Tag: Steampunk

Bilan de la décennie et projets 2020

L’année 2019 se termine, il est temps de faire le bilan comme chaque année. Mais si d’habitude je fais une rétrospective de l’année passée, cette fois, changement de décennie oblige, ce sera un bilan de la décade 2010/2019 (ça fait un peu mal de dire ça).

 

J’ai commencé à écrire en 2002, j’avais 17 ans. Même si je n’ai jamais vraiment arrêté, il y a eu des phases où j’ai moins écrit, notamment l’année 2009 où j’étais en école d’administration, soumise donc à beaucoup de pression.

2010 a marqué un tournant : j’ai eu mon premier travail et j’ai donc eu un peu plus de temps (pas de révision tard le soir et le week-end, plus besoin de jongler entre études et petit boulot). J’ai donc repris sérieusement l’écriture.

En 2011, j’ai rejoint un forum, l’Atelier d’écriture, et ça a été le tournant pour moi. J’ai rencontré d’autres auteurs (Rachel Fleurotte, Rainette, Louen, Hardkey, Cerise, Roxanne Tardel, Rima, Niko, et toute la bande). Ensemble, on a écrit, on a commenté les textes et grâce à eux, j’ai progressé.

J’ai aussi rencontré par ce forum Andréa Deslacs et l’équipe d’Etherval, chez qui j’ai publié ma première nouvelle, Le Déclin. Avec eux, j’ai expérimenté le travail éditorial et l’art des corrections (Merci à Julie Limoges, Iphégore Ossenoire, Raccoon, Anna Combelles, Audrey Aragnou, Hermine et à tous les autres).

 

Cela m’a montré que je pouvais publier des textes, que j’étais assez bonne pour ça. Cela m’a aussi montré que c’était du boulot ^^.

 

J’ai par la suite continué à écrire des nouvelles. Parce que le format me plaît, parce que c’est un bon moyen de me sortir des idées de la tête et de les coucher sur papier, et parce que c’est un entraînement pour l’écriture.

 

J’ai récemment fait les comptes, sur la décennie, j’ai écrit 75 nouvelles. Certaines sont très courtes (une ou deux pages, je les écrivais du temps où je participais aux concours sur l’atelier d’écriture) d’autres plus longues.

 

Certaines ont été publiées dans des magazines, des anthologies ou des webzines (vous avez un petit récap ici).

 

 

L’une d’entre elles est même au sommaire de Contes et Récits du Paris des merveilles. Je dois d’ailleurs remercier Rachel, Cerise et Rainette, qui m’ont poussé à candidater à cet appel à texte. Merci les filles !

 

 

 

 

D’autres de ces nouvelles n’ont pas eu autant de chance, mais l’une d’entre elles a eu son importance : La Ligue des ténèbres.

Il s’agissait au départ d’une nouvelle proposée à un appel à texte sur le thème « quand les ténèbres viendront ». La nouvelle n’avait pas été retenue, mais le comité avait apprécié les personnages et l’humour, tout comme mes bêtas lecteurs.

 

Suivant l’exemple de Rachel Fleurotte, j’ai tenté l’aventure de l’autoédition, d’abord en numérique, puis en papier. La Ligue des ténèbres s’est donc lancée à la conquête du monde !

La série est maintenant complète (et disponible ici), mais la Ligue n’a pas tout à fait dit son dernier mot, je vous en reparle plus tard ^^.

 

 

Outre les nouvelles, j’ai aussi écrit des romans. 14 sur la décennie en fait.

Certains sont encore en travail, en relecture, ou simplement à l’arrêt parce que je n’ai pas le temps/l’énergie/le bon état d’esprit (rayez la mention inutile) pour reprendre ces textes.

Quatre d’entre eux ont été plus chanceux que leurs petits camarades ^^

 

 

La trilogie Kerys

 

Au départ, cela a commencé par une chanson, Victorian Vigilante d’Abney Park, et une envie de créer un univers steampunk, vu que je venais de découvrir ce mouvement.

 

Kerys est un drôle de mélange : un univers steampunk résolument inspiré de la France de la Belle Époque, où se glissent des références lovecraftienne, le tout sous forme de comédie d’action.

 

Kerys est paru au sein du collectif Hydralune, et je remercie les Hydres de m’avoir tant aidée dans ce projet.

 

 

Aiden Jones

 

Comme La Ligue des ténèbres, La Marque a commencé comme une nouvelle, avant que je me rende compte que ça allait être une très grosse nouvelle ^^. J’ai donc retravaillé le roman, qui est devenu le premier tome d’une trilogie, Aiden Jones.

 

 

La marque est paru le 01 octobre 2019 aux éditions Au Loup !

 

 

 

Et maintenant ?

 

Ce serait un peu étrange de faire les projets pour la décennie à venir. S’il y a bien une chose que ces dernières années m’ont appris, c’est que les plans de bataille, ça ne résiste jamais à la réalité du terrain.

 

Malgré tout, je garde mon habitude de fixer mes objectifs pour l’année 2020.

 

 

 

 

 

— Tome 2 de Aiden Jones

 

L’année 2020 sera d’abord consacrée à Aiden.

 

Le tome 2 de ses aventures, Le Collegium, a été écrit au cours du camp nanowrimo de juillet 2019, et le début de 2020 sera donc consacré aux corrections de ce manuscrit.

 

Je pense que le tome 3, Les Reines, sera mon projet pour le camp Nanowrimo de juillet 2020 (oui, je compte le refaire, parce que c’était vraiment bien !).

 

 

— Livret bonus de La Ligue des ténèbres

 

Deuxième projet phare pour 2020 : publier ce livret bonus.

 

Il s’agirait d’un livret regroupant les couvertures des épisodes et du contenu bonus.

 

Je me fixe comme date juin 2020, ce qui me laisse le temps de vous préparer une belle impression et qui laissera aussi à Sylvie de la marge pour nous préparer une couverture dont elle a le secret !

 

 

— La Guerre des Trois P

 

Si vous me suivez depuis un moment et que vous lisez mes nouvelles, les noms de Yorgl le gobelin et du roi Kild devraient vous être familiers.

Il s’agit de héros mis en scène dans trois nouvelles : Grakaash, conquérant des étoiles, paru chez le studio Babel, Les jeux de la glace et Un Bon gobelin, chez Etherval.

 

J’aime bien les gobelins et l’idée qu’ils mènent une guerre économique contre l’hégémonie elfe.

Pour 2020, je vais développer leurs aventures au sein d’un roman : la guerre des trois P (Pouvoir, prestige, pognon, la trinité si chère au roi Kild). Et je reviens donc à mes premières amours : la light fantasy et l’humour.

 

L’idée est de me faire plaisir et d’écrire ça à mon rythme, sans me prendre la tête.

 

 

 

— Corriger De murmures et d’ombres

 

Il s’agit d’un des 14 romans écrit au cours de la décennie passée. C’est un roman de fantasy qui me hante de puis près de 10 ans et qui, je l’espère, a enfin atteint la maturité.

 

En 2019, je suis venue à bout du premier jet du tome 1 (de oneshot, on est passé à diptyque ^^). En 2020, j’aimerais bien reprendre ce premier jet, le corriger, et l’envoyer en bêta lecture.

 

 

— Reprendre Le Cœur des Liris

 

Il s’agit d’un petit roman, une romance SF assez mignonne, avec de l’action et de l’aventure.

L’histoire me plaît bien comme elle est, il faut juste que je lisse un peu le manuscrit (comprenez que je termine de corriger les fautes ^^) avant de l’envoyer en beta lecture.

 

 

 

Voilà, le cap est fixé pour 2020, il n’y a plus qu’à s’y mettre !

 

Présélectionnée pour le Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktubers

Bonne nouvelle !

Mon roman La Marque, paru aux éditions Au Loup, est préselectionné pour le PLIB !

 

 

Le PLIB, ou Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktubers est un prix décerné par les bloggueurs, youtubeurs et instagrameurs, qui vise à récompenser les meilleurs romans dans le domaine de l’imaginaire.

 

 

Si vous êtes blogueur, youtubeur ou instagrammeur et que vous voulez soutenir « La Marque », voici la fiche du roman !

 

On croise les doigts pour faire partie des 20 sélectionnés !

 

 

 

 

Les conteurs du Paris des merveilles

Vous avez maintenant pu découvrir en librairie Contes et récits du Paris des merveilles, et ma nouvelle « L’Urne de Râ ».

 

Avec cette superbe couverture de Coliandre !

 

Petit coup de projecteur maintenant sur les auteurs au sommaire.

 


 

Je pense qu’on ne présente plus Pierre Pevel, mais pour ceux qui ne le connaîtraient pas, sachez qu’il s’agit d’un auteur de fantasy français, réputé pour sa plume fluide, ses personnages attachants et pour ses univers originaux.

Il est l’auteur de la trilogie du Paris des merveilles (Les enchantements d’Ambremer, l’Elixir d’oubli et Le Royaume Immobile, à lire), mais aussi de la série des Lames du Cardinal (relecture des trois mousquetaires dans une France où humains et dragons cohabient), des Ombres de Wielstadt et de Haut Royaume.

 

C’est un auteur que j’aime beaucoup et que je vous encourage à lire !

 


 

Vous avez sûrement dû voir passer les interviews réalisées par Benjamin Lupu sur son site.

 

 

Vous pouvez également le suivre sur Facebook, Twitter ou Instagram.

