Tag: Ecriture

Structurer un roman – raffiner le plan

structure-3

Nous abordons maintenant la troisième étape de ma méthode pour structurer un roman : le plan proprement dit.

Pour rappel, la première étape consiste à trouver une idée pour laquelle on s’enthousiasme vraiment et qui a du potentiel. La deuxième consiste à brainstormer tout ça, et à définir les grandes lignes de l’histoire.

Voyons maintenant de quoi il retourne.

Troisième partie : Raffiner le plan

Je suis une architecte : j’établis un déroulé précis de mon histoire, je découpe en chapitres, en scènes… J’ai besoin de savoir où je vais avant de commencer à écrire.

Si vous êtes plutôt du genre jardinier (et que vous avez quand même suivi cette série d’articles jusque-là, merci à vous ^^), vous pouvez sauter cette étape.

La plupart des jardiniers que je connais ont simplement besoin de connaître les grandes lignes de l’histoire et les personnages principaux pour pouvoir écrire.

Pour ceux qui auraient besoin d’un plan, voici quelques trucs afin de raffiner la structure brute qu’on a obtenue en un joli scénario qui tient la route.

— Identifier les grands évènements de l’histoire : les moments où il se passe un truc vraiment important, qui change le cours des choses. Ce sont les points clés de votre récit.

Pensez à ces évènements comme les grandes jonctions, ou des jalons.

— Réfléchir à la manière dont on va progresser entre ces différents jalons : qu’est-ce qui se passe qui fait qu’on arrive d’un point A à un point B ? Cherchez la logique, les causes et les conséquences pour avoir un enchaînement optimal.

J’insiste beaucoup sur ce point : il faut qu’il y ait une raison pour qu’on arrive à cet évènement marquant, sinon, ça paraîtra artificiel à la lecture (ou même au moment de l’écriture).

— Réfléchir à l’arc des personnages. Chaque personnage va connaître une évolution, et très souvent, leur évolution va être liée à celle de l’histoire.

Même chose que plus haut, ce qui leur arrive, ce qu’ils ressentent, leur évolution, tout ceci doit avoir des causes, et des conséquences.

À ce stade, la méthode flocon fonctionne pas mal pour moi, et je vous conseille d’y jeter un coup d’œil.

Read more…

Structurer un roman – Laisser fermenter

structure-2

Le mois dernier, j’ai commencé à vous parler de ma méthode pour structurer un roman. Pour rappel, la première étape consistait à chercher une idée qui enthousiasme vraiment, et à définir dans quel genre et quelle tonalité on voulait écrire.

Passons maintenant à l’étape numéro 2 :

Etape 2 : laisser fermenter

La fermentation, c’est pour moi une étape importante. Ne vous précipitez pas à essayer d’établir tout de suite un plan pour votre histoire. Laissez reposer.

Notez les idées qui vous passent par la tête. Laissez-vous imprégner de l’histoire et des personnages.

Un conseil : notez vraiment tout. Ne vous dites pas : « cette idée a l’air super, je vais forcément m’en souvenir », parce que ça risque de ne pas être le cas.

Notez aussi tout, parce que ça va vous donner un sentiment de liberté. Le roman que vous allez écrire est en devenir, rien n’est fixé vous pouvez tout vous permettre. Partez dans tous les sens si vous voulez, ce n’est pas grave. Faites-vous plaisir, explorez les différentes possibilités de l’histoire !

Read more…

Structurer un roman – Trouver l’idée de base

structure-1

Dans cette série d’articles, je vous parlerai d’écriture, et plus particulièrement de structure.

C’est une question qui revient souvent : comment établir le plan d’un roman ? Comment structurer ses idées de manière à pouvoir créer une histoire cohérente ? Ce que je vous propose ici, c’est une manière pour structurer un plan.

C’est la méthode que j’emploie depuis des années. Elle ressemble par certains côtés à la méthode du flocon, mais en diverge par d’autres (j’y reviendrai, mais si la méthode flocon vous intéresse, voici deux articles qui la résument assez bien, chez Mécanisme d’histoire et Le renard loquace)

Ce que je vous propose ici n’est sûrement pas une méthode parfaite, mais elle me convient bien, et je pense qu’elle pourra intéresser certains écrivains ici.

Je commencerai cette série d’articles par une petite mise au point : avoir un plan détaillé pour un roman n’est pas une obligation. Certains auteurs (dont je fais partie) en ont besoin pour avancer. D’autres y sont totalement allergiques (n’est-ce pas, Hardkey ? ^^).

