Tag: Fantasy

Sortie de Dans les Coulisses de la Tédesplen

C’est un projet qui me tient à cœur et qui voit enfin le jour.

Je suis ravie de vous présenter enfin Dans les coulisses de la Tédesplen.

 

                                  Une nouvelle fois, on salue le talent et le travail de Sylvie Sabater !

 

Pourquoi le professeur Nutter court-il après le lapin blanc ? Comment Thomas a-t-il conçu le plan qui allait libérer sa sœur d’Eudaimonia ? Quel est l’art de la diversion de Ginger ? Les réponses à ces questions se trouvent dans les coulisses de la Tédesplen ! 

 

Découvrez pour chaque épisode une couverture, une aventure bonus du point de vue de Ginger, Tom ou du professeur, ainsi que quelques anecdotes sur la création des illustrations.  

 

 

 

 

Il s’agit d’un livret bonus à la trilogie initiale (il faut donc impérativement avoir lu la série).

Ce sera l’occasion de retrouver les couvertures pour chaque épisode, mais aussi de découvrir l’histoire derrière ces couvertures.

Chaque épisode vous offrira également un bonus, du point de vue de Tom, de Ginger ou du professeur. Et peut-être que Sam ne vous a pas tout dit…

 

Pour commande le livret, direction Hydralune.

 

Et si vous ne connaissez pas encore la série La Ligue des ténèbres et que cette couverture a piqué votre intérêt, laissez-vous tenter ^^

Pour Noël, voyez petit

Pour Noël, voyez petit, non pas en terme de cadeaux, mais en terme de boutiques.

 

On ne va pas se mentir, le confinement fait du mal à l’économie et les plus touchés sont les petits commerçants, les artisans et les artistes.

Pour les soutenir, voici une liste d’endroits où vous pouvez faire vos cadeaux de Noël, et offrir ainsi des cadeaux personnalisés, tout en aidant un indépendant !

 

 

Livres

 

Bon, je vais commencer par prêcher pour ma propre paroisse :

 

La Ligue des ténèbres et Kerys sont disponibles chez Hydralune

 

Aiden Jones chez Au Loup éditions

 

 

N’hésitez pas d’ailleurs à parcourir le catalogue de ces deux maisons. Hydralune se spécialise dans des romans à la croisée des genres, mêlant diverses influences. Au Loup éditions est une maison jeunesse très dynamique, qui propose des romans frais et inventifs.

 

N’hésitez pas non plus à soutenir Oneiroi, une petite maison d’édition spécialisée dans le steampunk. J’ai eu le bonheur de collaborer à leur anthologie Mécanique et lutte des classes et je ne peux que vous la recommander.

 

 

 

Vous pouvez aussi piocher dans le catalogue de Noir d’Absinthe, qui offre des titres plus sombres et adultes (j’ai adoré Éternelle Odyssée de AF Lune).

 

Les titres du Chat Noir me font de l’œil depuis un moment, je pense craquer sur leur édition du Tour d’écrou.

 

 

Si vous aimez le fantastique, allez voir les Editions luciférines. Leur anthologie Démon Japonais est de toute beauté et je ne doute pas celle sur la Belle Epoque (où je participe !) sera à la hauteur également.

 

 

Allez aussi voir chez le Héron d’argent (livres illustrés) chez Sema Editions (une petite maison belge très dynamique et investie), chez les éditions du 38 (faut que je prenne Arpenteurs) ou encore Nats Editions.

 

Le magazine Etherval propose des numéros thématiques, avec à chaque fois des nouvelles illustrées. Un joli cadeau à faire pour les amateurs de lecture et de beaux livres. Leur dernier numéro, Fabula, est accessible à partir de 12 ans. 

 

 

Dans les auteurs indépendants, vous pouvez aller voir Fred Marty, Rozenn Illiano, Rose P Katell, Benjamin Lupu (Mon compère du Paris des merveilles ^^) ou Gwenifaere !

 

Et n’oubliez pas que vous pouvez faire d’une pierre deux coup et commander chez votre libraire préféré, s’il a mis en place le click and collect (pas mal le font 😊 )

 

Décoration

 

Si vous cherchez de la décoration ou de jolis objets à offrir, allez voir la boutique de l’Alchimiste, souffleuse de verre. Julie Lefebvre est souffleuse de verre et vous propose des pièces uniques de toute beauté.

 

Pour de jolies bougies, Le cabinet de cire est fait pour vous.

 

Chez Bestaires et curiosités vous trouverez de la vaisselle pareille à nulle autre

 

 

Envie d’une belle impression : Juliette Amadis propose de superbes illustrations pour décorer votre intérieur.

 

 

Et si vous aimez les ambiances asiatiques et les traits raffinés, alors Mademoiselle Sue est faite pour vous !

Vous pouvez aussi offrir une gravure personnalisée de chez Mathieu Prost.

