Tag: Cherie Priest

Maplecroft, Cherie Priest

Résumé

Fall River, 1894. Lizzie Borden a été acquittée du meurtre de son père et de sa belle-mère, sauvagement tués à coups de hache. Elle et sa sœur aînée Emma se sont retranchées dans une grande maison, Maplecroft.

Lizzie Borden a été acquittée, mais elle est bien coupable de ce crime, bien qu’elle ait eu de très bonnes raisons de tuer les choses qu’étaient devenues les Borden. Et ce mal insidieux rôde toujours à Fall River…

Mon avis

J’avais entendu parler de ce livre par Cherie Priest elle-même, lors d’un podcast consacré à l’horreur lovecraftienne. Je l’ai donc mis sur ma liste de Noël et le voici donc maintenant en critique sur ce blog.

Le roman prend comme point de départ l’affaire Lizzie Borden, une très célèbre affaire de la fin du XIXe jamais vraiment élucidée. Lizzie Borden a bien existé et a effectivement été accusée du meurtre de son père et de sa belle-mère. Il y a eu un procès, au cours duquel elle a été acquittée. Après cela, elle et sa sœur se sont retranchées dans une maison qu’elles avaient fait construire : Maplecroft.

Sur cette base historique, Cherie Priest a créé une histoire d’horreur victorienne et lovecraftienne : Lizzie Borden a bien tué ses parents à coup de hache, mais parce qu’une force inconnue les avait contaminés et transformés en une sorte de monstre aquatique.

C’est original et plutôt bien ficelé.

Read more…

Boneshaker, Cherie Priest

Résumé

Seattle, 1880. Suite à un accident provoqué par une monstrueuse machine, le « Boneshaker », une partie de la ville a été envahie par un gaz mortel qui transforme une partie de la population en zombies. Des quartiers de Seattle ont été murés, le reste de la ville survit.

Briar Wilkes est la veuve de Leviticus Blue, le créateur du Boneshaker. Elle vit au jour le jour avec son fils Zeke, travaillant quand une usine de purification d’eau. Elle tente d’oublier. Mais son fils veut connaître son héritage et se rend dans la ville emmurée. Briar n’a d’autre choix que de le suivre.

Mon avis

J’avais entendu parler de ce roman, et lu quelques bonnes critiques. Je me suis lancée dans la l’aventure, en me disant que Steampunk et zombies, ça ne pouvait pas être un mauvais cocktail.

Je ressors de ma lecture avec un sentiment mitigé.

Pages: 1 2