 

Outre sa nouvelle dans l’anthologie, Benjamin Lupu est l’auteur d’une série de fantasy, Les Mystères de Kioshe.

Tirséa Mortevue est une magicienne misérable et aveugle qui vit dans les bas-fonds de Kioshe, ville baroque et cœur marchand du monde. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Il fut un temps où elle était promise à un bel avenir. Elle devait devenir rectrice de la prestigieuse Maison des curiosités. C’était avant d’en être chassée pour une raison mystérieuse. Quand son ancien maître fait appel à elle pour résoudre le meurtre d’un richissime marchand, elle y voit l’occasion de changer le cours de son destin. Jusqu’où la mènera cette soif de revanche ?

 

Retrouvez Les Mystères de Kioshe sur Amazon, Google play et Kobo

 


 

Sylvie Poulain a écrit avec Benjamin Lupu le bonus pour la saison 1, et va collaborer avec lui pour la saison 2 des mystères.

 

 

Vous pouvez suivre son actualité sur sa page facebook.

 


 

Et si vous avez aimé la nouvelle de Bénédicte Vizier, n’hésitez pas à la rejoindre sur Scribay ou à admirer ses œuvres sur Deviantart !

 

Élixirs de nouvelles steampunk – Delphine Schmitz

Résumé

Dans ce monde de vapeur et de rouages où science et magie se côtoient, vous rencontrerez des inventeurs plus loufoques les uns que les autres, parfois charmants, d’autres fois terrifiants. Vous découvrirez un appareil photographique qui n’en fait qu’à sa tête, un sous-marin en quête de créatures fabuleuses, un musée de cire où les statues prennent vie, le premier ordinateur de l’Histoire, et bien d’autres choses encore.

Au fur et à mesure de votre lecture, d’étranges liens entre les textes éveilleront votre intérêt. Vous ne pourrez vous empêcher de remarquer la présence fugace mais récurrente de mystérieux matériaux aux étonnants pouvoirs. Et si la dernière nouvelle vous livrait leur secret ?

Mon avis

J’ai rencontré Delphine Schmitz au cours d’une soirée Steampunk à laquelle nous participions toutes les deux à la bibliothèque des Riches Claires à Bruxelles. Elle avait présenté son recueil de nouvelles, qui m’avait mis la puce à l’oreille. Il a rejoint ma PAL quelques mois plus tard, et voici la chronique !

Ce recueil est, comme son titre l’indique, consacré au steampunk et il s’agit d’une sorte d’étude du genre. On garde le côté XIXe, mais les nouvelles sont de tonalités différentes : savant fou inoffensif ou au contraire sinistre, aventures en sous-marin, enquête avec une spirite, terrifiant tueur en série, il y en a pour tous les goûts.

Cette expérimentation est plaisante, il y a des nouvelles auxquelles j’ai plus accroché que d’autres : L’automate de maître Sigismond, Taxidermie et Télétempus. Petit coup de cœur pour la nouvelle Seuls le diable et moi (« Ptéranodon » et non « chauve-souris » !).

Élixirs de nouvelles steampunk pour n’être que ça : un simple recueil qui expérimente avec le steampunk. Mais, de nouvelle en nouvelle, des objets reviennent et on retrouve des personnages. La dernière nouvelle donne la clé pour comprendre le recueil et le pourquoi de certains événements.

C’est une très bonne idée, qui donne vraiment une cohérence à l’ensemble.

En conclusion : un recueil sympathique et bien ficelé, pour ceux qui auraient envie de découvrir les différentes facettes du steampunk.

Une incursion dans le Paris des Merveilles

Qu’elle est belle, cette couverture !

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux connaissent déjà la bonne nouvelle, pour les autres, j’ai l’immense bonheur de vous annoncer la parution d’une de mes nouvelles dans Contes et Récits du Paris des Merveilles.

L’ouvrage est paru chez Bragelonne, sous la direction de Pierre Pevel.

Vous pourrez donc retrouver une nouvelle inédite de Pierre Pevel, ainsi que quatre nouvelles de Benjamin Lupu, Sylvie Poulain, Bénédicte Vizier et moi-même.

Ma nouvelle s’intitule « L’Urne de Râ », elle raconte les aventures de Gabrielle, une jeune fille de bonne famille qui dérange un voleur lors d’une exposition au Louvre. Aidée de sa gouvernante, Mademoiselle Suzanne, une ancienne mage qui a tourné le dos à la magie, Gabrielle va mener l’enquête pour savoir ce que voulait ce mystérieux voleur.

Si vous voulez retrouver ce texte, ainsi que les autres nouvelles (qui sont vraiment chouettes !), rendez-vous en librairie ou sur Amazon, Fnac ou Google play !

Bonne lecture !

Catherine Loiseau