 

Si vous êtes plus photo, allez voir les travaux de Cindy Jeannon.

 

 

Bijoux

 

J’adore ce que fait Lady Cataclysm. Chaque fois que je la croise en salon, je bave devant  ses créations (mon mari ne s’y est pas trompé et m’a offert une parure pour la Saint Valentin). Allez donc jeter un coup d’œil à ses créations

 

J’aime aussi ce que fait Mandzou, c’est très joli et original

 

Je dévalise toujours le stand de Terra Nostra quand je les vois en festival ou en salon. J’aime vraiment leur gamme !

 

Vêtements

 

Octopoos Factory propose des vêtements steampunk/hippie de toute beauté et qui durent longtemps ! (j’ai un de leur short acheté il y a presque 10 ans maintenant !)

 

 

Queen Marguerite joue la carte du recyclage et offre une gamme de vêtements respectueux de l’écologie.

 

Boissons

 

Pour les amoureux du thé, la maison Pumplewick propose un large assortiment de délicieux thés, et le packaging devrait plaire aux plus geek ^^

 

Si vous cherchez quelque chose d’un peu plus corsés, allez voir la maison Awen. Leurs absinthes sont délicieuses, leurs gins sont divins et leurs rhums sont à tomber.

 

 

Si vous avez l’âme d’un chevalier

 

Il vous faut alors une épée, du genre que celle que Thibaud Pascual fait (on en a une avec mon mari et c’est une merveille !). 

 

 

Il vous faut aussi une armure, comme celles de Rechignac (c’est une de mes grands rêves : avoir une armure !)

 

 

Voilà, j’espère que cette petite sélection (non exhaustive bien sûr) vous aura  plus. N’hésitez pas à partager vos propres bonnes adresses ! 

Escrime pour les écrivains – Décrire une combattante

Vous aimez les filles fortes et sexy à la fois ? Vous avez envie de créer votre personnage de guerrière ? En suivant ce guide, vous avez toutes les chances de construire un personnage réaliste, charismatique, réaliste et original !

 

 

 

Les armures, c’est bon pour les faibles

 

C’est vrai ça ! À quoi bon se planquer derrière des plaques d’acier ? Non, le charisme (et les nibards) pour une guerrière, ça suffit. Alors oubliez gambisons, brigandines, camails et plastrons et optez plutôt pour un bikini en cotte de mailles ! De toute manière, subjugués par la beauté de votre amazone, les ennemis oublieront de la frapper ou viseront à côté.

Franchement, de toute façon, les armures, c’est naze, comme j’en ai parlé dans cet article.

Ça ne servait à rien, ce n’était pas joli, bref, d’une inutilité totale. Et puis, ce n’est pas du tout féminin, comme le montre ce blog

 

Suivez plutôt l’exemple de cette vidéo

 

 

Pas besoin d’entraînement

 

Transpirer, répéter inlassablement les mêmes mouvements, enchaîner les séances d’entraînement, c’est inutile. Optez plutôt pour le vieux mentor, qui en quelques sessions transformera votre princesse en guerrière accomplie, capable d’affronter toutes les batailles. Qui a dit que ça prenait des années pour devenir bonne au combat ?

Elle est l’élue. Pas besoin de s’entraîner

D’ailleurs, c’est la même chose si votre héros est un jeune fermier : il sera instantanément expert.

J’en parlais ici, d’ailleurs

 

 

Les muscles, ça ne sert à rien

 

Sérieusement, qui a envie de lire les aventures d’une fille avec des bras de camionneurs, de bonnes cuisses athlétiques et les muscles du dos et des abdominaux dessinés par des années de pratique ? Non, pas besoin de tout ça. Votre guerrière peut tout à fait être frêle comme un roseau, peser 45 kg toute mouillée, et manier une épée plus grande qu’elle comme s’il s’agissait d’un fleuret. C’est tout à fait crédible.

Elle est belle, sexy, de haute naissance, elle n’a pas besoin de force physique ni d’endurance. Elle peut mettre au tapis des adversaires faisant trois fois sa taille sans être décoiffée.

Bon, ok, chez Clamp, même les garçons sont épais comme des spaghettis ^^

 

Qui aurait envie de voir des personnages comme ça. Tout le monde sait que les muscles, c’est moche.

 

 

Rester sexy en toute circonstances

 

Les filles normales connaissent les bleus, les bosses, les éraflures, les côtes fêlées, les doigts cassés, les plaies et les blessures. Les filles normales se salissent, se fatiguent, finissent leur combat rouge écarlate, le souffle court, totalement échevelée et puant la sueur. Mais pas votre guerrière, non. Elle est au-dessus de tout cela. Des jours à marcher dans la nature ne lui font pas peur, elle reste toujours fraîche. Et même après une bataille rangée épique, même sans armure, elle ressortira immaculée de la mêlée.

