Tag: Ecrire un roman

Faut-il commencer par écrire avec une série longue

Une vaste question à laquelle je m’efforce de répondre dans cette vidéo :

 

 

 

Malgré le titre un peu putaclic (my bad ^^) j’essaye de développer le propos et surtout, je le rappelle encore et encore, si vous avez d’écrire votre série en 14 tomes, faites le !

 

Je suis la preuve vivante que c’est possible de continuer sa carrière d’écrivaine malgré ça !

 

Quoi qu’il se passe, restez positifs et ayez confiance en vous et en vos capacités d’apprentissage. L’écriture c’est ça : on ne cesse jamais d’apprendre. 

4 erreurs à éviter quand on écrit un combat

Aujourd’hui, on parle baston sur la chaîne !

Je vous explique les 4 erreurs à éviter quand on écrit un combat :

 

 

 

On résume donc :

  • Erreur 1 : Ne pas faire ses recherches

Quand on écrit en fantasy, on invente certes un monde, mais très souvent, celui-ci est inspiré du monde réel. Plus on est proche d’une période historique réelle, plus il faudra travailler. 

Mais même dans quelque chose de complétement inventé, l’histoire doit garder une cohérence interne et ça doit se ressentir dans l’armement et les combats. 

 

  • Erreur 2 : Négliger l’équipement

Un personnage se bat rarement à poil. Il va avoir des vêtements, qui vont le protéger, mais également de l’équipement (pièces d’armure et autres). 

Pensez à comment votre personnages est habillé et comment il est protégé !

 

  • Erreur 3 : Négliger le décor

On se bat toujours quelque part, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Il a des obstacles, des choses qu’on peut utiliser pour se défendre ou se cacher. 

Bref, pensez à comment votre décor va impacter votre combat !

 

  • Erreur 4 : Ne pas doser

On a toujours tendance à en faire trop pou pas assez, à noyer le lecteur sous des détails, ou au contraire à ne pas assez en mettre. 

Et comme souvent en écriture, tout est affaire d’équilibre…

 

Voilà, j’espère que cette vidéo vous a plu. Si vous aimez mon travail, n’hésitez pas à le partager, c’est toujours apprécié !

 

 

Pour ou contre et les prologues?

Pour ou contre les prologues? 

 

Vaste question, à laquelle je m’efforce de répondre dans cette vidéo ^^

 

 

 

 

Si à titre personnel je n’aime pas trop les prologues, je trouve que ça peut se justifier, mais qu’il faut se poser quand même quelques questions :

 

— Est-ce que ce prologue sert vraiment à quelque chose dans l’histoire (sous-entendu, délivre-t-il des informations, ou met-il en scène des personnages par exemple) ?

— Est-ce qu’il est raccord avec l’histoire (est-ce que les éléments présents vont avoir un impact sur la suite) ?

— Est-ce que si vous supprimez ce prologue, est-ce que ça change quelque chose à l’histoire ?

 

 

Dans tous les cas, je vous encourage à vous lancer : vous êtes et restez le maître de votre histoire, ne l’oubliez jamais !

 

 

L’Etrange affaire de Spring Heeled Jack ou comment bien présenter son univers

Bonjour à tous !

 

Nouvelle vidéo sur la chaîne YouTube, où on va s’intéresser au livre « L’étrange affaire de Spring Heeled Jack », de Mark Hodder, dont je vous avais déjà parlé ici !

 

 

 

Londres, 1861. Sir Richard Francis Burton, un grand explorateur et un érudit de talent. Sa réputation a été salie et sa carrière ruinée. Il est dans de sales draps. Algernon Charles Swinburne, Un jeune poète prometteur et avide de sensations fortes, disciple du marquis de Sade. Le cognac causera sa perte. C’est le cadet de ses soucis. Les deux hommes sont au cœur d’un empire déchiré par les conflits. D’extraordinaires machines envahissent un monde soumis à des lois des plus répressives. Tandis que certains défendent une société fondée sur le génie créateur, d’autres repoussent les limites de la conscience en ayant recours aux drogues, à la magie et à l’anarchie. Lorsque des loups-garous terrorisent l’East End londonien et que des jeunes filles deviennent la proie d’une effroyable créature nommée Spring Heeled Jack, le duo n’a plus d’autre choix que d’agir. Au plus vite. Tous deux se trouvent confrontés à l’un des événements les plus décisifs de cette époque. Mais la pire de leurs découvertes pourrait bien provoquer la fin du monde tel qu’ils le connaissent… Quand une poignée d’hommes changent l’Histoire, l’Histoire change tous les autres.

 

Ce qui est vraiment intéressant avec ce roman, outre que l’histoire est vraiment bien menée et qu’il y a de bons retournements, c’est la présentation de son univers. Quand on écrit dans les genres de l’imaginaire, on sait que c’est quelque chose de compliqué : comment faire comprendre au lecteur les spécificités de l’univers sans le noyer totalement et le faire décrocher ?

 

Spring Heeled Jack y arrive bien en utilisant 3 techniques :

  • L’auteur met dès le départ l’accent sur les personnages et leurs ressentis. Toutes les spécificités de l’univers sont présentées du point de vue de Burton ou de Swinburne. 
  • Tout ce qui a trait à l’univers est présenté en action. 
  • L’auteur limite son univers à ce qui sert vraiment l’intrigue. 

 

 

C’est vraiment bien mené, il y a des choses à apprendre. En tout cas moi, je suis contente d’avoir relu ce livre 🙂

 

 

 

 

 

Dédramatiser le premier jet

Aujourd’hui, j’inaugure ma chaîne Youtube avec une vidéo sur le thème de l’écriture du premier jet. 

 

 

Qu’est-ce que c’est, le 1er jet ? Tout simplement, la première version d’une histoire.  

C’est une étape importante, parce que c’est la première brique d’un projet, c’est très facile de se mettre une pression de dingue et de vouloir que tout soit parfait. 

 

Le 1er jet, pour moi, il a un seul mérite : c’est d’exister.  Ça ne va pas plus loin.  

C’est une ébauche qui permet de se sortir l’histoire de la tête. Il  va y avoir des choses qui seront bonnes, d’autres moyennes, d’autre qui ne vont pas marcher. Et ce n’est pas grave si ce n’est pas parfait. 

 

Parce qu’écrire une bonne histoire, c’est compliqué et ça implique de maîtriser beaucoup de paramètres différents (il faut une intrigue qui tienne la route, du rythme, de bonnes descriptions, des personnages fouillés, etc). Ecrire une histoire parfaite, c’est impossible à réaliser du premier coup.  

 

Et ça, tous les écrivains le savent :  écrire, c’est aussi réécrire.  Donc, pas la peine de se mettre la pression et de chercher la perfection immédiate.  

 

Donc, soyez bienveillants avec vous-même.  Ne vous jugez pas trop durement. Ne vous dépréciez pas. Même si vous doutez, même si vous avez l’impression que ce vous écrivez c’est de la merde, ne laissez pas court à ces pensées négatives.  Vous faites du mieux que vous pouvez à un instant T. 

 

Et je vous promets qu’une fois que vous aurez posé le mot « fin », vous vous sentirez plus léger et que vous aurez déjà accompli une bonne partie du travail (ne restera « plus que » les corrections, mais chut, on en reparle une autre fois ^^). 

 

 

 

Ne manquez aucune info en vous abonnant à la newsletter