Writing Excuses, Saison 8, 1ère partie (épisodes 1 à 15)

Je poste ici les résumés du podcast « Writing excuses », animé par Dan Welles (« Je ne suis pas un serial killer »), Howard Tayler (webcomic Schlock mercenary), et Brandon Sanderson (trilogie des « fils de brume » et derniers volumes de « la roue du temps »)

Le principe est simple « 15 minutes long, because you’re in a hurry, and we’re not that smart ». En gros, en 15 minutes, on discute d’un sujet concernant l’écriture.

C’est simple, concis, et donne de très bonnes pistes pour les apprentis écrivains. personnellement, je suis fan, alors je partage avec vous la bonne parole.

 

Épisode 1 : Microcasting

comment faire quand on tourne à vide dans une histoire ? Introduire de nouveaux conflits, mettre les personnages dans une situation nouvelle.

Épisode 2 : Hero’s journey

d’après « Hero with a thousand faces », Joseph Campbell. Ouvrage qui décrit les archétypes des mythes héroïques, qu’on retrouve dans toutes les cultures.

— Le passage de seuil

L’élément perturbateur, qui fait que la situation du héros change.

— Les péripéties

Ce que le héros vit, alors qu’il cherche ce qu’il veut.

— La descente aux enfers

Le héros est confronté à sa part d’obscurité, que ce soit physiquement ou mentalement.

Ce livre n’est pas un guide pour écrire un roman, il donne des points, des évènements qu’on retrouve dans beaucoup d’histoires.

— Le retour

Retour à la situation initiale, qui sert à montrer à quel point le héros a changé.

Épisode 3 : Pets

comment utiliser les animaux dans un roman, en leur donnant une importance.

Difficile à réaliser, parce que ce ne sont pas vraiment des personnages, et leur impact sur l’histoire est en général limité. Mais, c’est intéressant car les animaux font avoir des relations particulières avec les personnages et nous en apprendre beaucoup sur le personnage.

Pour bien écrire : réfléchir aux liens qu’on a avec les animaux, comment on se comporte avec eux, quelles manies ont a…

Réfléchir à l’impact qu’ont les animaux sur la société qu’on va décrire (ex : les chiens sont maintenant des animaux de compagnie, mais au départ, ils servaient de gardiens).

Episode 4 : Side characters arc

Arc de personnage : quand un personnage connait un changement entre la situation initiale et la situation finale.

Pourquoi créer un arc pour les personnages secondaires ? Parce que ça donne du relief au personnage (qui est quelque part, le héros de sa propre histoire). Parce que les actions, les questionnements du personnage secondaire peuvent servir à éclairer les actions d’un personnage principal (ex : confronté à la même situation, des réactions différentes).

Mais, attention à ne pas trop développer ce personnage secondaire, sinon, il deviendra un personnage principal et risque de faire dévier l’histoire.

L’évolution d’un personnage secondaire peut amener de la tension dans l’histoire (ex : Gollum dans LOTR)

Attention à y aller en subtilité, se rappeler « show, don’t tell ».

Episode 5 : Breaking rules

Il existe des règles d’écritures : ne pas mettre trop de flashbacks, ne pas écrire un 1er roman trop long…

On peut briser ces règles, car elles ne sont que des guides. Mais, il faut se dire qu’il y aura un coût. Il faut donc se demander ce qu’on veut exactement pour son histoire, et si ne pas respecter une règle ne va pas apporter quelque chose à l’histoire.

Episode 6 : Retellings and adaptations

reraconter une histoire : reprendre une histoire connue, un mythe, et la raconter en changeant des éléments (prendre un autre point de vue, changer l’époque, l’interprétation des personnages)

ex : Orgueil et préjugés et zombies, Blanche-Neige et le chasseur.

Pourquoi réutiliser et réécrire des histoires : parce qu’on utilise quelque chose que le lecteur connaît déjà, on utilise des symboles forts. Parce que ça permet de contenter le lecteur en lui donnant quelque chose qu’il connait, mais avec un peu de nouveauté.

Épisode 7 : Cliffhangers

quand utiliser un cliffhanger et quand ne pas le faire.

Un bon cliffhanger donne quelques informations au lecteur, mais suscite du coup beaucoup de questions et pique son intérêt. Il donne de la profondeur à l’histoire

(Ex : le fantôme de l’opéra, le héros rencontre dans les sous-sols une ombre, dont on lui dit qu’elle est bien pire que le fantôme. Rien de plus ne sera expliqué sur cette ombre).

Un mauvais cliffhanger : frustre le lecteur, quand un personnage garde pour lui des infos, au lieu de les partager avec le lecteur, parce que l’auteur veut ménager la tension.

Episode 8 : Writing and personnal health

Impression populaire que tous les artistes sont affectés de diverses pathologies mentales (et sont cinglés). Ce n’est pas toujours le cas, mais certains ont effectivement des problèmes.

Si on a une pathologie mentale, écrire est une bonne solution car cela permet de canaliser les problèmes pour créer quelque chose.

Le danger de l’écriture : c’est une activité solitaire, donc on risque de se renfermer et d’aggraver ses problèmes. Il est important d’en parler autour de soi, de ne pas se replier totalement.

D’un point de vue physique : attention aux pathologies qu’on peut développer en écrivant (maux de dos, fatigue des yeux…). Il est important de garder une activité physique et d’aménager son espace de travail en fonction.

Episode 9: Brainstorming with Howard

Exemple de brainstorming d’une histoire sur l’immortalité.

Episode 10 : Brainstorming with Howard

Utilisant les exemples de l’épisode précédent, développement en détail de l’histoire.

Episode 11 : Writing abnormal psychology

Comment écrire sur des personnages qui ont un désordre mental ?

Faire des recherches, beaucoup de recherches, ne pas hésiter à parler à des malades si on en a l’occasion.

Attention à ne pas tomber dans la caricature, de ne pas simplifier à l’extrême les maladies, ni de diaboliser les malades.

Se renseigner sur les causes des maladies, les symptômes et surtout sur les médicaments utilisés pour traiter ces maladies et leurs effets secondaires.

Episode 12 : project in depth, with Howard

explication de l’un des projets d’Howard (un bonus pour Schlock mercenary)

Episode 13: Fake it till you make it

Réfléchir à ce qu’on attend d’un auteur professionnel, comment il se comporte… Essayer d’imiter et de se comporter en pro.

Réfléchir à l’image qu’on veut projeter et aux relations qu’on veut avoir avec son éditeur.

Attention toutefois à ne pas en faire trop, à ne pas essayer de répéter les mauvais comportements des auteurs publiés.

Episode 14: Brainstorming with Brandon

Brainstorming d’une nouvelle sur une idée d’intelligence artificielle.

Épisode 15 : narrative rythm

Le rythme : il faut des moments forts, mais également des pauses dans l’intensité, pour permettre à la tension de descendre pour mieux remonter.

Comment garder l’intérêt des lecteurs, tout en insérant des moments plus calmes ? Se demander ce qui est intéressant dans les moments plus calmes. Les insérer au milieu d’un chapitre plus « musclé », pour faire une respiration.

Faire monter l’action : amener vers le point où le lecteur se dit « okay, ça va mal se finir ». Chercher le point de rupture.

Action descendante : s’éloigner de ce point de rupture.

Regarder chaque scène de son scénario, attribuer une émotion à chaque scène, et essaye que deux émotions similaires ne se suivent pas.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire