Tag: Neal Stephenson

Bilan : janvier 2014

Ah puis j'ai repris l'aquarelle  aussi...

Ah puis j’ai repris l’aquarelle aussi…

L’une de mes bonnes résolutions pour 2014 était de continuer à lire, publier des critiques, des chroniques et de poursuivre l’alimentation de ce blog. A vous de juger si j’ai rempli ma mission.

 

J’ai lu Le tome 5 de « La roue du temps » de Robert Jordan. Je me suis évadée avec le Guide de Kadath L’inconnue.  J’ai découvert Neal Stephenson avec Cryptonomicon, commencé la série « l’archipel des Numinées », de Charlotte Bousquet, avec Cytheriae, et lu « Le dragon Griaule« , de Lucius Shepard.

 

Côté ressources, j’ai poursuivi mes fiches sur l’actualité : Du 1er au 12 janvier, du 13 au 19, et du 20 au 26.  J’ai également mis à jour mes résumés du podcast Writing Excuses, écrit un article sur la mode au XIXe (1795 à 1814), ainsi qu’un récapitulatif des liens steampunk du mois de janvier.

 

Pour finir, comme je l’avais promis dans mes bonnes résolutions, j’ai poursuivi les corrections pour « La perle d’ambre » (roman Fantasy jeunesse), j’ai écrit trois nouvelles et j’en ai publié une : le Bestiaire insolite des créatures fantastiques, chez Short Stories.

 

Cryptomicon T1, Neal Stephenson

9780060512804

Résumé :

L P Waterhouse, décrypteur de génie pendant la Deuxième Guerre mondiale, de son petit-fils Randy, informaticien doué qui souhaite créer un paradis informatique en Asie et de Bobby Shaftoe, marine émérite en poste pendant la guerre du Pacifique. Ces trois destins croisés, éloignés autant dans le temps que dans l’échelle sociale, semblent pourtant converger, dans ce premier volume, vers un étrange trésor de guerre japonais englouti dans le pacifique. 

Source : Babelio

 

Mon avis :

Découverte de Neal Stephenson avec ce roman, mais également lecture en demi-teinte pour ma part.

 

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Neal Stephenson, c’est drôle, rythmé, il n’hésite pas à se moquer de ses personnages (ce que j’aime beaucoup). Je l’ai lu en français et ne connaît pas le texte original, mais je pense qu’on peut saluer le travail du traducteur.

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé les personnages, notamment Bobby Shaftoe, marine durant la Seconde Guerre mondiale, diablement efficace (si on oublie ses problèmes de lézards…).

 

Par contre, et c’est là que ça a coincé pour moi, je n’ai pas accroché à l’histoire. Je n’ai pas réussi à rentrer dedans et je suis donc restée totalement extérieure aux évènements du livre. Je pense que je ne lirai pas la suite de cette trilogie, mais que je me pencherai plutôt sur d’autres œuvres de Stephenson, comme Snow Crash ou L’âge de diamant.