pour choquer le lecteur et lui montrer que n’importe qui peut mourir, et que tous les autres personnages sont en danger.

Attention : pour qu’une mort ait de l’importance, il faut que le personnage en ait. Même quand on zigouille un passant, pour que la mort ait un impact, il faut humaniser la victime avant.

Pour savoir si un personnage important doit mourir, on peut écrire deux scénarios, l’un où il meurt, l’autre où il survit, et on peut alors choisir ce qu’on veut.

 

 

Episode 40 : Writing the other

Écrire un personnage qui ne nous ressemble pas (différent âge, différent genre…)

les pièges à éviter :

– Utiliser des stéréotypes

– à l’inverse, pour éviter d’utiliser des stéréotypes, ou d’être accusé de racisme, ou de sexisme, créer des personnages qui soient trop parfaits.

Pour bien écrire un personnage différent de soit

– S’interroger sur ce qu’on est, sur les choses qui vont de soit pour nous, et essayer d’imaginer si ça avait été différent, comment on serait (ex : une enfance différente).

– Faire des recherches, notamment en utilisant les médias sociaux pour essayer de capter les petits détails qui font la différence.

– S’interroger sur ce qui fait la différence des personnages, sur comment ça va impacter le personnage, mais se rappeler que le personnage qu’on crée est un individu. Il a beau être issu d’une culture, il va avoir son histoire personnelle, ses envies, ses buts…

 

 

Episode 41 : 7 points story structure

– Le départ : confrontation du héro avec quelque chose qui bouleverse son quotidien.

– Ce qui pousse le héro à rentrer dans l’action (ex : l’attaque du troll dans le 1er Harry Potter, qui le force à utiliser la magie)

– Le point du milieu : de la réaction à l’action, le héros se dit qu’il en a marre de courir, qu’il faut agir (ex : Harry Potter, quand il trouve Voldemort en train de boire le sang de la licorne. Il sait qu’il doit faire quelque chose).

– Le deuxième « coup » : 2ème événement qui donne au héro un nouveau coup pour avancer (ex : SDA, la mort de Gandalf)

– la clé  : quelque chose qui donne aux héros un élément pour avancer.

– La réalisation : le héros découvre qu’il peut battre le méchant (ex : Star wars, Luke utilise la force pour détruire l’étoile noire)

– La fin : conclusion.

 

 

 

Episode 42 : Contemporary Young Adult Fiction

Fiction jeunes adultes contemporaine : quelles thématiques, comment les exploiter. Interview avec une auteur.

 

 

Episode 43 : Editing

comment écrire pour des éditeurs de RPG, qui publient romans et nouvelles liés à un univers.

– Écrire pour quelqu’un d’autre d’abord, pour prouver qu’on peut écrire dans l’univers de quelqu’un d’autre.

– Travailler son style, c’est ce qui fera la différence.

– Soumettre des textes, pour prouver qu’on a du style.

– Surtout, relire, retravailler le texte.

 

 

Episode 44 : Writing for comics

Comment écrire pour les comics et la BD.

 

 

Episode 45 : Microcasting

Quelles sont les erreurs quand on passe de l’écriture d’un roman à des nouvelles ? Mettre trop de personnages, trop de lieux…

 

 

Episode 46 : Project in depth : The emperor’s soul

Étude de la novella « The Emperor’s soul » de Brandon Sanderson.

Origine du projet, inspiration … D’où sont venue les idées, comment il les a développées.

 

 

Episode 47 : Raising the stakes

Faire monter la tension.

Pourquoi ? Pour que le lecteur continue à lire l’histoire.

Comment ? Mettre le/les personnages en danger. Trouver ce qui tient à cœur aux personnages (une personne, un objet…) et le mettre en danger.

Attaquer la réputation d’un personnage, pour le mettre dans une situation difficile et faire monter la tension.

De très fortes motivations pour un personnage : le regard des autres, le rapport aux amis, aux êtres aimés (trahison…), l’échec ou la réussite face à l’adversité.

