Tag: Fantasy

Ronde de nuit, Terry Pratchett

Sam Vimaire, du Guet municipal d’Ankh-Morpork, aura tout connu. Le voici remonté dans son propre passé tumultueux et violent, sans même les habits qu’il avait sur le dos au moment où la foudre l’a frappé. Vivre dans le passé n’est pas facile, mais y mourir étonnamment simple. Il doit pourtant survivre car des tâches essentielles l’attendent. Il doit mettre le grappin sur un meurtrier, s’apprendre à lui-même, plus jeune, à devenir un bon flic et changer l’issue d’une rébellion sanglante. Un seul problème : s’il réussit, il n’a plus de femme, plus d’enfant, plus d’avenir. Un « Conte d’une ville » façon Disquemonde, avec sa collection de gamins des rues, de dames à l’affection négociable, de rebelles, de policiers secrets et autres enfants de la révolution. Vérité ! Justice ! Liberté ! Et un œuf dur !

 

 

Mon avis

 

Un coup de mou niveau santé et moral (rassurez-vous, ça va mieux depuis ^^), ça veut dire que je retourne vers mon auteur favori, Terry Pratchett.

Cette fois, j’ai eu envie de relire « Ronde de nuit », l’un des romans de la série du guet d’Ankh-Morpok.

 

Je l’avais déjà lu une première fois, sans avoir vraiment le coup de cœur pour ce tome, mais c’était aussi le cas pour Les Petits dieux, que j’ai relu récemment et que j’ai beaucoup plus apprécié.

 

Alors qu’en est-il pour Ronde de nuit ?

 

J’ai eu du mal au début, comme pour ma première lecture. Même si la plongée dans l’Ankh-Morpok d’avant le seigneur Veterini est intéressante, j’ai trouvé tout ça un peu laborieux.

On se demande où Pratchett veut en venir et des moments, j’ai eu l’impression qu’il se perdait un peu lui-même dans ces histoires de causalité temporelle et de voyage dans le temps.

Et puis, on avait pris l’habitude de voir toujours Vimaire avec Sybil, Angua ou Carotte et ces personnages manquent vraiment.

 

Vers le milieu du roman, le charme a commencé à opérer pour moi : on retrouve quand même des anciens (ou nouveaux, dans le cas présent ^^) : Côlon, Chicard, Raymond, et on découvre un Veterini jeune, qui est assez savoureux. Je regrette toutefois que le jeune Sam Vimaire ne soit pas vraiment exploité et reste beaucoup en arrière-plan.

Le rythme s’accélère, avec la révolution, les barricades et tous les complots qui explosent et la fin est vraiment haletante. Elle est aussi très touchante, à la fois parce qu’elle montre l’évolution du personnage de Vimaire, et parce qu’elle aborde la naissance et la chute d’une révolution. Le constat est assez amer : les choses ne changent pas vraiment, au final, mais il y a quand même une touche d’optimisme. Veterini, à sa manière, a fait évoluer la cité vers le mieux et Sam, malgré des années de déprime et d’alcoolisme, a réussi à redresser le guet d’Ankh-Morpok et à se recréer une famille.

 

En résumé

Un début assez lent, mais une fin qui vaut le détour, Ronde de nuit n’est pas mon Disque-monde préféré, mais j’ai quand même eu plaisir à le relire.

 

Hommage à Terry Pratchett

C’est avec un grand bonheur que je vous annonce la parution d’une de mes nouvelles dans le numéro d’Art and Fantasy Studies consacré à Terry Pratchett !

 

J’espère que ma nouvelle « Le Bon vieux temps » saura vous séduire. Hommage à Terry Pratchett

Vous pourrez la retrouver au format numérique ou au format papier

La Passe-miroir, Christelle Dabos

Je pense que tout le monde maintenant a entendu parler de La Passe-miroir, saga de Christelle Dabos, révélée par le concours Gallimard jeunesse.

 

J’avoue que le pitch était alléchant : 

 

Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons, la jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

 

 

Pourquoi avoir attendu si longtemps pour le lire ? Et bien parce que je me méfie des effets de mode et que les dernières fois qu’on m’avait vendu un roman en m’annonçant que c’était la révélation en fantasy du siècle, j’avais été un peu déçue (coucou, Kvothe !). J’ai aussi attendu parce que, à l’inverse, si ça me plaisait, je n’avais pas envie d’attendre la sortie des romans (oui, je sais, je suis compliquée ^^).

Alors bon, comme le tome 4 est sorti, je me suis lancée. Verdict :

 

Read more…

Contes et récits du Paris des merveilles sélectionné pour les V&S awards

C’est la saison des sélections, on dirait bien ^^

 

Après Aiden Jones retenu pour le prix des auteurs inconnus, c’est au tour de Contes et récits du Paris des merveilles d’être mis à l’honneur.

 

 

Le recueil de nouvelles est sélectionné pour les V&S awards, dans les catégories « meilleure anthologie » et « meilleure couverture ».

 

Si vous avez apprécié ce recueil, si vous êtes tombés amoureux de cette superbe couverture ou si vous voulez me soutenir, vous pouvez voter ici !

 

D’avance merci à vous !

Aiden Jones sélectionné pour le prix des auteurs inconnus

Grande nouvelle, le tome 1 d’Aiden Jones est sélectionné pour le Prix des auteurs inconnus !

 

Je suis vraiment très contente, d’autant plus que la sélection a été rude, et que dans les sélectionnés, il y a aussi mon amie Rachel Fleurotte pour son premier tome des Uchroniques comtoises.

 

On va maintenant croiser très fort les doigts, mais c’est déjà une grande reconnaissance d’avoir été sélectionnée !

 

Pour ceux qui voudraient découvrir Aiden Jones, voici l’histoire :

 

 

Londres, 1880, quelques décennies après l’invasion de la ville par des elfes, dragons et fées. Ces êtres magiques ne furent vaincus qu’au prix d’une guerre dévastatrice menée par les Magiciens du Collegium. Aiden Jones est chasseur de critters, ces lutins, gnomes et autres pixies qui infestent encore les quartiers de Londres. Doté de pouvoirs magiques latents, il rêve d’entrer à son tour au Collegium qui forme les magiciens de la Reine Victoria. La possibilité d’activer ses pouvoirs semble enfin à portée de main lorsqu’il apprend qu’une prime exceptionnelle sera accordée pour la capture d’un essaim de critters. Sa quête le mène alors dans les beaux quartiers où il croise la route de Grace Fairchild, une jeune noble qui va lui proposer un pacte inattendu. Une rencontre qui le mènera peut-être plus loin encore que ce qu’il avait prévu…

Aiden Jones est une trilogie, mêlant ambiance londonienne steampunk et créatures de fantasy. Vous pourrez suivre les aventures d’Aiden et de Grace, alors qu’ils explorent ce Londres alternatif peuplé de créatures magiques. La série est accessible à partir de 12 ans.

 

 

Vous pouvez commander le livre en papier aux éditions Au Loup 

 

Ou en numérique chez Amazon ou Fnac

 

 

 

 

Bonne lecture et prenez soin de vous !