C’est la fameuse distinction entre architectes et jardiniers, proposée par George Martin :

« I think there are two types of writers, the architects and the gardeners. The architects plan everything ahead of time, like an architect building a house. They know how many rooms are going to be in the house, what kind of roof they’re going to have, where the wires are going to run, what kind of plumbing there’s going to be. They have the whole thing designed and blueprinted out before they even nail the first board up. The gardeners dig a hole, drop in a seed and water it. They kind of know what seed it is, they know if planted a fantasy seed or mystery seed or whatever. But as the plant comes up and they water it, they don’t know how many branches it’s going to have, they find out as it grows. And I’m much more a gardener than an architect ».

(Je pense qu’il y a deux types d’écrivains : les architectes et les jardiniers. Les architectes planifient tout, comment un architecte construit une maison. Ils savent combien de pièces comptera la maison, de quel genre de toit elle aura besoin, où se trouveront les câbles électriques, quel type de plomberie l’alimentera. Ils ont conçu et ont les plans de masse de la chose avant même d’écrire le premier mot. Les jardiniers creusent un trou, y font tomber une graine et l’arrosent. Ils savent de quel genre de graine il s’agit, ils savent s’ils ont planté une graine de fantasy, ou d’intrigue policière, ou quelque chose d’autre. Mais alors que la plante grandit et qu’ils l’arrosent, ils ne savent pas combien de branches elle va avoir, ils le découvrent au fur et à mesure que cela pousse. Je suis plus un jardinier qu’un architecte).

Si vous êtes un jardinier, ne vous forcez pas à faire un plan ! Ça ne sert à rien, vous n’allez réussir à vous dégoûter.

De même, si vous êtes un architecte et que vous jugez que la méthode que je propose ne vous convient pas, trouvez autre chose qui vous convient mieux.

Je ne propose pas de règle absolue (pour moi, il n’y en a pas en écriture), juste des trucs qui ont fait leurs preuves.

Ceci étant dit, nous pouvons commencer.

Read more…

Writing excuses : l’émerveillement

WX-11-Cover2016BluesSIDEBAR

Writing Excuses revient pour une 11ème saison !

La dernière saison avait constitué une masterclass géante, abordant tous les mois un aspect différent de l’écriture d’un roman. Cette année, l’équipe de Writing excuses s’attaque aux différents genres élémentaux.

Chaque mois sera organisé en leçon, avec à chaque fois des épisodes traitant d’un genre donné, et un épisode « libre », sur un sujet donné.

Ce mois-ci, c’est le sentiment de merveilleux qui est discuté. 

 

Épisode 6 : L’émerveillement

 

Le sentiment d’émerveillement : lié à quelque chose d’énorme, qui nous dépasse. Ex : Star Wars, les scènes d’ouverture avec les vaisseaux qui se rendent sur une planète. Il prend du temps à passer, pour donner un sentiment de grandeur et d’écrasement.

L’émerveillement doit aussi comporter une part de rêve : ex. Coruscant dans Star wars est une ville qui fait la taille d’une planète et qui fait rêver. Chez William Gibson, dans Neuromancien, la ville a la même taille, mais c’est un enfer, sale et corrompu, qui ne donne pas le même sentiment d’émerveillement.

 

L’émerveillement donne envie de savourer, de se prélasser. Comment donner cette impression ?

― Par les descriptions, qui forcent à tourner les pages

― Le temps : laisser aux personnages, et au lecteur, le temps de profiter de ce qui se passe.

 

Exercice : décrire quelque chose d’ordinaire et essayer d’y insuffler un sentiment de merveilleux.

 

Read more…

Les liens du mois : Septembre 2016

Petit mois côté actualité, la faute à une reprise assez musclée. Mais on n’oublie pas pour autant les bonnes vieilles habitudes.

Tout d’abord, l’épisode 15 de la Ligue des ténèbres est sorti, Eudaimonia. C’est l’avant dernier épisode de la saison 2, alors ne le loupez pas.

Et maintenant, place aux liens du mois !

 

 

Ecriture

 

Comment bien écrire les patronymes. Parce que la typographie, c’est traître.

 

Au secours, j’ai 36 projets sur le feu ! Ou comment arriver à bien s’organiser. Je plaide coupable pour les 36 projets, et j’ai trouvé l’article très bon, clair et avec de bonnes pistes de réflexion.

 

Quand un as de photoshop reproduit un tableau. Respect…

 

 

 

Culture

 

L’histoire de Katia Kraft, vulcanologue. L’une des idoles de mon enfance ^^

 

Les havres et les enfers dans la fantasy.