 

 

Episode 48 : Pixar rules for creating compelling stories

1. On admire plus un personnage pour l’énergie qu’il déploie pour atteindre son but, plus que pour ses réussites.

2. Garder en tête ce qui sera intéressant pour le lectorat, et non ce qui serait drôle à écrire du point du vue de l’écrivain.

3. Démarrer par une situation « status quo », et créer une perturbation

4. Combiner les personnages, garder en tête l’efficacité, ne pas hésiter à trancher. On a l’impression de perdre quelque chose, mais en réalité, l’histoire y gagne. Simplifier et décider ce que l’histoire est.

5. Déterminer en quoi le personnage excelle, et mettre en question cette habilité, voir comment le personnage se débrouille.

6. Quand vous arrivez au milieu de l’histoire, vous devez absolument connaître la fin, savoir où vous allez.

7. Finissez votre histoire, quoi qu’il arrive, même si ce n’est pas parfait. Vous ferez mieux la prochaine fois.

8. Quand vous êtes coincés, faire une liste des choses qui pourraient arriver après. Faire aussi une liste des choses qui ne pourraient pas arriver.

9. Savoir les aspects d’une histoire qu’on aime, pour décider ce qu’on veut écrire.

10. Garder les idées dans la tête ne suffit pas, il faut les coucher sur le papier. Les choses paraissent différentes quand on les a écrites.

 

 

Episode 49 : Beginnings revisited

Que doit contenir un bon début ?

– Doit donner la tonalité de l’histoire : sombre, humoristique…

– Établir l’univers : Fantasy, SF, fantastique, quelles particularités a le monde ?

– Présenter les personnages.

– Un élément perturbateur : quelque chose change, qui va mettre l’histoire en mouvement.

 

 

Episode 50 : Outlining Mary’s way

Le scénario pour Mary Robinette Kowal : Il est un guide, comme un chemin qui sert de guide, mais qui ne limite pas.

L’idée générale = comme un croquis sommaire pour un dessin

le scénario = le croquis tracé

L’écriture = la mise en couleur

Mary écrit des scénarios très détaillés, en utilisant des scènes, qu’elle réutilise.

 

 

Episode 51 : Brainstorming Mary’s way

Exemple de brainstorming en utilisant la méthode de Mary

 

 

Episode 52 : Microcasting

comment savoir si votre histoire est trop grosse pour la nouvelle qu’on est en train d’écrire ?

Reprendre le MICE quotient de Orson Scott card (Milieu, Idea, Characters, Event). Si l’histoire correspond à plus d’une lettre, alors oui, l’histoire risque d’être trop compliquée pour une nouvelle

Réfléchir à toutes les conséquences d’une idée, et décider si ce sera trop pour une histoire courte.

Se dire qu’une histoire est sur une idée (ex : l’immortalité), mais qu’en fait, elle va concerner des personnages (ex : comment un homme va gérer le fait de devenir immortel).

Comment ne pas succomber au découragement ? Même si ça ne va pas, se forcer à avancer, à faire quelque chose. Se dire que si on n’arrive pas à écrire, c’est peut-être que quelque chose ne fonctionne pas, et il faut trouver quoi.

 

 

Episode 53 : Secret History

Histoire secrète : expliquer un événement réel par quelque chose de fantastique, fantasy, SF ou autre…

Faire attention quand on écrit sur un personnage réel.

Bien faire des recherches, plutôt écrire sur un événement que le public connaît bien, et pour lequel il y a beaucoup d’explications différentes.

Attention aux événements trop populaires (genre l’histoire d’Hitler).

 

 

Episode 54 : Four ways the industry is changing

  • Un retour de la SF

Notamment incarné par le Steampunk, qui sert de transition entre la fantasy et la SF. Retour de la dystopie et du post-apo, qui pourrait être un miroir de nos peurs (environnement, catastrophes…)

  • Tendance à proposer des bonus : des nouvelles, documents… qui complètent un roman.

  • Réduction des intermédiaires

Augmentation de l’autoédition, des publications web, développement d’Amazon, qui traite direct avec les éditeurs, et même avec les auteurs.

  • Les auteurs ont de plus en plus besoin de faire leur promotion.

Mais, en même temps, il y a de plus en plus de canaux qui permettent aux auteurs de faire leur promo.

 

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire