Le miroir mortel, Cassandra Clare

9102_637061

Résumé

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé. S’introduire dans la Cité sans l’autorisation de l’Enclave n’est pas sans danger… Au cours de sa quête, Clary rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Comment conclure une telle union ? Clary saura-t-elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?

 

Mon avis

Ça y est, dernier tome de cette première trilogie. Je dois avouer que, comme pour les deux précédents tomes (La coupe mortelle et l’épée mortelle), j’ai passé un bon moment de lecture.

 

Je trouve qu’avec ce tome, l’histoire a franchi un cap et se libère du modèle Harry Potter qui dominait pour les deux premiers livres. Les personnages ont leur propre caractère, leur histoire. J’ai beaucoup aimé l’évolution de Simon. Déjà parce que le vampire juif est bien trouvé (et m’a rappelé « Le bal des vampires » de Polanski). En plus, je trouve que l’auteur a réussi à lui donner une dimension assez noble et tragique, tout en gardant son rôle de bon copain et son humour.

 

Les autres personnages sont bien développés, Jace et Clary souffrent à cause de leur amour impossible. Bien que parfois un peu longue et appuyée, leur histoire d’amour est assez touchante. Les personnages secondaires ne sont pas en reste : Isabelle, Alec, Jocelyn et Lucian  ont leur rôle dans l’histoire, plus que lors des premiers tomes.

 

Pour moi, au final, le personnage le plus réussi est Valentin. Jusqu’au bout, il reste ambigu et on se demande s’il est totalement fou et mégalo, ou s’il a vraiment aimé Jocelyn, Jace et les autres, d’un amour un peu malsain, il faut le reconnaître.

 

L’histoire est plus sombre que dans les précédents tomes, avec des passages vraiment noirs (la bataille d’Idriss), et une violence qui n’épargne pas les personnages principaux. On alterne les moments forts en action et en rebondissements, et les moments consacrés à l’émotion et au développement des personnages. L’ensemble se lit bien, sans temps mort.

 

Il y a bien évidemment quelques moments d’humours et plus légers. La palme revient pour moi au coming out d’Alex avec Magnus Bane, et aux commentaires de Maia à ce propos.

 

Si j’avais une critique à faire, ce serait au sujet d’une des révélations majeures du livre, que j’avais pressenti quasiment dès le début.

 

ATTENTION SPOILER !

 

Vu qu’il s’agit d’un roman jeunesse, et que Clary et Jace étaient toujours amoureux l’un de l’autre, j’en ai rapidement déduit que l’auteur n’allait pas nous servir une histoire d’inceste, ce n’était pas dans le thème de l’histoire. Donc, Clary et Jace n’étaient pas vraiment frères et sœurs.

Quand Sébastien est introduit, je me suis tout de suite dit qu’il s’agissait là du vrai fils de Valentin. Du coup, c’était parfois un peu long de voir les personnages se débattre avec leurs sentiments.

 

FIN DU SPOILER.

 

En conclusion

Une trilogie sympa, bien divertissante, dont je lirai la préquelle et la suite avec plaisir.

Ce billet a zero commentaire

Soyer le premier à commenter.!

Laisser un commentaire