Tag: fantasy épique

Challenge « La roue du temps », Tome 3

La roue du temps, c’est l’une des œuvres les plus massives de la fantasy : 14 tomes et une préquelle. Le cycle a été commencé par Robert Jordan et terminé par Brandon Sanderson à la mort de ce dernier.

Mon challenge : arriver à lire cette saga en un temps raisonnable (pas en 10 ans quoi)

 

Tome 3 : The Dragon reborn

Mat a sonné dans le cor de Valère et réveillé les anciens héros, Rand a accepté qu’il est le Dragon Réincarné. Mais leurs ennuis sont loin d’être terminés. Terrorisé par ses pouvoirs, Rand fuit ses amis, obsédé par un rêve où il brandit l’épée légendaire Callandor. Ceux-ci se lancent à sa poursuite. Pendant ce temps, Egwene, Nynaeve et Elayne font face à  une terrible vérité : l’Ajah Noir, une faction d’Aes Sedai loyale au Ténèbreux, a noyauté la Tour Blanche.

 

Pour l’instant, c’est le tome que j’ai préféré. J’ai trouvé l’intrigue mieux géré, avec moins de longueur que les tomes précédents.

Mat, guéri de l’influence néfaste de la dague maudite, se révèle un personnage intéressant, joueur invétéré doté d’une chance folle. Perrin peine toujours à accepter son lien avec les loups, et voit sa situation se compliquer avec l’arrivée d’une jeune Quêteuse : Faile.

Egwene, Elayne et Nynaeve forment un trio de choc qui à mon avis à un gros potentiel.

L’intrigue progresse pas mal et bien qu’on voit très peu Rand, c’est au final lui qui fait le plus progresser les choses en acceptant totalement son héritage de Dragon. J’espère que ça laisse présager une bonne évolution pour ce personnage.

 

Challenge « La roue du temps », Tome 2

La roue du temps, c’est l’une des œuvres les plus massives de la fantasy : 14 tomes et une préquelle. Le cycle a été commencé par Robert Jordan et terminé par Brandon Sanderson à la mort de ce dernier.

Mon challenge : arriver à lire cette saga en un temps raisonnable (pas en 10 ans quoi)

 

Tome 2, The great hunt

On le sait désormais, Rand est le dragon réincarné, il ne sait comme réagir, ses amis non plus. Mat est toujours sous l’emprise de la dague de Shayol Gul, Perrin lutte pour accepter ses nouveaux pouvoirs de frère des loups, Nynaeve et Egwene se préparent à rejoindre la Tour Blanc afin de devenir Aes Sedai. Tout bascule lorsque le cor de Valère est volé par des suppôts des Ténèbres. Rand, Perrin et Mal se lancent à leur poursuite.

 

Ça y est, les natifs de Deux rivières se séparent, les garçons partent à la poursuite du cor de Valère, tandis que les filles partent à la Tour Blanche.

Je dois avouer que j’ai préféré l’arc de ces dernières à celui des garçons. J’ai bien aimé découvrir cette fameuse Tour Blanche et en savoir plus sur les Aes Sedai. Le passage où Egwene est capturée et forcée d’utiliser ses pouvoirs via une laisse magique est intéressant, car il permet d’approfondir les personnages d’Egwene et Nynaeve.

J’ai moins aimé toute la partie sur le cor, en partie parce que j’avais envie de coller des baffes à Rand (bon, ok, le pauvre n’est pas gâté, car ses pouvoirs risquent de le rendre fou, mais quand même ce n’est pas une raison pour se comporter comme une andouille !). Le pauvre Mat passe son temps à agoniser et ne fait pas grand-chose. J’ai plus accroché au personnage de Perrin.

Challenge « La roue du temps », Tome 1

La roue du temps, c’est l’une des œuvres les plus massives de la fantasy : 14 tomes et une préquelle. Le cycle a été commencé par Robert Jordan et terminé par Brandon Sanderson à la mort de ce dernier.

Mon challenge : arriver à lire cette saga en un temps raisonnable (pas en 10 ans quoi)

 

Tome 1, Eye of the world

Rand Al’Thor, Perrin Aybara et Mat Cauthon sont trois jeunes gens vivant une vie tranquille dans le petit village de Champ d’Emond. Leur vie prend un tournant lorsqu’une mystérieuse femme, Moiraine, arrive et qu’ils sont attaqués par des Trollocs, des envoyés du Ténébreux que tous croyaient disparus. Moiraine révèle alors qu’elle est une Aes Sedai, une femme capable de canaliser le pouvoir de l’Unique et que l’un des trois garçons est en réalité le Dragon Réincarné, qui devra affronter et battre le Ténébreux.

 

Impossible de lire ce tome sans penser à « La communauté de l’anneau » tant les ressemblances sont frappantes : le petit village sans histoire qui vit à l’écart du monde, les gens « normaux » dont la vie bascule, la magie, le mal séculaire enfermé…

Pourtant, malgré ces poncifs de la fantasy, Robert Jordan parvient à tisser un monde original, emprunt de mysticisme et de légendes. A travers les histoires, les us et coutumes, les habitudes des personnages, l’auteur parvient à faire exister son monde.

Malgré les longueurs de l’histoire, la masse de noms de lieux et personnages à retenir, on suit avec plaisir les péripéties de Rand et de ses compagnons.