Prenez exemple sur Buffy. Même transformée en cro-magnon, elle reste sexy

 

Parce qu’après tout, elle est la meilleure et elle n’est pas une fille normale.

 

 

Vous avez bien compris la leçon, alors, à vos claviers et stylos maintenant !

 

Note : Article à ne surtout pas prendre au sérieux, que j’ai écrit parce que je pratique les arts martiaux, et notamment l’épée, depuis environ 12 ans, et que le traitement des personnages de combattantes m’agace très souvent. Les gamines qui en trois leçons savent manier à la perfection une épée, se lancent dans une bataille et en ressortent à peine décoiffées, ça a tendance à m’énerver.

Alors ok, je sais qu’il faut que le produit soit vendable un minimum, qu’il faut que le personnage ait un minimum de glamour pour faire rêver. Mais je maintiens qu’une dose de réalisme dans ce cliché ne ferait pas de mal. Et pour ceux qui ne sont pas d’accord et qui militent pour le bikini en cotte de mailles, moi et mes copines escrimeuses serons ravis de les rencontrer pour en discuter amicalement. Et avec une hache.

 

Ronde de nuit, Terry Pratchett

Sam Vimaire, du Guet municipal d’Ankh-Morpork, aura tout connu. Le voici remonté dans son propre passé tumultueux et violent, sans même les habits qu’il avait sur le dos au moment où la foudre l’a frappé. Vivre dans le passé n’est pas facile, mais y mourir étonnamment simple. Il doit pourtant survivre car des tâches essentielles l’attendent. Il doit mettre le grappin sur un meurtrier, s’apprendre à lui-même, plus jeune, à devenir un bon flic et changer l’issue d’une rébellion sanglante. Un seul problème : s’il réussit, il n’a plus de femme, plus d’enfant, plus d’avenir. Un « Conte d’une ville » façon Disquemonde, avec sa collection de gamins des rues, de dames à l’affection négociable, de rebelles, de policiers secrets et autres enfants de la révolution. Vérité ! Justice ! Liberté ! Et un œuf dur !

 

 

Mon avis

 

Un coup de mou niveau santé et moral (rassurez-vous, ça va mieux depuis ^^), ça veut dire que je retourne vers mon auteur favori, Terry Pratchett.

Cette fois, j’ai eu envie de relire « Ronde de nuit », l’un des romans de la série du guet d’Ankh-Morpok.

 

Je l’avais déjà lu une première fois, sans avoir vraiment le coup de cœur pour ce tome, mais c’était aussi le cas pour Les Petits dieux, que j’ai relu récemment et que j’ai beaucoup plus apprécié.

 

Alors qu’en est-il pour Ronde de nuit ?

 

J’ai eu du mal au début, comme pour ma première lecture. Même si la plongée dans l’Ankh-Morpok d’avant le seigneur Veterini est intéressante, j’ai trouvé tout ça un peu laborieux.

On se demande où Pratchett veut en venir et des moments, j’ai eu l’impression qu’il se perdait un peu lui-même dans ces histoires de causalité temporelle et de voyage dans le temps.

Et puis, on avait pris l’habitude de voir toujours Vimaire avec Sybil, Angua ou Carotte et ces personnages manquent vraiment.

 

Vers le milieu du roman, le charme a commencé à opérer pour moi : on retrouve quand même des anciens (ou nouveaux, dans le cas présent ^^) : Côlon, Chicard, Raymond, et on découvre un Veterini jeune, qui est assez savoureux. Je regrette toutefois que le jeune Sam Vimaire ne soit pas vraiment exploité et reste beaucoup en arrière-plan.

Le rythme s’accélère, avec la révolution, les barricades et tous les complots qui explosent et la fin est vraiment haletante. Elle est aussi très touchante, à la fois parce qu’elle montre l’évolution du personnage de Vimaire, et parce qu’elle aborde la naissance et la chute d’une révolution. Le constat est assez amer : les choses ne changent pas vraiment, au final, mais il y a quand même une touche d’optimisme. Veterini, à sa manière, a fait évoluer la cité vers le mieux et Sam, malgré des années de déprime et d’alcoolisme, a réussi à redresser le guet d’Ankh-Morpok et à se recréer une famille.

 

En résumé

Un début assez lent, mais une fin qui vaut le détour, Ronde de nuit n’est pas mon Disque-monde préféré, mais j’ai quand même eu plaisir à le relire.

 

Hommage à Terry Pratchett

C’est avec un grand bonheur que je vous annonce la parution d’une de mes nouvelles dans le numéro d’Art and Fantasy Studies consacré à Terry Pratchett !

 

J’espère que ma nouvelle « Le Bon vieux temps » saura vous séduire. Hommage à Terry Pratchett

Vous pourrez la retrouver au format numérique ou au format papier

Ne manquez aucune info en vous abonnant à la newsletter